Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Dim 5 Fév - 19:52
Compétence de Combat de Richard : 60 + 10 (compétence Fusilier).

Nombre aléatoire (1,100) :
91

[-1 balle 5,56]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Dim 5 Fév - 19:55
Lucas plongea en arrière, volant par dessus le tronc. Il se brisa une jambe, et senti ses os craquer et être broyés sous la charge de la bête.
Il vola plusieurs mètres plus loin, tombant lourdement. Il s'écrasa sur le sol, en état de choc, inconscient.

Legrand avait les pupilles dilatées, terrifié. Il vit que Richard rata son coup, et la bête, apeurée par le coup de feu, décida de foncer sur le médecin.

Le militaire, prit par un courage soudain, colla son couteau sous le canon de son fusil, et fonça en avant pour la faire se replier, voulant la larder à coup de baïonnette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Dim 5 Fév - 20:03
Compétence Combat de Legrand : 65 + 5 (compétence Leader de Richard)
Malus : -10 (blessures)

Nombre aléatoire (1,100) :
19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Dim 5 Fév - 20:13
La balle du médecin passa à côté et ne fit qu'attirer la bête vers lui.
Elle le chargea mais Legrand s'interposa avec sa baïonnette.
Il planta la bête sur le flanc et dans son élan, plongea à terre avec elle.
Lorsque Richard reprit ses esprits, le cervignard gisait sur le sol avec le soldat à ses côtés.

Les 4 chasseurs de Saint-Aselme arrivèrent en courant.

« Bien joué les gars. leur dit Mathilde. Vous l'avez eut !
Regardez moi la taille de cette bête ! »


Richard partit au chevet de Lucas qui était étendu de tout son long, la tête dans la terre.

« Lucas ? Ça va ? Tu es blessé ? »

Il retourna le journaliste et lui tapota la joue pour lui faire reprendre connaissance, une technique de médecine qui avait fait ses preuves.
De l'autre côté, Legrand revint à lui et cria de douleur. Ses mains étaient légèrement brûlées et son arme totalement détruite par l'explosion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Lun 6 Fév - 17:45
Les chasseurs observèrent le soldat Legrand, qui se tenait devant la bête qu'il venait de tuer à coup de baïonnette. Mathilde l'observa, des étoiles plein les yeux, tandis qu'elle fonça vers lui pour lui attraper ses mains et les ausculter.

- Vous allez bien ?!
J'espère que ce n'est pas trop grave !

- Oh, heu... Voyons, dit Legrand en serrant les dents tant il avait mal, mais essayant de se montrer brave devant la fille. Ce n'est qu'une égratignure, j'ai déjà vu pire.

Lucas ouvrait lentement les yeux. Un voile lui bloquait la vue et il avait des acouphènes dans les oreilles. Il suait beaucoup, et ne parvenait pas à se lever.

- J'ai mal ! Ma jambe me fait mal !


En réalité Lucas n'avait rien de très grave. Sa cheville était retournée et il lui faudrait probablement une atèle et du repos. Il n'empêche. Le jeune garçon était très peu habitué à être mouvementé, et il était persuadé d'être au bout de sa vie alors qu'il n'avait rien d'incroyable.

Vincent, l'un des chasseurs s'approcha et observa rapidement les deux hommes. Il siffla.

- Vous êtes miraculés les gars. D'habitude quand un cervignard est encerclé, il hésite pas à attaquer.
C'est une belle bête, va ! Sa fourrure sera bien vendue, et sa chair va nourrir les commerçants étrangers ce soir. On en tirera un bon prix.
Pas de raison que vous en profitiez pas !
- Rentrons vite à Saint-Alseme.
Vous pouvez porter le gamin ou vous avez besoin d'aide ?


Citation :
Jet de loterie : L'appareil photo de Lucas est-il endommagé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mar 7 Fév - 14:28
Richard ausculta rapidement le journaliste. Il tâtonna sa cheville et lui arracha un cri de douleur.
Il voulut dire qu'il fallait amputer, mais il n'aimait pas faire deux fois la même blague dans la même journée.

