Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 16 Mai - 22:08
Après autorisation de la part du Conseil, on autorisa le commandant Thomas Dole à aller vers la fosse commune où l’on avait enterré ses hommes. On lui affréta un petit convoi. Trois véhicules remplis de soldats cotentinais se retrouvèrent un à un dans un ascenseur qui les descendit jusqu’à la terre ferme, Dole prenant place dans la jeep du milieu, accompagne de deux militaires des forces spéciales, toujours équipés de leurs armes à feu.

Les véhicules traversèrent le bourg construit autour du Richelieu. Il n’y avait pas véritablement une foule de gens, car beaucoup de normands craignaient que la FNF ne revienne pour continuer la guerre, et nul doute que Richelieu ne serait pas peuplé avant que les affaires ne soient officiellement mises au point.
Pour l’heure, le convoi traversa le pont de la crevasse, et retourna près de la raffinerie. Bien qu’elle semblait avoir retrouvé son activité, de grandes fumées noir quittant les cheminées d’acier, les stigmates de la guerre étaient encore là : Le bâtiment de la gare était réduit à un tas de cendre, les rails étaient en train d’être réparées par des pionniers, les grillages avaient été éventrés, les tours de garde anéanties. C’est non loin que les convois s’arrêtèrent, et que le commandant put enfin mettre le pied dehors et sentir l’air chaud normand, des lunettes de soleil sur sa tête.

C’est là, dans la cruelle terre, qu’on avait mis les corps. Les soldats normands étaient en armes, et allèrent près du chantier des rails pour demander du renfort afin d’exhumer les corps.
Une énorme pelleteuse écrasa ses chenilles dans la terre pour arriver jusqu’au lieu labouré et marqué d’une simple minuscule croix pour indiquer le charnier. Une cigarette dans le bec, le commandant attendit, longuement, que l’œuvre macabre se fasse.

La pelleteuse déterra une masse de corps désarticulés, détachés, clairement marqués par un début de putréfaction. L’odeur de tabac se mélangeait maintenant à une odeur immonde de chair pourrie. Beaucoup des corps étaient nus, car on leur avait pillé leurs effets personnels. Ils avaient des ventres gonflés, des asticots qui leur bouffaient les entrailles et qui rampaient sous leur épiderme. Il faudra que la cérémonie se fasse à cercueil fermé, obligatoirement. La face dégoûtée, Dole regarda de loin les cadavres mélangés qui reposaient. Ils étaient tournés vers l’est, vers Notre-Dame, montrant un minimum de piété envers les morts. Pour le reste, on avait mélangé un peu tout le monde, et il était difficile de savoir qui ici était un soldat de la FNF, et qui était un loyaliste mort sous les balles des Bretons, voire qui avait été tué après avoir suivi Icare dans la trahison... Ici, tous étaient égaux. Les lâches et les courageux, les pieux et les pécheurs, les traîtres et les loyaux, tous dormaient unis dans une fraternité sépulcrale.

Il n’y avait pas le sergent-chef Tarcorn. Ni même aucun de ses Coqs. Pourtant il avait imprimé leurs visages dans leurs esprits. C’est facile de reconnaître le rang d’un soldat à sa tête. Les officiers, issus bien souvent d’une caste noble, des fils de sénateurs et de futurs politiciens, ils sont beaux, la face propre, de jolies moustaches au-dessus de leurs lèvres. Les recrues, le prolétariat militaire, celui en première ligne, ceux qu’on surnomme « les enfants perdus », il a l’air jeune, à peine musclés, souvent avec des doigts sales car ils sont issus de la paysannerie ou du milieu ouvrier, habitués au métier à tisser et à la merde de vache bicéphale qu’ils empilent. Mais les Coqs ? Ce sont des vétérans, à la trogne couturée, marquée, cicatrisée par des blessures guerrières. Non, il ne reconnaissait pas ses forces spéciales dans le lot. Ce qui le mettait particulièrement mal à l’aise.
Après plus de deux heures à attendre dehors, Dole décida de rembarquer, tandis que des ouvriers normands alignaient les cadavres et les recouvraient de vieux haillons pour offrir un peu de pudeur à leurs charognes, en attendant qu’un convoi de la FNF ne vienne les prendre en charge et les ramener chez eux, et qu’ils aient enfin accès au repos éternel, dans la grâce de la Jérusalem Céleste.

***

Quand Dole revint dans les appartements privés du Roi, il entendit des éclats de rire et de la musique. Si un instant, Sousbois et Vitale étaient à deux doigts d’en venir aux mains, la tension avait laissé place à une fête.
Dans une grande salle aux fenêtres recouvertes de magnifiques rideaux dorés, un orchestre jouait une musique d’avant l’Apocalypse, sûrement entendue sur des CD qui ont survécu. L’alcool coulait à flot, on échangeait les seringues comme on échange les verres, et des courtisans magnifiquement bien habillés racontaient des blagues, ou bien riaient bêtement à celles racontées par d’autres mignons. De jeunes femmes légèrement vêtues, trop légèrement vêtues pour qu’un prêtre dévot ne soit pas enragé, se plaçaient sur les genoux des riches gentilshommes, passaient leurs doigts décorés de diamants et d’émeraudes dans leurs longs cheveux soignés avec des huiles et des produits, les laissaient sentir le parfum de leurs nuques dévoilées, aussi nues que celles d’un condamné qu’on allait passer à la guillotine.
Au milieu de ce décor, Dole, avec son uniforme militaire qui l’enserrait, et ses lunettes de soleil sur le front, faisait véritablement tâche. Mais il parvint à trouver Francis Sousbois sur l’un des canapés. Il avait deux filles de chaque côté, et en face de lui, quelques courtisans, des barons normands, avec qui il s’entretenait. Il avait l’air d’extrêmement bien parler, très à l’aise, peut-être que le politicien était en train de se chercher des alliés parmi la noblesse et les marchands locaux. À dire vrai, le commandant s’en foutait.

– Mesdemoiselles. Messieurs.
Permettez-vous que je m’entretienne avec le sénateur un tout petit instant ?


Il aida Francis à se lever, et l’éloigna au loin en lui attrapant fermement le bras. Il quitta la salle des fêtes pour le conduire à la salle d’eau du palais, juste au bout d’un couloir gardé par des hallebardiers normands. Une fois à l’intérieur, il s’arrêta devant le robinet d’eau froide, et l’ouvrit afin que le sénateur, qui devait être en train de planer à cause des stupéfiants, puisse se calmer ses ardeurs par un jet glacé. On entendait encore en bruit de fond les rires et la musique, et il fallut attendre que Francis reprenne ses esprits avant que Dole ne se mette à lui parler.

