Partagez|
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: L'or du Clergé Lun 3 Avr - 0:31

Précédemment : Partie 1 (lien)

Rive Nord de la Seine, sortie du pont du Change.

Même de bonne heure le matin, le pont du Change était d’habitude encombré de pèlerins, marchands et survivants en tout genre qui se rendaient sur l’île. Mais aujourd’hui, alors que la priorité de chacun était plutôt de se protéger de la tempête, il semblait bien désert. La visibilité était réduite au minimum, et Léthias ne distinguait même pas les toits de certains bâtiments, à cause de la poussière qui volait ou de celle qui se déposait sur ses lunettes de protection. Léthias se demanda s’il était judicieux de se séparer du convoi comme il était à l’origine prévu. Probablement pas, puisqu’il perdrait rapidement la vision sur celui-ci. Mieux valait-il rester à l’arrière, Cresida étant en tête et l’inquisiteur sur un côté. Il décida d’aller en informer l’autre commandeur, commença à remonter jusqu’à la tête du convoi et croisa donc le paladin en question.

« -Inquisiteur Courtain, c’est bien ça ? Commandeur Osniaril. Foutu temps pour rejoindre la Commune hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Lun 3 Avr - 20:12
Et bien, pour être honnête je m’attendais à ce que la situation ne soit pas optimale et au final c'est bien pire. J'avais croisé les doigts pour que cette foutue tempête ne nous tombe pas en plein dessus, on dirait que mes prières n'ont pas été entendues... Tant pis. Bien que nous n'étions partis que depuis un court laps de temps, l'avancé fût des plus chaotique, on ne voyait même pas à dix mètres sans parler du sable que le vent faisait s'écraser contre nous tel un kamikaze nippon. Je m’efforçais à tenir le rang, au moindre écart et je  pourrais dire adieu au groupe, par conséquent je restais assez prés du chariot a mes cotées. 
De plus, il fallait rester vigilant, la situation n’était pas a notre avantage et au moindre problème, se serait assez dur de sécuriser la cargaison et vu le temps, qui ferait la différence entre un allié et un ennemi ? Pour rester concentré, je récitais le Sanctus en boucle, encore, encore et encore : Sanctus, Sanctus, Sanctus, Dominus Deus Sabaoth, Pleni sunt coeli et terra, Gloria tua, Hosanna in excelsis, Benedictus qui venit in nomine Domini, Hosanna in excelsis. Alors que je regardais devant moi quelqu'un vient de positionner a ma hauteur, je n'avais pas fais attention au début mais il s'agissait apparemment du Commandeur Osniaril.

« - Effectivement, commandeur. J'aurais bien enlevé mon casque par politesse, mais comme vous le voyez, le temps ne s'y prête pas. » 
Ma voix résonnait a travers le masque de métal. 

C’était la première fois que je le rencontrais.
Il m'avait l'air bien plus sympathique que certains...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Mar 4 Avr - 1:12
Quelque part dans les rues de Paris.

« -Quand j’ai vu ça ce matin, me suis dît qu’on allait passer une journée sympathique. Je ne sais pas si le temps est le même à la Commune, mais ça m’étonnerait pas. »

Léthias se retourna rapidement, et s’aperçut que l’ile avait déjà disparu sous les nuages de la tempête. Ils ne marchaient que depuis quelques minutes, mais cela avait suffi à masquer les imposants bâtiments de l’île, dont les hautes tours de Notre-Dame. Autour de lui tout était jaune pâle, et les bâtiments de part et d’autre de la rue n’arrangeaient pas la situation. Ils créaient un véritable couloir où le vent s’engouffrait, charriant avec lui un mélange de sable, de poussière où le vent soufflait plus vite que dans un espace ouvert. Les rafales rendaient la progression difficile, alors que les chevaux comme les hommes avançaient plus lentement qu’à l’accoutumée. La plupart des chevaliers autour du convoi avaient d’ailleurs une main fermement posée sur les bords des remorques, pour tenir plus facilement debout. Léthias se pencha en avant pour avancer plus facilement, et retrouve Cresida en tête du convoi. C’est à peine si les deux hommes devaient crier pour se faire entendre.