« Ça va aller. Tu t'es un peu foulé la cheville mais il n'y a rien de cassé.
Tu m'a fait une belle frayeur, la bête t'a projeté comme une poupée de chiffon.
 »


Le médecin aida Lucas à se relever. Sa cheville était trop douloureuse pour qu'il puisse marcher et il demanda à l'un des chasseurs de l'aider pour le porter. Serge se proposa de lui même alors que son frère s'occupait de ramasser le gibier.
Le bête pesait son poids, il y avait là de quoi faire un bon festin pour la fête. Les bois, les os et la fourrure allaient rapporter de quoi compléter le prix.

Lorsque le groupe de chasseur revint à Saint-Aselme, le soleil avait bien baissé à l'horizon.
Il devait être dans les 18h, mais la nuit ne tombait pas avant les 20h.
Les chasseurs prirent le chemin du petit marché de la bourgade pour y vendre leur gibier, alors que Richard retrouva le grand-père et sa petite-fille qui l'avaient mené jusque ici. Il posa Lucas à côté d'eux pour le soigner.

« Lucas, je te présente... je ne connais pas votre nom en faite.
- Je m'appelle Félix. Et elle c'est Shoshana. Que vous est-il arrivé ?
- Une partie de chasse qui a failli mal tourner. Mais ça va, rien de casser, il s'en sort bien.
- Je dois avoir un onguent dans ma besace pour calmer la douleur. »


Le vieillard fouilla dans son sac et en sorti un tube de pommade artisanal.
Richard l'ouvrit et sentit l'odeur de l'onguent qui était parfumé aux herbes. Il ne dit pas à Lucas qu'il était assez septique quant à l'efficacité du produit, mais ça ne pouvait pas lui faire de mal. Peut être même qu'elle allait avoir un effet placebo, cela fonctionnait souvent sur les gens de la ville.
Le médecin retira délicatement la chaussure du journaliste, puis commença à lui masser la cheville avec la pommade de grand-père Félix.

« Ça devrait aller maintenant. Évite juste de trop utiliser ton pied pendant quelques jours. Je vais voir si je peux te trouver une sorte de béquille et de quoi faire une atèle.
Merci pour la pommade Félix. 
»


Le vieillard le salua alors que Richard partit fouiller le village pour trouver ce qu'il avait promis.
Il en profita pour aller prendre des nouvelles de Legrand dont les mains étaient brûlées.

----------

Le crépuscule était tombé. A présent Saint-Aselme baignait dans la pénombre, éclairée par les nombreuses torches sorties pour la fête, qui créaient un bal d'ombres changeantes et de lumières chaudes qui contrastaient avec la légère fraîcheur de la nuit.

Comme il l'avait promit un peu plus tôt, Vincent, l'un des chasseurs, été revenu voir Richard et Lucas pour leur donner une récompense. Il leur dit qu'ils avaient vendu la bête pour 40 francs et il leur donna 5 francs chacun, après tout eux aussi avaient participer à la chasse, et sans Legrand la bête se serait certainement enfui.

La foule commença à engorger les rues du village. Seul un couloir était laissé vide dans l'allée principale, là où allait descendre le cortège des moines.
Richard voulu prendre Shoshana sur ses épaules pour qu'elle soit au dessus de la foule, mais la fillette, trop timide, refusa et le médecin n'insista pas.
Lui et Lucas se trouvèrent une bonne place, la vue dégagée sur le spectacle.
La foule se tut lorsque les premiers sons du tambour résonnèrent aux portes du monastère.

[Lucas et Richard +5 francs]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mar 7 Fév - 17:13
Compétence Loterie de Lucas : 60 + 5 (compétence Leader de Richard)

Si échec : son appareil photo a été cassé pendant sa chute.

Nombre aléatoire (1,100) :
35
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mar 7 Fév - 18:26
Lucas semblait aller beaucoup mieux. A ses yeux, l'onguent l'avait totalement guérit, nul doute qu'il devait y avoir quelques drogues et produits qui lui avait calmé la douleur. Et c'est souriant qu'il avait trouvé une canne de fortune pour pouvoir accompagner Richard. Il ne manqua pas de remercier les deux, très heureux.