– J’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer.
Tarcorn était pas là. Parmi aucun des corps. Je vous en assure. Ni lui ni aucun de ses gars de son unité, pas un seul des visages j’ai pu reconnaître.
Ça sent vraiment pas bon. Vitale nous cache quelque chose, j’en suis à présent certain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 16 Mai - 23:24
Ces barbares savent recevoir se dit Francis. Vitale fit une démonstration de tout le luxe qu'il pouvait déployer. L'alcool coulait à flot, de la musique d'un autre age résonnait dans le palais des Jurques, et toute les catins du royaume avait été rameuter pour la soirée. La noblesse du Cotentin se régalait à voir leurs formes sous leurs petites tenues. Elle flirtaient chaudement sur les genoux des aristocrates et des riches. Francis pouffa un petit instant dans sa tete : c'est ainsi que la Noblesse de Cotentin assure sa succession ? Pas si différent de la Commune en somme. Mis à part qu'ici cela se fait sans hypocrisie. Francis était presque admiratif de ce mode de vie. Certe certain gros porcs n’hésitaient pas à caresser les cuisses des jeunes femmes aux yeux de tous de manière indécente, et d'autre de se défoncer au psycho, renversant dans leurs spasmes d’ultra-violence soudaine des bouteilles de vin hors de prix. Francis évitait la drogue. Non pas qu'il avait une opposition de principe a sa consommation, mais il tenait a être maître de lui-même. L'alcool était au moins gérable.

Francis ne tarda pas a être rejoins par d'eux jeunes femmes, attiré par la richesse apparente du Sénateur ( ou directement envoyé par Vitale en guise d'espionne). Julie et Cassandra, une jolie petite rousse au cheveux frisé, et une blonde a la poitrine généreuse ... la soirée promettait d’être intéressante ! Alors que les deux jeunes femmes se collaient de plus en plus a Francis sur le canapé, d'autres personnes virent.

Le premiers était un jeune marchands de bête de sommes. Francis avait entendus parler la semaine dernière que le service de ravitaillement de la FNF cherchait de nouveaux fournisseurs pour ses abattoirs. La demande de conserve pour les avant poste les plus éloignés avait explosé. Francis promit de le mettre en relation avec le directeur des achats a son retour.

Le second dirigeait une petite compagnie de transport fluvial. Il possédait trois péniches de transports de fret ainsi, qu'une dizaine de petits bateau a moteur. Francis garda cela dans un coin de la tete. Un véhicule très rapide, cela peut être utile en cas de coups dur.

Un troisième, prétendait modestement être dans l'import export, et était donc un trafiquant de drogue !

Francis buvait pas mal d'alcool. Mais cela faisait parti du métier. Dans les galas du Sénat, ou les autres événements du sérail de la Commune on consommait beaucoup d’alcool. Pour éviter de raconter n'importe quoi a n'importe qui Francis avait une technique dans sa botte. Il avait toujours une dizaine d'anecdote sur certains Sénateurs, où certains débat parlementaire, assez juteuse pour être intéressante, et assez drôle pour satisfaire un public intellectuellement limité. Il les avait apprise par cœur. Il les avait toujours en joker au moment où le verre de trop se faisait sentir, histoire de ne pas révéler un secret d'état, où une stratégie politique audacieuse.

- Vous savez il y a un an nous étions en pleine commission parlementaire pour parler de la rationalisation agricole du sud de la Commune, bref vous savez ... truc bien chiant ! La séance devait commencer a 8h. Je me suis réveillé à 10h après une soirée bien arrosé comme celle-ci ! Le Sénateur Daudet qui dirigeait la commission, m'appelle " Putain Francis qu'est ce que tu fou ?", un bon collègue en somme ce Daudet ! Encore un peu éméché je lui repond " Ferme là je suis avec ta femme". Il me répond " Très drôle ! Bon ramène toi, on a besoin de toi pour être majo sur ce vote." Je lui répondit que j'arrivais. J'ai enfilé un pantalon après avoir remis un coup sa bourgeoise !

Les trois hommes rigolèrent un bon coup face à la beaufferie de l'anecdote, et les deux catins aussi ( bien quelle ne comprirent vraisemblablement que 26% des propos du Sénateur).

Soudain Francis vit le Commandant Dole émerger et s'avancer d'un pas direct vers lui. Au vu de sa mine maussade, il revenait du charnier. Le commandant pris Francis a part, et l'amena dans de la salle d'eau. Le commandant ouvrit un robinet d'eau froide. Francis se revit lorsqu'il avait 16 ans et finit en cellule de dégrisement. Son père avait su étouffé l'affaire. Mais Francis était relativement serein. Il se passa de l'eau sur le visage pour rassurer le commandant.

- Vous tombez bien commandant ! J'étais a court d'histoire pour nos hôtes !


Dole resta de marbre. Pauvre gars. Il à dut déterrer une cinquantaine de soldat qui il y a quelques jours étaient encore sous ses ordres. Sa mine s’aggrava encore plus lorsque qu'il mentionna que "Tarcorn était pas là".

- Cela ne signifie qu'une seule chose Commandant. Soit Tarcorn et ses Coqs sont entre les mains de Vitale, soit ils sont encore dehors et continent leurs missions. Dans les deux cas il faut les retrouver. Ils ne sont pas loin ! Si ils sont prisonniers alors c'est dans ce palais. Si ils sont dehors, ils doivent être a proximité et mettre au point un plan d'action contre l'arme. Soyons vigilant ! Je vais retourner a cette soirée. Peut-être que quelqu’un sait quelque chose, et balancera le morceaux avant de faire une overdose de Psycho. De votre cotes retournez à l'helico, prenez la radio et balayez les fréquences cryptés pour voir si ils n'ont pas essayé de nous contacter. Ils ont dut voir notre hélico !