« -Mais bordel c’est quoi ce temps ? Je n’ai pas vu ça depuis des mois ! Et c’était plutôt une tempête hivernale !
-M’en parle pas ! A mon avis, il ne vaut mieux pas que je m’éloigne du convoi ! Si je le perds de vue, c’est un coup à pas le retrouver !
-Je suis d’accord !
-Du coup, je vais rester sur les arrières du convoi !
-Rien qui bouge d’ailleurs ?
-J’ai pas vu en tout cas ! Gontran a rajouté des sangles ce matin, les bâches claquent mais ça tient toujours le coup.
-J’espère quand même que c’est protégé de la poussière dessous ! Cette saloperie s’infiltre partout.
-Je pense bien, les clercs prendraient pas le risque que les ornements puissent être abimés. »

Léthias approuva d’un simple hochement de tête, avant de repartir dans l’autre sens. Cette fois, il avançait dos au vent, et devait se retenir d’être emporté par le vent. A mi-chemin, il retrouva Courtain, auprès de qui il s’arrêta pour discuter de nouveau.

« -Alors, qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre l’Inquisition ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Mar 4 Avr - 23:50
Côté droit du convoi, deuxième chariot.

Le susnommé Osniaril s’arrêta quelques instant pour discuter, se fût bref en tout cas mais il partageait le même ressenti que moi pour cette journée; une belle merde en prévision. Mais bon, comme on dit, c'est moins drôle quand c'est facile. Quelques secondes plus tard, il reprit sa route en direction de l'avant-garde du cortège, alors qu'il n'était qu'à quelques mètres - seulement - il disparut derrière le rideau de sable. Quant à moi, je continuais d'avancer à la même allure que le chariot à mes côtés. De part la situation, que se soit la météo ou la cargaison, j'avais décidé de doubler de vigilance. La main fermement encrée sur la poignée de épée, j'étais prêt à dégainer au premier signe inhabituel, bien qu'avec cette tempête, tout pouvait sembler inhabituel. L'avancée était de plus en plus dure mais tout le monde était bien décidé à y arriver au bout. Alors qu'il avait sans doute fini ce qu'il avait à faire devant - parler à Cresida sans doute -, Osniaril se mit à ma hauteur et se mit à marcher avec moi.

« - Pourquoi ? Demandais-je un peu surpris par la question.
Je me mis à sourire derrière mon casque. Au final, je l'aimais bien cette question.
Je dirais... Que la vie est plutôt surprenante. Que peu importe ce qu'il nous arrive, il faut l'accepter. Je vais être honnête, ce n'est par choix. Peut être que l'histoire des Courtain est déjà parvenue à vos oreilles, bien que l'Eglise aime bien garder les choses tabous, je sais qu'ils aiment bien parler ces gens là. Je fis un mouvement de main un peu las pour montrer à mon interlocuteur que ce n'était pas très important pour moi ce genre de choses.
Et puis, j'ai l'impression d'être utile en faisant ce que je fais. Vous devez penser que c'est peut-être un peu démagogique, mais je le pense. De plus nous sommes des soldats, mourir fait partie du jeu. Au final c'est un tout complexe, l'Inquisition. Mais on s'y plaît... vraiment. Et vous ? Vous êtes donc un Hospitalier ? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Mer 5 Avr - 22:19
Le visage de Léthias, caché derrière ses lunettes de protection et son foulard, ne laissa malgré tout transparaitre aucun sentiment. Malgré tout, il fallait bien admettre que le chevalier était quelque peu surpris par la vague réponse du paladin. Visiblement, ce dernier ne semblait pas vouloir s’étendre sur la question. Et même si cela avait éveillé la curiosité de Léthias, il n’était pas le genre de personne à aller fouiller dans les affaires des autres.