- Merci pour tout messieurs. Je ne sais comment vous remercier.
Peut-être voulez-vous que je donne un peu d'argent pour le dérangement ? Je suis sûr que vous en aurez plus besoin que moi...


Il proposa à tout le monde, sortant quelques billets même. Mais tous refusèrent poliment. Même le vieux et sa fille ; Félix se contenta de montrer la paume de sa main en faisant « non » de la tête.

- Voyons, eh... Je ne sais comment c'est d'où tu viens, jeune homme, mais ici nous ne sortons pas les billets chaque fois que nous rendons service.
- Ce... Ce n'était pas pour paraître insultant... C'est juste que-
- Je n'y vois aucun insulte
, dit-il en souriant. Contente-toi de ne plus avoir de combats avec des cervignards le temps que tu te soignes.

Avec la place où ils étaient, Lucas pouvait tout voir, malgré le fait qu'il était assis. Il n'attendit plus, impatient, et sorti son appareil photo. Par chance, il était encore en bon état, malgré la chute face au Cervignard. Il plaça son œil près de la machine et tourna l'objectif vers les portes du monastère.

Celles-ci s'ouvrirent avec les tambours. Et immédiatement, une croix géante et scintillante sortait. En-dessous, la voie était illuminée par des bougies tenues entre les mains de pénitents. De jeunes hommes et femmes vêtus de vêtements blancs et de masques étrangères, qui ouvraient le chemin, accompagnés des porteurs de croix. Après vint la procession, avec des moines bien vêtus, leurs capuches relevées au-dessus de leurs têtes, qui suivaient en ayant avec eux les saintes-reliques du monastère, des objets divers et variés auxquels ils prêtaient une sainteté particulière.

- Qu'est-ce donc que ces choses que les moines portent ? Demanda Lucas à un homme qui se tenait à côté.
- Cela est le Saint-Jerrican, avec lequel on a imbibé Saint-Alseme d'essence.
- Et ça ? C'est quoi ?
- Ça c'est le Saint-Briquet, avec lequel on a enflammé Saint-Alseme.
- Et ça ? Qu'est-ce ?
- Ça c'est la Sainte-Urne, qui comporte les restes de Saint-Alseme.
- Je vois.


Il prit tout en photo alors que la procession continua jusqu'au centre du village, tout près du château d'eau.

Là, l'abbé du Monastère fut accompagné de frères à la tête baissée, qui continuaient de psalmodier à voix basse, dans de jolis chants latins.
Il se mit debout sur une sorte d'estrade, fit un signe de croix et s'adressa aux fidèles.

- Le Seigneur est avec vous.
- Et avec notre esprit !
Répondirent alors les fidèles du village.

Lucas leva son appareil pour prendre une photo. Mais sitôt eut-il prit le cliché, qu'un homme lui attrapa le vêtement et l'invectiva.

- Eh ! Ne faites pas ça, c'est irrespectueux.
- Oh heu... Désolé, je suis désolé...


Il baissa la tête et écouta le sermon de l'abbé.
Il commença par une longue prière en latin, une langue que personne à part les clercs les plus éduqués ne comprenaient. Puis, il reprit dans un français parfait à l'attention de ses ouailles.
Son sermon fut assez long, et, pour Lucas, soporifique. Il rappelait aux villageois leur travail acharné et leur très grand courage, et leur disait que c'était ainsi la vie que le Seigneur attendait d'eux. Il rappelait la mort en martyr d'Alseme, qui jusqu'au bout, refusa d'arrêter son combat contre les injustes Seigneurs de guerre.

Et il y eut d'autres prières, de l'assistance, et de l'abbé. Et des chants de jeunes gens, qui venaient juste d'arriver chez les moines. Et la Croix qui trônait devant du château d'eau...
Jusqu'à ce qu'on l'imbibe d'agro-carburant et qu'on enflamme l'objet sacré.

La Croix enflammée illumina le village, ses braises projetées un peu partout, dans un merveilleux spectacle qui fit larmoyer quelques fidèles. La Croix avait beau être en bois et couverte de dorures ; Elle ne fut à aucun moment détruite. Elle tenait droite, et fière, qu'importe que du feu se répande au-dessus.