Il posa sa main sur l’épaule du Commandant :

- Je sais que ça n'a pas dut être facile, de voir ce charnier retourné sous vos yeux commandant. Mais soyez certain d'une chose. Nous ne repartirons pas sans Tarcorn et ses hommes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 16 Mai - 23:34
Dole donna une tape sèche sur la main du sénateur ; En la sentant contre son épaule, il n'avait ressenti qu'une immonde serre sèche pourvue de griffes, peut-être encore agité de la vue de cadavres putréfiés, ceux de ses propres soldats qu'il avait mené. Un instant, il serra le poing, en dévisageant le sénateur du haut de sa stature de soldat.

- Vos assurances me laissent pantois, sire. Sa majesté ne semblait pas très coopérative.
Qu'est-ce que vous comptez faire ? Si vous ne le confrontez pas, je le ferai, qu'importe que j'anéantisse le traité que vous avez signé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 16 Mai - 23:46
Dole semblait avoir mal pris ce qui restait comme une marque de compassion. Il était temps de clarifier la situation.

- Commandant je me suis fixer comme objectif premier le retour au bercail de nos gars ! Le traité reste secondaire ! Je n'ai pas d'assurance a vous donner Commandant. C'est mon objectif et il le reste. Vous pensez que je les sacrifiait au nom du traité ? Mais le fait que je ramène nos soldat est un bien meilleurs succès politique, que de signer un traité où la Commune est perdante dans tout les cas !

Il se repassa de l'eau sur le visage, cette fois pour se calmer.

- Sans compter que je me soucie réellement du sort des nôtres.Quoique vous pensez de moi, j'ai été soldat comme vous Commandant. Je sais ce que c'est de perdre des hommes au front. C'est pourquoi on va la jouer fine, allez à hélicoptère balayé les ondes courtes, pour voir si nous n'avons pas eut de signale de nos hommes. Où des signaux morses luminescent en notre direction cela reste possible. Si ce n'est pas le cas, cela signifie que nos hommes sont certainement prisonnier, et là nous confronteront Vitale. Vous êtes avec moi Commandant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mer 17 Mai - 0:03
- Sire, cela fait plusieurs semaines que l'opération a eut lieu. Ils ne sont pas cachés dans le décor de Richelieu.
Mais néanmoins, vous avez raison ; Balayer les ondes est peut-être une bonne idée. Peut-être que s'ils sont prisonniers, l'une de leurs radios portative est encore allumée, et alors on la détecterait depuis l'hélicoptère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mer 17 Mai - 10:54
De nouveau Francis et Thomas se séparèrent. Le Sénateur retourna à la fête alors que le soldat prit le chemin du pont pour retrouver l'hélicoptère de la FNF.

La fête battait son plein. Vitale s'amusait avec quelques courtisanes. Le Roi était encore célibataire et se cherchait une Reine disait-on.
Non loin le Grand-Chambellan semblait totalement désinhibé par l'alcool, il chantait à tue tête à une jeune prostituée un peu génée.
Hector Bras-de-fer était seul, assis sur un canapé un verre à la main, à regarder les scènes de beuverie autour de lui en restant impassible.
Rodrigue Boisvelour leva son verre en direction de Francis qui revenait dans la salle.

« Monsieur le Sénateur ! Venez donc vous joindre à moi ! Asseyez vous et prenez un verre ! »


Pendant ce temps, le Commandant Dole était retourné à l'hélicoptère pour y ballayer les ondes radios à la recherche de l'équipe du Sergent-Chef Tarcorn.
Jet de dé raté
Pendant de longues minutes il ne trouva rien. Puis une voix retentit.

« Ici Phacochien noir, vous m'entendez Général ?
- Je vous reçoit mon Capitaine. Où se trouve l'ennemi ?
- Il est devant moi, à quelques mètres. Il est avec ses poules, il ne m'a pas encore vu.
- Lorsqu'il sera assez prêt tirez sur l'ennemi ! Ne le ratez pas ! Cette mission est de la plus haute importance !
- Oui Général Icare ! A vos ordres ! »


La communication s'arrêta là.
Il n'y avait pas d'erreur, il s'agissait bien de l'onde correspondante à la radio des Coqs. Pour autant, la voix n'était pas celle du Sergent-Chef.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Jeu 18 Mai - 19:02
Le bras posé sur la porte de l’hélicoptère, le commandant Dole écoutait distraitement le poste-radio, naviguant entre les fréquences, l’opérateur assis sur l’un des fauteuils de l’engin tournant la molette pour balayer le tout. On entendait beaucoup de crépitements, parfois du son très fort, des voix fugaces. Il y eut un moment où on entendait de la musique et des rires, c’était une interférence avec l’une des radios du porte-avion, et nul doute que quelques gamins du village s’amusaient eux aussi à essayer de capter des stations radios à l’aide de postes usagés.
Et puis soudain, des voix, claires, distinctes, militaires. Et le nom d’Icare qui résonna dans les casques qui couvraient les oreilles de l’officier. Dole eut un mouvement vif, de recul, bondissant en l’air comme s’il avait été frappé par un éclair. Il retira ses lunettes de soleil et entrouvrit la bouche. Il lui semblait avoir déliré. Halluciné, d’un coup, un mirage idiot et cruel, comme ces oasis dont on rêve en traversant les déserts de cendre.
Il observa l’opérateur radio, qui lui aussi était fixé sur l’appareil radiophonique. Dole lui demanda s’il avait entendu quelque chose ; L’homme répondit par l’affirmative. Aussi, Dole retira le casque qu’il jeta au loin, avant de s’approcher des Coqs qui attendaient sur le pont du porte-avion. Il ordonna que quatre des soldats restent ici, et que les deux autres viennent immédiatement avec lui.