« -En effet. J’ai intégré l’Ordre assez jeune, mais je n’ai jamais eu le physique pour passer des heures en armure, épée et bouclier en main. Alors je me suis dirigé vers le glaive et l’arbalète. »

Joignant le geste à la parole, Léthias désigna la forme en T dans son dos, recouverte de tissu pour être protégée des éléments extérieurs. Au fil des expéditions, le commandeur avait en effet compris qu’il valait mieux protéger les mécanismes de son arme de la poussière, au risque de voir le mécanisme à verrou qu’il avait adapté se bloquer au réarmement. Après cette petite discussion, il retourna donc à l’arrière du convoi, essayant tant bien que mal de rester attentifs aux alentours. Malheureusement, le bruit du vent hurlant autour de lui et le champ de vision réduit n’aidaient pas. Le convoi continua donc son chemin, mètre après mètre, kilomètre après kilomètre, se rapprochant à chaque instant un peu plus de la Commune. Bientôt, ils s’approchèrent de la moitié du trajet, et de la place de l’Etoile où se trouvait l’Arc de Triomphe. L’imposante structure, quand le ciel le permettait, permettait aux observateurs situés à son sommet une très bonne vue sur les environs. L’accès aux étages en haut était uniquement possible via d’étroits escaliers en colimaçons, ce qui rendait la défense du site aisée. Au fil du temps, une petite communauté s’était installée à l’intérieur, et avait établi autour une sorte de campement. Ce dernier servait souvent d’escale aux voyageurs entre la Commune et les principaux lieux des Terres Désolées.  Mais aujourd’hui, le convoi ne comptait pas s’arrêter, devant arriver au plus vite à la Commune.

Sentir un courant d’air frais dans son dos, au milieu de cette tempête, paraissait impossible. Pourtant, c’est bien ce que ressentit Léthias. Surpris, il porta instinctivement la main à son glaive et se retourna. Mais évidemment, il n’y avait rien derrière lui, si ce n’est de la poussière tourbillonnant dans les airs. Quelques instants plus tard, l’étrange phénomène se reproduisit. Il avait de plus en plus l’étrange sensation que le convoi était observé, mais il ne distinguait rien. Puis il crut entendre des bruits, comme des pierres tombant au sol. Surement à cause du vent, se rassura-t-il.

« -Restez sur vos gardes, cria-t-il à l’attention des chevaliers, n’importe qui pourrait nous tomber dessus avec ce temps ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Ven 7 Avr - 19:17
Parlons peu, mais parlons bien, comme on dit. Osniaril était venu me parler et j'avais jouer franc jeu, même si certains trucs on du lui échapper, sans doute. Néanmoins, il n'a pas insisté, donc soit la réponse lui a parfaitement convenu ou alors il n'en avait que peu à faire, que se soit l'un ou l'autre peu importe, c'est pas réellement le bon moment pour taper la causette. D'ailleurs, il n'a pas perdu du temps pour retourner à sa position initiale à l'arrière du convoi. Le temps s'était durcis encore plus depuis quelques minutes déjà, on avait beau avancer, on aurait dis que le trajet était interminable. Il me semble avoir aperçu l'Arc de Triomphe à un moment donné, je pense avoir rapidement distingué le bâtiment perdu au milieu de la valse de sable.
Il ne restait plus beaucoup de temps avant d'arriver à destination, pour l'instant tout c'était bien passé, quasiment un miracle en somme, il n'y a plus qu'a prier pour que ça continue sur la même lignée. J'imagine bien la réaction à Notre-Dame si on perd, ne serait-ce qu'une infime partie de notre cargaison. Je pourrais presque en rire, si on avait pas un risque élevé d'embuscade. Tellement de personnes vont et viennent du côté de Notre--Dame, que sonder leurs intentions est pratiquement impossible pour les gardes en place. Par conséquent, si l'agitation formée par le convoi est arrivée jusqu'aux yeux ou aux oreilles de "certaines" personnes, je suis sûr qu'ils ne vont pas nous faire de cadeaux.