---

La Croix brûlait encore, mais moins vivement. Et l'on avait dressé tout autour du village des tables sur lesquelles les gens étaient attablés.
Legrand était parti. Lucas croisa son regard à l'autre bout d'une de ces tables. Il était en train de discuter avec Mathilde, qui n'arrêtait pas de rire à ses blagues, tandis qu'à sa droite, un homme observait son fusil de chasse, sans être capable de le réparer. Ses mains étaient couvertes de bandages, mais cela ne sembla pas le déranger, puisque la jeune chasseresse n'arrêtait pas de les lui prendre pour les caresser.

- En voilà un qui est content, au moins, remarqua Lucas sur une boutade à Richard.

Au milieu du village, le Cervignard était en train d'être rôti. Et quelques jeunes filles, pas toutes très belles ou très jolies, passaient pour servir de la soupe et des croûtons de pain à ceux qui se trouvaient là. Il y eut beaucoup d'échanges. Des gens qui parlaient, qui se rencontraient.
Et enfin, un chanteur qui vint avec sa guitare, accompagné de quelques instruments, pour mettre l'ambiance et commencer une danse.

Lucas parut énervé, les dents serrées.

- J'aimerai bien pouvoir danser, cela m'énerve que ma jambe soit en miette...
Tu n'y vas pas, Richard ?


Le journaliste sorti une cigarette de sa bouche et s'alluma une taf.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mar 7 Fév - 19:09
Richard observait la fête avec un léger sourire. Voir tous ces gens s'amuser, danser, rire et manger le mettait en joie.
Lucas était assis à côté de lui. Il semblait agité.

« Tu n'y vas pas, Richard ?
- C'est vrai que la musique est entraînante mais non, ce n'est pas trop mon truc la danse. Et puis je suis fatigué, à vrai dire j'ai hâte de trouver un lit. »


Richard était exténué de sa journée et il avait bien du mal à garder les yeux ouverts. Il avait marché toute la matinée pour rejoindre Saint-Alseme. Puis ils avaient passé une partie de l'après-midi à crapahuter dans les bois. De plus, le sermons de l'abbé l'avait endormi, même s'il n'était pas dénué d'intérêt.

« Comment as tu trouvé le sermon Lucas ?
J'ai trouvé que l'abbé disait beaucoup de vérités. Comme Saint Alseme, ou Aselme, Il ne faut pas se laisser arrêter pas l'injustice, le Christ a choisi une voie pour chacun d'entre nous. Libre à nous de la suivre ou de nous morfondre.
 »


Alors qu'ils discutaient, plusieurs jeunes filles déposaient des bols de soupes chaudes sur les tables et devant eux. D'autres ramenaient du pain, des chopes de bières et du vin à ceux qui voulaient.
Puis on servit la viande de cervignard.
En face du médecin et du journaliste, il se trouvait un vieux paysan. Il avait le visage bouffi et les joues bien rouges, il était de tout évidence déjà bien enivré. Il fit un grand sourire à Lucas, il ne lui restait plus qu'une dent, puis il s'esclaffa en postillonnant partout :

« Ça mon pti gars ! C'est d'la bonne soupe d'chez nous ! C'est fait avec des légumes d'mon champ et d'ceux du vieux René. Goût s-y va, tu m'dira c'que t'en pense ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mer 8 Fév - 19:58
Lucas attrapa la soupe ; Même s'il fronçait les yeux alors qu'il l'humectait, il attrapa une grosse cuillère en bois pour en boire un peu.
Elle sentait fort mais n'avait pas un mauvais goût. Peut-être manquait-elle de sel. Mais Lucas ne voulait jamais offenser personne.

- C'est excellent, on ne mange pas aussi bien à la Commune.


Un mensonge éhonté ; Mais il mentait très bien. Le vieux édenté se mit à ricaner avant de lui donner de faibles petits coups de la paume de la main dans le dos.

Richard et Lucas se retrouvaient donc assis à discuter avec les vieux, tandis que les jeunes gens dansaient. C'était assez frustrant, mais Lucas put obtenir quelques beaux clichés qu'il savait qu'ils feraient plaisir. Sans doute, que, peut-être, quelques touristes en quête de folklore viendraient ici...
...Ou pas. Parce qu'il fallait braver la ville puante du Terminus et le train de marchandise. Non. Non les gens préféraient demeurer à l'abri de la Défense, ils avaient besoin de gens comme lui pour voir à quel point il y avait un monde au-delà des murs de l'enceinte gardée de la FNF.