Les trois militaires retournèrent dans la tour du Richelieu. Les hallebardiers se mirent au garde-à-vous sur leur passage, et les observèrent avec un œil mauvais, méfiant, toujours aux aguets. Le commandant s’arrêta devant la grande porte qui menait à la salle des fêtes, et leur fit signe de se tenir ici et de se préparer à intervenir au moindre problème. Le commandant regrettait de ne pas avoir amené un gilet pare-balle : Le kevlar lui avait sauvé la vie, comme à beaucoup de ses soldats, lors de la bataille de Richelieu, mais ici, il était vulnérable. Il toucha l’étui à sa ceinture, afin de s’assurer de toujours avoir un pistolet sur lui, et chercha désespérément le sénateur dans la salle.
Il le trouva non loin du Roi. Il décida de s’approcher, sans pour autant aller le déranger. Non. Il préférait regarder la salle. Il trouva un valet qui portait un plateau d’argent sur lequel étaient dressées des coupes de champagne, s’en saisit d’une, puis alla près d’une fenêtre pour mieux observer. Là, il essayait d’être discret, juste à côté d’un fauteuil sur lequel une jeune femme, bien habillée, et probablement enfant d’une famille noble, était en train de s’injecter du psycho dans son bras couvert de traces de seringue. Silencieux, lèvres pincées, Dole cherchait du regard quelqu’un de suspect, quelqu’un qui comme lui espionnerait dans un coin, quelqu’un qui n’appartenait pas à cette fête...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 19 Mai - 18:59
Francis pris de bon ton l'invitation de Rodrigue Boisvelour. Le Grand-Chambellan semblait être la personne la plus raffiné du coin, bien loin devant le jeune roi qui semblait très intéressé par la myriade de prétendante venant se prosterner a ses pieds. Francis se resservit un verre de vin avant de rejoindre Boisvelour. Comme toute les piquettes, elle passait bien au bout de la cinquième, ou sixième consommation. Il se posa a cotes du Grand-Chambellan et en poussant un râle hilare, trinqua avec lui. Il bu une gorgé, et saisit par le bras une courtisane passant tout près pour la faire s’asseoir sur ses genoux. "A Rome, vis comme les Romains" disaient les anciens. Il embrassa la gueuse, et se tourna vers Rodrigue:

- Ma foi mon cher, je pourrais très rapidement prendre gout aux charmes de votre bon Royaume !

Alors qu'il écoutait la réponse du Grand-Chambellan, Francis, remarqua le Commandant Dole. Il est sans doute revenus de hélicoptère. Son regard inquisiteur semblait signifié qu'il avait effectivement trouvé quelque chose. Pour l'instant Francis ne voulut pas donner le change. Mais il fallait découvrir où étaient les Coqs disparut au cours de l'opération. Francis se tourna vers son nouveau compagnon de boisson :

- Vous savez, je suis assez heureux que nous ayons finalisé ces négociations. Et c'est en partie grâce à vous et votre vision éclairé des choses ! Il est bon que vous conseiller le roi Vitale. Chaque souverain doit bénéficier des talents et de la sagesses, des personnes les plus émérites de son royaume. J’espère que vous saurez guider votre roi sur la voie tortueuse de la diplomatie et du pragmatisme. Parfois les bon conseiller font de meilleur leader que leurs souverains. Il n'y a qu'a regarder la Commune. Est-ce que notre président est venu parler au Roi Vitale ? Ces négociation n'étaient même pas son idée !

Francis espérait que ce petit sous entendus concernant ses propres ambitions politiques allaient poussé le Grand-Chambellan à révéler les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 19 Mai - 19:25
Le Grand-Chambellan avait les joues rougit par l'alcool, depuis le début de la soirée, Francis ne l'avait pas vu sans un verre de vin à la main.

« Vous avez tout à fait raison mon ami !
C'est nous qui devrions gouverner ! »


Rodrigue Boisvelour était hilare. Son haleine sentait la vignasse.

« Le Roi a de la chance que ma fidélité à la maison de Jurques soit sans faille. J'étais déjà Grand-Chambellan sous le règne de son frère. Je l'ai servi jusqu'à sa mort.
Si le Roi Vitale m'a gardé à ses côtés c'est uniquement pour mes compétences, les même qui m'ont permit de mener à bien nos négociations ! »


Le Grand-Chambellan reprit une gorgée de vin et claqua les fesses dénudées d'une courtisane qui passait par là.

jet de dé raté
« Vous vous verrez à la Présidence de la République sire Sousbois ? Vous feriez un grand bien aux Terres Désolées ! J'en suis certain. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Jeu 25 Mai - 18:13
Francis ne fut pas surpris par la question du Grand Chambellan. Il savait que les Sénateur de la Commune cherchaient souvent l'appuis des Royaumes voisins pour avoir plus de moyens d'action politique. Francis tâtait le terrain depuis plusieurs heures. Mais il preferait rester prudent.

- Et si c'était le cas mon cher Grand Chambellan ? Qu'en adviendrait t-il ?

Meme si la perspective d'avoir l'appuis du Royaume de Cotentin pour sa carrière était alléchante, il fallait se focaliser sur le retour des hommes du Commandant. Dole était parti à l'hélicoptère balayer la radio pour trouver quelque chose sur les ondes. Il fallait d'autres infos. Le Grand Chambellan semblait jouer sa propre partition. Si il avait également une soif de pouvoir égal a la sienne alors il y avait une carte à jouer. Il se pencha à son oreille.

- Je pense que vous ferez également un grand bien aux Terres Désolées, et a votre Royaume. La Comune est prête à vous aider si vous l'aider !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 26 Mai - 13:14
Un large sourire se dessina sur le visage du Grand-Chambellan, faisant gonfler ses pommettes rosées par l'alcool.

« Je suis déjà bien trop âgé pour prétendre à quoi que ce soit. J'ai passé toute ma vie au service de la famille du Jurques, je ne changerai pas mon fusil d'épaule. »

Rodrigue Boisvelour but une gorgée de son vin et leva son verre en direction d'Hector Bras-de-fer qui siroter le sien à l'autre bout de la pièce. Le mercenaire Breton resta de marbre, sans aucun sourire, et ne répondit pas à l'officier de la couronne.

« Vous êtes un homme talentueux sire Sousbois. J'avais peur que la guerre n'éclate de nouveau entre nos deux nations. J'ai connu la défaite du Cotentin il y a 30 ans. Nous avons été littéralement écrasés par la force de frappe de la Commune et même si celle-ci à peut être diminuée et que nous avons notre arme pour nous défendre, il en aurait été de même aujourd'hui.
Vitale n'aurait rien lâché et aurait entraîné le Royaume dans les abîmes.
Vous êtes vraiment brillant pour avoir convaincu le Roi qu'une guerre n'était pas nécessaire. Si vous menez toutes les affaires de la Commune avec une telle justesse je me dis que la République pourrait retrouver son age d'or. »


Cette fois, et malgré le taux d'alcool dans son sang, le Grand-Chambellan redevint sérieux. Son sourire s'effaça et il posa son verre sur la table devant lui. Une courtisane peu vêtue passa devant lui et il n'en fit même pas attention.