« -Qu'est ce que je vais m'amuser aujourd'hui. »

J'avais soufflé les mots... Apparemment assez fort que les personnes autour de moi entendent. Un léger sourire se dessina sur leurs lèvres. Pas une raison pour se relâcher cependant. J'ai toujours ma main solidement posée sur la poignée prêt à dégainer aux moindres signe suspect. Ma seconde main tient fermement mon bouclier. Pour être honnête le bouclier pèse vraiment son poids et le maintenir à bout de bras est une vrai corvée. Mais c'est le prix à payer pour une protection optimale, nous sommes obligés de le renforcer pour éviter qu'il se transforme en véritable morceau de gruyère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Lun 10 Avr - 22:42
Le convoi continua donc son chemin, alors que le temps semblait s’améliorer légèrement. La visibilité était un peu meilleure et le vent se faisait moins violent, ce qui facilitait la progression. Léthias décida de rejoindre la tête du convoi, histoire de discuter avec Cresida. Tout était calme, et cette partie du trajet était relativement sûr. Au moment où il commençait sa remontée, un des soldats du chariot arrière s’arrêta et se pencha pour refaire les lacets de ses bottes. Il n’en avait que pour quelques secondes, mais mieux valait qu’il reprenne vite sa place autour du chariot par mesure de sécurité.

« -Trainez pas !
-Non, je vous rejoins tout de suite ! »

Alors que Léthias était au niveau du chariot central, un soudain cri de douleur venu de l’arrière le fit se retourner. Instantanément, il fit attrapa le pistolet à sa ceinture et se précipita vers l’arrière du convoi. Tout semblait dans l’ordre, les autres chevaliers étant aussi surpris que lui. En une fraction de seconde, il comprit que le cri venait du soldat en arrière. Derrière le convoi, une forme noire bondit en travers de la rue, et tout en se précipitant vers le soldat à terre, Léthias un coup de feu dans sa direction, certain que cette chose n’était pas amicale. Deux chevaliers le rejoignirent, entourant l’homme au sol. Ce dernier avait la jambe en sang, avec une profonde taillade. Léthias fit signe de ramener le blessé près du convoi, et les deux chevaliers le trainèrent sans ménagement jusqu’aux chariots. Il grogna de douleur, alors que Cresida accourait.

« -Faites lui un garrot et un pansement !
-Qu’est-ce qui se passe, demanda Cresida en arrivant, c’était quoi ça ?
-Je ne sais pas !
-Une bête ! Une… Aaaaaaaaaah !
-Une bête ? Quoi comme bête ?
-Je ne sais pas ! Elle est allée…. Ah ! Trop vite, j’ai rien vu.
-Elle ressemblait à quoi ?
-J’en sais rien ! Jamais vu ça !
-Restez groupés ! Boucliers ! »

Tous les chevaliers autour du convoi se tenaient à présent bouclier levé et épée en main, groupés à plusieurs pour se protéger. Léthias leva les yeux, et vit la même ombre qu’il avait aperçu quelques minutes plus tôt. La forme semblait se bondir d’un côté à l’autre de la rue, avant de disparaitre à l’angle d’un bâtiment.

« -Inquisiteur Courtain ! Vous savez ce que c’est ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Mer 12 Avr - 16:48
Alors que le convoi avançait plutôt tranquillement depuis quelques minutes et qu'il faisait de plus en plus clair, chose sur laquelle je n'aurais pas parié en partant ce matin. Un cri retenti alors, quelques mètres derrière moi, alors que j'étais toujours en position sur mon côté. Pour être honnête, celui-ci m'arracha un léger sursaut.

« -Bordel, qu'est ce qu'il se passe ?! »

Pour le coup c'était un peu chaotique, plusieurs personnes avait crié. Je reconnus assez facilement quand à l'autre aucune idée, sans doute une des personnes du convoi. Ni une ni deux, je me dirigeais vers arrière du convoi, vu que le bazar semblait provenir de là-bas. Quelle ne fût pas ma surprise quand j'ai vu un des gars se faire tirer par deux de ses acolytes, la jambe bien amochée. Que venait-il de se passer ? 

« -Qu'est ce que ?! »

J'eus ma réponse assez rapidement quand une forme se déplaça à quelques mètres de nous pour disparaître quelques secondes plus tard.  J'avança de quelques pas pour me retrouver à la hauteur d'Osniaril. J'examina rapidement les lieux aux alentours d'un coup d’œil furtif pour éviter d'être prit à revers... Ce qui ne sembla pas le cas. Voilà qui devenait intéressant. Je dégainais alors mon épée.