- Tu sais Richard, je me demandais... Le pauvre homme qu'on a enterré aujourd'hui, est-ce qu'il l'a mérité ? On dit que c'était un tricheur, mais tout de même... Qu'il lui aient fait cela...
Je pense que j'aurai du mal à dormir ce soir.


Il se leva difficilement à l'aide d'une canne, avant de faire un petit signe de tête au médecin.

- Tu dois être fatigué, et moi j'ai quelques clichés à prendre...
Malgré tout, est-ce que cela te dérangerais de ne pas partir sans moi tout de suite ? Nous allons tous deux à la même gare, et j'aimerai bien que nous passions la route ensemble, si ça ne te déranges pas...
À demain.


Le jeune journaliste quitta l'endroit en titubant, juste après avoir terminé sa soupe, les petits cliquetis continuant malgré tout. Il tâcha d'occuper le reste de sa soirée en dehors du village, à photographier la nature qui était intégralement noire et où résonnait le chant de criquets cachés dans les hautes herbes. Et il utilisa son magnétophone pour enregistrer des chants de moines et des rires d'enfants. Comme c'était beau et inhabituel de voir des gens heureux, au-delà de la Commune.

Il trouva un endroit où crécher, chez le vieux à la soupe. Sa maison sentait très fort l'oignon et la morue pêchée dans la Seine, et le mobilier n'était que très modeste. Malgré tout, une vieille paillasse fit l'affaire, et malgré la fête qui continuait dehors, il trouva le moyen de siester un peu d'un sommeil léger, jusqu'aux lueurs du soleil du lendemain matin.

Il remercia le vieux de quelques pièces avant de partir à l'extérieur, au milieu de la place du château d'eau. Il faisait à présent une ambiance de mort. Quelques-uns étaient encore dehors, ayant passé une nuit blanche, mais ils étaient à présent en descente d'alcool. Il n'y avait pas eut de gâchis ; Les paysans avaient appris depuis longtemps la tempérance, et même après le festin, les restes de bouffe étaient emportés et conservés. La Croix, elle ne brûlait plus, et sa face était totalement noircie, ses dorures endommagées... Mais elle tenait encore la croix. Elle tenait encore, en sa plus simple architecture naturelle de bois. Lucas n'était pas particulièrement religieux, mais il comprit vite le symbole et sa portée. C'était beau. Tellement beau qu'il en prit une photo.

Le jeune homme se mit en tête de retrouver Legrand et Richard. Ce ne fut vraiment pas une chose facile. Il lui fallut aller toquer, un peu timidement, sur les portes des habitants afin d'avoir une piste où les chercher. À tout hasard, il demanda où habitait Mathilde la chasseresse. Il s'y rendit, dans une petite chaumière non loin d'ici, et sitôt qu'il s'approchait, boitant toujours avec sa canne, qu'il découvrit le jeune soldat aux mains bandées en sortir, tout en mettant à nouveau son uniforme ; Malgré un air de gêne, le militaire se mit à suivre le frangin d'un sénateur, légèrement hagard, avant que le duo n'aille vers l'extérieur du village.

Ils virent Richard qui était prêt. Lucas lui serra la main, et les trois hommes attendirent un peu. Ils auraient pu directement aller vers la gare, mais la campagne parisienne était un endroit dangereux, rempli de ribleurs et de bêtes sauvages. Quelques marchands et caravaniers se présentèrent, et ils les accompagnèrent, en groupe bien compact, pour trois quart d'heures de marche. En échange d'une pièce d'un franc, les deux frères récupérateurs acceptèrent de laisser le journaliste monter sur leur vieille carne, tandis que Lucas se mettait à leur raconter, très souriant, leur « combat » contre le Cervignard.