« Je crains qu'une grande menace ne pèse sur la République Sire Sousbois. Des forces obscures se réveillent. La résistance, les Colonies, la Fédérations et d'autres Seigneurs de guerre ambitieux comme Vitale pourraient causer la perte de notre monde.
Regardez Hector Bras-de-fer. S'il est ici c'est pour obtenir l'aide de Vitale pour mener à bien son rêve. Il voudrait réunir les tribus d'Armorique pour devenir Roi des Bretons.
Une nouvelle force politique qui pourrait mettre à mal l'équilibre mondiale, vous savez comme les Bretons sont belliqueux. Ils pourraient être la goutte d'eau, le petit cailloux dans la chaussure de la Commune qui la fera trébucher.
Prenez garde. »


Le Grand-Chambellan reprit son verre et s'enfonça dans son divan.
A nouveau il leva son verre en direction du mercenaire Breton qui ne réagit toujours pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 6 Juin - 20:56
Francis pris tout en considération les craintes du Chambellan. En effet si Hector Bras-de-fer parvenait a rassembler tout les Bretons sous la même bananière, cela chamboulerais le rapport de force géopolitique autour de la Commune. C'était un problème de la plus haute importance. Il fallait sans nul doute averti le Sénat a son retour. Il tirerait tout les lauriers d'un tel avertissement.

Rodrigue semblait être quelqu'un de raisonné, voire un futur allié potentiel. Le Royaume de Cotentin serait réellement plus stable avec un homme de sa trempe pour le diriger. Mais Francis avait peur de se faire doubler par un stratège politique si talentueux. Son expérience ne le trompait que rarement à ce sujet. Il fallait lui demander des garanties, pour s'assurer de sa confiance. Et pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups ? Il lui murmura a son oreille :

- Je pense que nous pouvons nous aider mutuellement Chambellan, pour le bien commun de nos deux nations. Mais j'ai besoin de garanties mon cher. Je sais que le roi nous a menti a propos de nos homme, il n'y a pas besoin d’être très perspicace pour le voir ! Savez vous ce qu'il en est advenus ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 6 Juin - 23:53
Le Grand-Chambellan regarda le Sénateur dans les yeux. Il resta de marbre, sans expression pendant un instant, puis ses sourcils se froncèrent.
Il rota.
L'effluve d'alcool arriva dans les narines de Francis alors que la tête de Rodrigue commençait à tourner. Il porta une main sur son front, il avait la migraine.
Ce n'était pas étonnant, il avait dû boire presque deux bouteilles entières de vin de Saint-Alsème.

« Moi aussi je suis pour une aide mutuelle... il n'y a que comme ça que nous pourrons avancer... »


La voix de l'officier de la couronne avait un peu changé. Il avait de plus en plus de mal à articuler.

« Vos hommes vont bien... rassurez vous... En vérité... je vais vous dire... »


Il retint à nouveau rôt qui cette fois resta dans sa bouche.

« L'ambassadeur des Colonies... il était pas là pour une alliance avec Vitale... il était là pour acheter vos hommes... *hic* Il a même payé une grosse somme... apparemment lui et son gouvernement étaient très intéressés, ils ont à peine négocié... *hic* A l'heure qu'il est, vos hommes sont sur un navire pour traverser la mer... »


Le Grand-Chambellan avait-il délibérément révélé ces informations de lui même ou bien était-il sous l'emprise de l'alcool ? Pour le moment il était impossible de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 9 Juin - 17:34
Meme si il le cachait Francis était pris d'effrois ! Depuis combien de temps cet immonde Vitale avait t-il vendu ces braves soldats aux traître honnis des Colonies ? Francis demanda au Grand-Chambellan le nom du navire ... qui sait cela pourrait surement être utile !

Apres les politesses d'usage Francis parti rapidement à la recherche du Commandant Dole. Ce dernier était vraisemblablement encore près de hélicoptère pour balayer les transmissions radios. Il fallait l'avertir de ce dernier fait. Francis était certain que le Grand-Chambellan ne mentait pas, même si quelque chose semblait étrange. Pourquoi les Colonies se donneraient tant de mal pour acheter quelques soldats de la FNF ?

La panique pris le pas sur la raison pour Francis. Que fallait t-il faire ? Rendre compte à l’état major de la FNF ? Ou lancer une opération nocturne totalement improvisé avec le Commandant, les quelques gardes du corps, ainsi que les reliquats de l’expérience militaires de Francis. La perspective de monter au feu ne dérangeait pas Francis. Malgré le danger, il préférait prendre ce risque plutôt que de revenir au Sénat la queue entre les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 9 Juin - 19:28
Le commandant Thomas Dole vit le sénateur quitter le grand-chambellan. Il s’élança aussitôt à la poursuite du sénateur, et l’arrêta dans le couloir où les Coqs se tenaient prêts. L’officier fut étonné d’apprendre que Francis était en train de le chercher, et c’est alors que Sousbois lui expliqua la nouvelle.

– Les colonies qui achètent nos hommes ?!
C’est grave ! Non seulement ils peuvent se servir d’eux comme otages, mais le sergent-chef Tarcorn est un agent du renseignement extrêmement réputé. Il dispose d’informations sensibles. Si la Commune l’apprend, ils feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour tuer Tarcorn et éviter qu’il ne dévoile des infos.
Les colonies pourraient même utiliser Tarcorn et ses hommes à leur avantage. Je ne parle pas simplement de torture... Imaginez le dégât que ça pourrait faire, si on entendait Tarcorn parler à « Radio Libre », et qu’il disait, en direct, aux peuples de Nouvelle-France, des choses sur notre régime et ses actions à l’égard de ses vassaux. Non, il est hors de question qu’il soit livré outre-manche !


Le commandant jeta un coup d’œil dans la salle, inquiet.

– Pour autant, foncer ordonner à Vitale de les relâcher n’est pas forcément une bonne idée... Vous perdriez le chambellan comme allié, ça provoquerait un incident diplomatique...
Hector bras-de-fer est le chef des armées, non ? Ses mercenaires doivent être en train de prendre en charge le transport... Je peux peut-être lui parler, de soldat à soldat, et obtenir de lui qu’il s’arrange pour que Tarcorn et ses Coqs puissent s’échapper. On les exfiltrerait par hélicoptère.
Pendant que je vais lui parler, qu’est-ce que vous souhaitez faire ? Vous pourriez peut-être contacter la base de la FNF, ou bien, vous pourriez discuter avec Vitale ou le Chambellan... Vous devez être fort pour la subtilité, bien plus que moi je ne le suis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Sénateur Francis Sousbois
Messages : 32
Argent : 275
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 19:05
Francis redescendit un peu en pression après avoir écouté les conseils avisé du Commandant Dole.

- " Vous avez raison, tentez de voir avec le Breton, je vais creuser l'affaire du cotes du Chambellan, ou même de Vitale si il le faut, même si je ne préférerai ne pas en arriver là .... Ce lascar me semble peu coopératif !"

Il tapa sur l’épaule du Commandant, et pris une bouteille de champagne traînant près du buffet. Passant par là une des courtisanes se trémoussa près de Francis sur le fond sonore antédiluvien. Il fallait montrer a la suite de Vitale, que Francis appréciait la fête, et perdait sa capacité de réflexion a travers tout les vices offerts. Il s’accola à la courtisane en lui faisant boire le champagne à la bouteille, qui se renversait sur sa robe et son décolleté, suscitant l'hilarité de l’assistance.

Francis reprit son chemin et servit une coupe de campagne au Chambellan :

- " Mon cher, vous comprendrez que le retour de nos hommes est une absolue nécessité pour la république ... et pour moi également ! Vous comprenez qu'avec la presse dans les pattes, je ne peux pas rater une occasion de faire la une du Coqs Gaulois. Les élections approchent. Un coup comme celui-là, et le Sénat me mangera dans la main. Vous vous imaginez ce que vous tirerez d'une amitié avec le futur président de la Commune ! C'est bien plus intéressant que de vendre quelques diables aux voisins des colonies pour trois sous !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 20:19
Le sénateur était donc décidé. Il autorisait le commandant Dole à parler avec le mercenaire. Dole était fort malaisé. La chose logique à faire, c'était de prévenir l'état-major, et non de garder cette information pour eux-même. Comment les officiers et le Sénat réagiraient s'ils apprenaient que Sousbois et Dole ont agit de concert sans consulter personne ?
D'un autre côté, Dole craignait des conséquences de prévenir immédiatement l'état-major. La vie de Tarcorn était en danger, nul doute que la réponse des politiciens pourrait se faire lente, que la marine se retrouverait à provoquer un scandale, un incident diplomatique avec les Colonies. Tout ceci pourrait finir en guerre.
Alors, Dole décida de lever son bras et de préparer un chronomètre sur sa montre ; S'il prend trop de temps, la montre sonnera, et alors il cherchera à retourner à l'hélicoptère prévenir ses supérieurs.

En attendant, il redescendit dans la fête à la recherche du connétable. Il le trouva parmi les invités ; Mais Hector Bras-de-Fer ne semblait pas avoir bu la moindre goutte d'alcool, ni même être occupé avec les jolies garces. Il était pourtant un parti avantageux, et les bretons étaient connus pour être souvent ivres et occupés par les demoiselles. En voyant arriver Dole, d'ailleurs, un rictus naquit sur le visage du Seigneur de guerre.
Le commandant Dole le salua à la militaire, le plat de sa main près de sa tempe, puis tendis sa main pour la serrer.

- Sire Hector. J'ai à vous parler.
Loin des oreilles indiscrètes.


Le sourire du breton se fit encore plus carnassier. Mais il accepta de serrer la main du commandant et de lui faire un signe de tête pour ordonner à l'officier de la FNF de le suivre. Les deux guerriers décidèrent donc de s'éloigner des rires, de la musique forte et de l'odeur omniprésente d'alcool.
Ils s'éloignèrent encore plus loin que Dole l'avait imaginé... Hector le guidait à l'écart, et ouvrit une grosse porte blindée du Richelieu. Les deux soldats montèrent un escalier métallique, puis les semelles de leurs chaussures frappèrent un échafaudage qui montait ce qui avait été, par le passé, une salle d'armement. Peut-être que Hector voulait intimider Dole en lui montrant la puissance du vaisseau échoué, ou peut-être qu'il savait que ce n'était que ici qu'on pouvait réellement parler sans que les espions ou les courtisans de Vitale les épient.
Ici, nul garde, que ce soit un mercenaire breton ou un Coq. Hector sorti un gros cigare de son manteau, et Dole sorti un briquet de la poche intérieure de son uniforme pour le lui allumer.

- J'aurai jamais pensé que nous nous trouvions dans de telles circonstances. J'ai toujours imaginé que ce serait sur le champ de bataille. Le destin est parfois étrange...
Allez. Parlons clairement, sans détour, et s'il vous plaît, sans les vieilles formules politiciennes pourries qu'utilisent le chambellan ou Francis Sousbois. Je sais que Vitale a vendu mes hommes aux Colonies. À l'heure qu'il est ils doivent être embarqués sur un bateau qui traverse la mer. Mais vous devez avoir un contact avec les militaires à bord de ce navire. Vous avez sûrement un moyen de faire qu'ils n'arrivent jamais outre-Manche.
Mais bien sûr, vous le ferez pas gratuitement... Je pourrais vous promettre de l'argent, je suis sûr que le Sénat n'aurait aucune difficulté à vous verser une rançon pour la vie de ses hommes. Mais quelque chose me dis que c'est autre chose que vous voulez.
Ce que vous voulez, c'est la Bretagne. Je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 22:15
Pendant que le Commandant Dole s'éloignait de la fête en compagnie du mercenaire Hector Bras-de-fer, le Sénateur Francis Sousbois retourna à la table de Rodrigue Boisvelour.
Ce dernier était dans un sale état. Il semblait avoir empiré lors des quelques minutes d'absence du sénateur. Il avait le nez rougie et le visage gonflé par l'alcool. Il souriait bêtement à tout ce qui passait devant lui.
Le Grand-Chambellan réagit à peine lorsque Francis lui adressa de nouveau la parole. Il le regarda, l'air hagard, pendant un moment, avant de subitement lever son verre droit devant lui, en renversant la moitié de son contenu sur le sol.

« Je souhaite lever mon verre pour la gloire de *hic* du nouveau Roi du Cotentin *hic* et du nouveau Président de la Commune !
En parlant de manger dans la main du Sénat *hic* j'ai faim !
J'ai envie de manger un cul ! »


Le Grand-Chambellan attrapa une courtisane qui passait devant lui et la força à s'asseoir sur ses genoux. La jeune femme gloussa.
Il en était fini de l'officier de la couronne, l'alcool avait eu raison de lui.