Ils arrivèrent devant la gare, en plein midi. Et déjà les caravaniers s'arrêtèrent ici, pour prendre une halte au petit avant-poste de la FNF. La partie administrative du quai ne comprenait qu'un bâtiment avec une caserne, où Legrand alla faire son rapport, trouver un médecin, et remettre son arme cassée. Mais il y avait aussi un petit bar-auberge, où les gens pouvaient attendre le temps que le train vienne pour y desservir les rails. Lucas eut un peu de paperasse à faire, et notamment signer un sauf-conduit qui lui permettrait de ne pas attendre le soir pour prendre le train de retour des mineurs, mais plutôt emprunter le train de marchandises qui transportait la carbonite.

- Il est arrivé quoi à votre jambe ?
- Accident de chasse. Vous remercierez le soldat Legrand, il m'a sauvé la vie.
- Ouais... Content que vous soyez pas mort surtout. Il manquerait plus que ça, qu'on ait les politicards aux fesses. Bon sang...


Il jeta un petit regard vers le médecin.

- Dites, cela vous dérangerait si mon ami ici prenne le train avec moi, plutôt qu'il attende jusqu'à ce soir ?


L'homme rasé se gratta la tête.

- Non. Je n'ai pas reçu d'autorisation. On fait attention avec les trains de carbonite. Vous avez une autorisation, pas lui.
- Personne ne sera au courant. Ce n'est qu'un honnête voyageur des Terres Désolées.
- Il pourrait être le prélat de l'évêque que ça changerait rien. J'aime faire les choses dans les règles de l'art. Pas de papier, pas d'autorisation.
- Allez, sergent... Pensez-y. Vous vous faites chier toute la journée dans un avant-poste paumé au milieu de nulle part... Si vous fermez les yeux, je suis sûr je peux m'arranger pour que l'administration de Lutèce ferme les yeux sur... D'autres requêtes de matériel que vous ferez ; Comme de l'alcool.


Citation :
Jet de persuasion : Lucas tente de convaincre l'homme de laisser Richard embarquer dans le train.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Jeu 9 Fév - 23:47
Compétence Persuasion de Lucas : 75 + 10 + 5 (compétence Beau-parleur et compétence Leader de Richard)
Malus : -20 (l'homme est particulièrement récalcitrant)

Nombre aléatoire (1,100) :
29
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Mer 15 Fév - 17:47
Malgré la fatigue, Richard avait passé une mauvaise nuit, semblable à toutes les autres qu'ils avaient vécu ces derniers mois.
Il avait tenté de dormir aux côtés du grand-père Félix et de sa fillette, mais avait fini par se relever pour aller errer dans les rues du villages qui étaient pleines de déchets, de bouteilles et de poivrots, vestiges de la fête qui n'était pas encore totalement terminée.
Le médecin termina la nuit assis devant la stèle de Saint-Alseme et assista au levé du soleil. Il attendit ici jusqu'à ce que les cloches du monastère sonnent une première fois, puis il retrouva Lucas et son garde du corps de la FNF.
Ensemble, accompagnés de plusieurs marchands, ils marchèrent jusqu'à la gare où le journaliste négocia pour que Richard puisse prendre le train avec lui. Après quelques échanges, le responsable accepta.

Finalement, Richard commençait à apprécier Lucas. Il l'avait prit pour un candide de la grande ville, ce qui n'était pas faux, mais le journaliste était plus que ça. Sous son apparente naïveté, il était bienveillant et s'intéressait réellement aux gens.

Après quelques minutes d'attente, le train de marchandise arriva du Cratère Nord. Dans un bruit infernal il s'arrêta.
Le train était composé d'une dizaine de wagons pleins de carbonite et d'autres minerais, d'une voiture pour les passagers et d'une vieille locomotive. Il était tout rouillé, troué et rafistolé.
Richard et Lucas montèrent à bord et Legrand leur fit signe de sa main bandée avant de retourner à son bureau.
Le wagon était fait de plusieurs banquettes. Il y avait là deux soldats de la FNF en tenus et en armes, des surveillants des mines, qui accompagnaient un mineur blessé à la tête et visiblement mal en point. A côté d'eux, il y avait ce qui semblait être un homme d'affaire, bien habillé et coiffé, portant une petite mallette noire.
Le médecin aida le journaliste, toujours blessé à la cheville, à monter dans le train, puis ils s'installèrent en face de l'homme d'affaire.
Après quelques minutes, le train s'ébranla dans un vacarme assourdissant et les parois du wagon tremblèrent.
Richard avait les yeux qui regardaient partout. Il avait l'air crisper.

« C'est la première fois que je prends le train. Tu es sûr qu'il ne va pas se casser en route ? »

Le paysage des Terres Désolées défila de plus en plus vite à la fenêtre. On y voyait le désert de cendres et les vieilles ruines de l'ancien monde. Parfois le train croisait des paysans faisant paître leur troupeau de vaches bicéphales.

« Ça ne va pas mieux ta cheville ? Comment tu comptes rentrer à la Commune ?
Si tu veux, tu peux rester avec moi le temps et tu te rétablisses. J'ai un frère qui habite le Terminus et je compte rester chez lui quelques jours pour proposer mes services de médecin aux mineurs.
 »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé] Jeu 16 Fév - 21:20
Lucas ricana un peu en voyant la frousse injustifiée de Richard. C'est avec un peu de difficulté qu'il parvint à installer le bout de ses fesses sur la banquette, mais il posa rapidement une main rassurante sur l'épaule du docteur.

- Voyons, ce train est très sûr. Tu penses bien que la République met tout en œuvre pour garder ses infrastructures...
Et puis, on prend beaucoup moins de risques à embarquer sur le train que de prendre le trajet à pied. Il y a encore beaucoup de ribleurs dans la région.
Mon rêve, c'est d'un jour accompagner une patrouille de la FNF dans les Terres Désolées. J'aimerai bien monter dans un hélicoptère, voir Paris depuis le ciel.


L'homme en costume levait un peu les yeux en écoutant Lucas parler, mais il n'y prit pas vraiment gare. Sur ses genoux, il avait ouvert son attaché-caisse et déployé sur la tablette devant lui divers feuilles de papier couleur-crème, à la typographie de machine à écrire. Il rédigeait quelque chose au style, des petites lunettes sur son nez et dont les verres reflétaient la lumière. De temps à autre, ses pupilles noires se détournaient de la paperasse qu'il grattait pour fusiller du regard les deux énergumènes devant lui, comme s'il s'agissait d'espions qui l'épiait.

- Eh bien... Je comptais prendre le RER pour rentrer à la Commune... Mais si tu me proposes de rester au Terminus, j'en serai ravi. J'aimerai bien parler aux gens de là-bas.
J'espère juste que je ne serai pas de trop... Je n'aime pas abuser de l'hospitalité des gens.


Le train continua, sans grande entrave. Il n'y eut pas d'attaque de ribleurs, ou, plus simplement, une vache bicéphale qui ralentit le train en s'amusant à paître sur les rails, comme cela arrivait quelques fois, obligeant la machine de fer à éperonner la bête sans aucune pitié.
Non. Malgré la paranoïa des militaires, la machine parvint jusqu'à sa destination, sans une sirène qui ressemblait à un hurlement de démon. Il y eut un crissement métallique quand les essieux activèrent les freins, et enfin, voilà que la machine s'arrêtait près du Terminus.
Boitant et béquillant, le jeune Lucas parvint à aller dehors, là où il était juste hier. Il observa à sa droite, vers le soleil, et le petit pont qui donnait sur l'entrée de la gare.

- Richard, regarde. Qu'est-ce qu'ils font ?

Trois ombres pouvaient être distinguées sur le pont. Deux en uniformes de la FNF, et un dernier qui portait des haillons. On était en train de lui mettre une corde autour du cou...
Puis on le jeta. Il tomba en l'air, et lorsque la corde arriva à son bout, sa nuque fut brisée quasi-immédiatement. Il continua à voler et à se balancer sur lui-même, telle une marionnette désarticulée, la corde volant avec son poids.
Lucas avait les yeux écarquillés, et son cœur pulsa violemment.

- Pauvre homme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nuit Blanche [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Nuit Blanche [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [Refusé] Postulation Simag rogue elfe de la nuit
» Une nuit magique. Ou pas. [PV: Roy & Aï]
» Un Parenter Elfe de la Nuit et Troll?
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]
» nuit sanglante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-