Pendant ce temps, Thomas Dole discutait avec le mercenaire breton.
La révélation du Commandant de la FNF avait fait changé l'expression sur le visage d'Hector. Ce dernier était surprit.

« Quel enfant de putain vous a raconté tout ça ? C'est ce crétin de Rodrigue ? Je l'ai vu discuter avec le sénateur. Je savais qu'il ne fallait pas faire confiance à cet imbécile. Il est du bord d'Icare ! »

Le mercenaire breton avait un accent typique de son pays, qui semblait, aux oreilles d'un habitant de la Commune, très vulgaire et barbare. Pour ne rien arranger il parlait de manière agressive.

« Vous ne savez rien de mes ambitions. Ne me prenez pas pour un politicien Dole, je suis un guerrier. Vos petits arrangements d'officier en costume cravate ne m'intéresse pas. Ne vous croyez pas mon égal commandant de mes couilles, moi je me bat sur le terrain, aux côtés de mes hommes, pas derrière une table d'état major avec un bel uniforme.
En ce qui concerne vos hommes, les Colonies sont venues les chercher ce matin pour les embarquer sur l'un de leur bateau, je n'ai rien à voir avec leur transport vers l’outre-manche. »


Le breton afficha de nouveau son sourire suffisant, satisfait de savoir les hommes du Commandant aux mains de l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 22:24
Contrairement à Hector, Dole n'affichait pas le moindre sourire. Il gardait le même air froid et impassible.

- Il est triste que vous n'ayez pas de contrôle sur le transport de mes prisonniers. Extrêmement dommage. Surtout pour vous ! C'est vous le cocu dans cette affaire. Rien de plus qu'un mercenaire, qui guerroie pour une minable solde, et dont l'avenir s'arrêtera à une balle tirée par un tireur d'élite caché à 800 mètres de là, la mort la plus déshonorable possible. Vitale n'aura jamais aucun moyen de vous aider, au fond de lui il se fiche de vos rêves et de vos ambitions, il ne veut pas de vous en égal, peut-être même pas en vassal.
Si vous aviez mes hommes entre vos griffes vous pourriez négocier beaucoup de choses, et je parle pas simplement d'argent.


Un petit silence resta. Calme. Un simple instant. Mais le commandant repris. Comme si... Une idée venait de le frapper.

- Je me bats également sur le terrain, sire. J'étais sur le front, avec mon fusil et un plastron pour mener l'assaut, avant qu'Icare ne se mette à trahir les troupes de la Commune et dégommer dans le tas.
J'ai chevauché le char d'assaut qui a explosé sa voiture, et j'ai pu voir son cadavre brûler dans la jeep, de mes propres yeux.
Alors pourquoi vous parlez "du bord d'Icare" ? Vous êtes en train de sous-entendre... Que sa faction est encore représentée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 22:29
Hector leva les yeux au ciel.

« Ne me prenez pas pour un idiot Dole. Vous n'arriverez pas à me manipuler jusqu'à me faire trahir Vitale. Vous ne connaissez absolument rien de nos relations ni de nos arrangements.
En ce qui concerne Icare, vous vous doutez bien que sa mort n'a pas entièrement anéanti l'opposition à Vitale. Il y en a encore quelques aveugles qui pensent que la Commune est bénéfique aux Terres Désolées, Rodrigue, en tant qu'ancien fidèle d'Icare, fait apparemment parti de cela.
Maintenant excusez moi, mais j'ai à parler au Roi. »


Le mercenaire commença à reprendre la direction de la fête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 22:50
Dole arrêta Hector et lui attrapant l'épaule. Pour autant, il ne fit pas ce geste avec un calme et une détente comme le sénateur Sousbois se permettait de lui parler le bras. Là, les deux hommes étaient des militaires, et la pression montait d'un cran, énormément était à risquer. Il était fort possible que les deux en viennent aux mains...

- Sousbois a signé un traité avec Vitale. Ce traité peut permettre à la Commune et au Cotentin de retrouver des relations normalisées et éviter une putain de guerre. Cette affaire avec les Colonies anéantit tout ça. Vous vous rendez compte que toutes les négociations de l'après-midi risquent d'être caduques dès l'instant où le Sénat apprendra cet arrangement secret ? Le Roi Vitale aurait sérieusement pas pu attendre une putain de journée avant de les vendre ? Il était pourtant au courant de notre arrivée.
Je me contrefout de votre relation avec le Cotentin, Hector. Alors plutôt que faire la sainte nitouche, considérez plutôt ça. Vous comprenez que c'est dans l'intérêt de Vitale et du Cotentin que le traité soit signé. C'est dans l'intérêt de certaines personnes dans la Commune, comme les sénateurs Sousbois et Granderive, qui prônent la paix et le commerce.


Dole fit un pas en avant. Il se retrouvait maintenant juste entre la porte et Bras-de-fer. Les dents du commandant étaient retroussées, ses yeux ancrés dans ceux du mercenaire, à la recherche du moindre signe d'expression.

- Vous avez raison, je connais pas vos arrangements. Mais j'ai pas la prétention de vous manipuler. Tout ce que je veux, c'est récupérer mes hommes entiers, les ramener à Paris. Une fois que ce sera fait, le traité sera signé, il passera comme une lettre à la poste, Vitale sera sacré à Notre-Dame et reconnu comme le seul Roi entièrement légitime, il ne sera plus inféodé au Sénat, et il pourra faire taire les factionnaires qui sont encore opposés à son règne. C'est dans l'intérêt du Roi, c'est dans l'intérêt du sénateur Sousbois, c'est dans mon intérêt en tant que chef qui veut sauver ses hommes.
Mais je me commence à me demander si c'est dans votre intérêt... C'est bien la crainte de l'arrivée de bataillons communaux qui justifie vos gages, non ?
Tout ça pour dire. Considérez très attentivement ce que vous allez choisir de faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mar 13 Juin - 23:48
La tension monta d'un cran. A présent le breton avait le regard noir, les dents serrés.
Il sembla prêt à bondir, mais resta maître de lui.

« Laissez moi passer Dole.
Vous savez bien que je suis un mercenaire, quel est mon intérêt dans la paix ? Je vis de la guerre, je suis né pour ça. »


Le breton força le passage pour obliger le Commandant de la FNF à se pousser.

« Je ferais ce que je veux Dole, et j'espère pour vous que ce ne sont pas des menaces car vous risqueriez de le regretter. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais vous n'êtes pas en position de force ici. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Mer 14 Juin - 0:01
C'était évident que Hector ne serait d'aucune aide envers Dole. Il était un chien fou, un de ces bretons hirsutes et païens qui étaient un cancer pour l'Humanité toute entière.
Il n'empêche. La situation n'était pas rétablie. Ils risquaient toujours la guerre, la destruction du traité, que toutes les négociations soient arrivées pour rien. C'était un risque gravissime pour la paix, et surtout, pour la vie de Tarcorn.
Il n'y avait néanmoins rien que quiconque ne puisse faire, et la montre jouait contre Dole. Il pouvait bien sûr continuer à essayer de raisonner le breton, mais les chances étaient très minces.
Alors, il adopta une autre stratégie.

- Vous me faites de la peine Hector. Beaucoup de peine.
Vous savez c'est quoi la différence entre les hommes comme vous et les hommes comme moi ? Et vous savez la raison pour laquelle c'est Vitale qui est Roi et que vous, vous ne serez jamais Roi de quoi que ce soit, et certainement pas de la Bretagne ?
Vous êtes terriblement remplaçable. Il n'y a personne sur le Richelieu qui soit plus remplaçable que vous. Rodrigue Boisvelours est beaucoup de chose, mais il arrive à se maintenir parce qu'il a des talents qui sont bien plus rares que les vôtres. L'expérience de la guerre c'est rien, les Terres Désolées ne manquent pas de déchets qui sont prêts à rapiner à tout va. Personne n'a que faire d'un serviteur qui rapporte les manoeuvres de l'adversaire sans être capable de cerner ses intentions. Dans un bataillon de la FNF, vous feriez partie de la reconnaissance. Vous savez comment on les surnommes ? "Les enfants perdus". Ils sont indispensables, mais faciles à remplacer. Des pièces sacrifiées. C'est ça que vous êtes Hector. Un enfant perdu.
Si la guerre éclate vous serez en première ligne. Et vous allez morfler. Et vous allez crever. Et vous approcherez toujours du pouvoir sans véritablement le toucher du bout des doigts. En fait... Vous allez passer votre vie à genoux. À sucer des bites. À sucer des gens comme Icare, ou Vitale.


À défaut d'obtenir quelque chose de Hector, le but de Thomas était de le pousser à bout, peut-être de le provoquer à se battre. S'il échouait, alors tant pis, il se casserait d'ici pour remonter à l'héliport et contacter l'état-major. Cette charade avait assez duré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 16 Juin - 18:53
Jet de dé réussi
Contrairement à ce qu'il aurait pu prévoir, le breton resta de marbre face aux insultes.
La tension entre les deux hommes retomba même.

« Vous aussi vous me faite de la peine Dole.
Vous voyez la différence entre les hommes comme vous et les hommes comme moi ? Vous êtes incapable de survivre dans le vrai monde, trop content d'être à la botte d'une république en déclin, ignorante de la vraie vie.
Vous n'êtes qu'un chien aux services de politiciens corrompus qui se foutent justement de la vie de vos "enfants perdus".
Je serais peut être remplaçable au sein de votre armée, mais il se trouve que je n'en fais pas parti, et j'en suis bien heureux au vu de la description que vous en faite.
Parce qu'ici dans les Terres Désolées, au sein des pays libres, nous mettons en avant le courage et la fraternité. Personne n'y meurt sacrifié. »


D'un geste Hector poussa le Commandant Dole du passage, avant de lui dire dans un dernier sourire :

« Vous aussi vous allez passer votre vie à genoux, à sucer des bites de politiciens comme Sousbois ou Hénin. J'espère que vous aimez avaler. »

Le mercenaire s'éloigna pour rejoindre la fête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Fiche
Messages : 77
Argent : -17
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent] Ven 16 Juin - 19:02
Les crocs de Dole se serraient. Mais il reprit vite son calme, malgré le coup de sang qui le fouettait et les poings qui se fermaient. Il aurait put attaquer Hector, mais alors, ce serait lui qui serait apparu rustre et portant atteinte aux négociations, et non pas l'inverse comme il le désirait. Le commandant renoua son nez de cravate, sèchement, avant de quitter immédiatement la position.

Il retraversa la salle des fêtes. Sur le chemin, il senti une main se poser sur son épaule, et ne prit même pas le temps de savoir s'il s'agissait d'un noble cotentinais ou une jolie courtisane qui l'arrêtait. La montre du commandant s'était mise à sonner sur le chemin, et il savait qu'il ne pouvait maintenant plus perdre son temps dans les manoeuvres politiciennes.
Il se retrouva devant les deux Coqs qui attendaient. En voyant leur supérieur hiérarchique, les deux frappèrent le sol et le saluèrent à la militaire.

- L'un de vous reste ici et continue de surveiller le sénateur Sousbois. Vous, caporal, suivez-moi.
- Oui mon commandant.


L'un des Coqs s'avança dans la fête, et tacha de chercher Francis du regard, afin de pouvoir intervenir en cas de tentative d'assassinat.
Dole, lui remonta le plus rapidement possible jusqu'au porte-avion, même s'il tâcha de ne pas courir ou de faire de gestes brusques. Tout le long du chemin, il voyait des soldats normands qui le guettaient, une hallebarde en l'air et un pistolet accroché au ceinturon, et Thomas se mettait à craindre un geste inconsidéré d'un d'entre eux.
Finalement, il arriva jusqu'au pont du porte-avion, et s'approcha de l'hélicoptère pour contacter l'état-major.

- QG, ici Mirabeau Chef. Les négociations viennent de prendre un tournant... Dramatique.
Le sénateur Sousbois négocie avec le Roi Vitale. Mais j'ai une information de source sûre qui m'a été donnée par un des politiciens normands. Le sergent-chef Tarcorn et ses hommes sont prisonniers, et en ce moment même, ils sont sur un navire qui va traverser la Manche afin d'atteindre les Colonies.
Il faut contacter la Marine Nationale. Ai-je des ordres particuliers ? Est-ce que je dois mettre fin aux négociations et évacuer le sénateur Sousbois ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La guerre Vitale : Partie IV [RP présent]
Revenir en haut Aller en bas
La guerre Vitale : Partie IV [RP présent]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» La permière Guerre d'Armageddon. (Partie 3 posté!)
» partie scorpion vs lion
» Conflits en Europe - Deuxieme partie du XIXeme Siecle
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-