« -Aucune idée ! Mais vous n'avez qu'un seul mot à dire et je vais me le faire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Jeu 13 Avr - 0:39
Léthias jeta un coup d’œil en direction du blessé, toujours allongé au sol près d’un chariot, puis en direction de Cresida. Les deux hommes n’avaient que quelques secondes pour prendre une décision, ou bien ils risquaient de perdre la créature. Mais les deux hommes se connaissaient et savaient comment travailler ensemble.

« -Par ce temps, seul, c’est risqué.
-Tu rejoins en vitesse la Commune et tu préviens le Bastion ?
-Ça marche. Soldats, mettez le blessé sur un chariot ! On force l’allure !
-Courtain, je viens avec vous ! Ne perdons pas de temps ! »

Léthias se mit à courir, sans attendre la réponse de l’Inquisiteur. Il s’approcha arme au poing de la dernière position connue de la bête qui venait de les attaquer mais forcément, celle-ci avait déjà disparue. Néanmoins, un cri attira l’attention de Léthias et il distingua la même forme noire, à travers le rideau de sable et de poussière. Immédiatement, il tira un coup de feu dans sa direction, auquel le monstre répondit par un grognement avant de disparaitre de nouveau. Après un court sprint, Léthias s’arrêta près d’une tache marron au sol, faîte par une sorte de fluide visqueux. Des sortes de petites gouttelettes formaient derrière comme une piste, et le commandeur avait le pressentiment qu’il devait ça à la balle qu’il venait de tirer. Il mit un genou à terre pour observer de plus près cette étrange substance, alors que Courtain était juste derrière lui.

« -J’ai l’impression que ça vient de la bête… Vous savez de quelle créature ça pourrait venir ? Et au fait, désolé si je ne vous ai pas demandé votre avis, mais il valait mieux agir vite pour ne pas la perdre. Et à mon avis, on ne sera pas de trop à deux. »

A quelques rues de là, le convoi était déjà reparti. Le soldat blessé était assis à l’arrière un chariot, une jambe enroulée dans un large morceau de tissu qui avait déjà viré au rouge. Les hommes avançaient maintenant sur une allure de coureurs de fond, auprès des cheveux qui tractaient les remorques au trot. Le plus tôt ils arriveraient à la Commune, le plus tôt le chevalier blessé pourrait recevoir des soins, et le plus tôt ils seraient en sécurité derrière les imposants murs de la cité. Pour le Chevalier et l’Inquisiteur, la situation était bien différente : ils étaient au milieu d’une tempête de sable, à la poursuite d’une bête dont ils ignoraient tout, mais qui n’avait pas hésité à s’attaquer à un convoi humain bien protégé. Et c’était sans compter sur les pillards, rôdeurs et brigands en tous genres qui pullulaient dans les Terres Désolées…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Sam 15 Avr - 12:18
« Joli tir »

Je m'approchais pour être à hauteur de l'Hospitalier, tout en faisant attention à l’environnement autour de moi, histoire qu'un deuxième incident ne se reproduise puisque cette fois, ils n'étaient plus une dizaine mais seulement deux. D'un seul coup, il fallut avouer qu'une légère tension s’installa et que la mission passant de convoyage à de la traque devient tout de même plus risquée. Je m'agenouillais pour me rapprocher du fluide sur le sol, bien que la fameuse créature est était touchée, se ne fût sans doute pas assez pour réellement la blesser, mais en tout cas, sur le coup, elle à du bien être surprise. Je m'agenouillais alors pour me rapprocher de ce fameux fluide, du sang sans doute. J'en profite pour tremper mes doigts dedans avant de les porter à mon nez... puis à ma bouche. C'est bien du sang et encore bien chaud. Je me contente alors de tout recracher et de m'essuyer le coin des lèvres avec ma manche.

« C'est bien à notre ami. »

Je pris alors quelques secondes pour analyser la zone - plus ou moins - , que je recoupe avec l'itinéraire qu'on aurait du emprunter. Bien que ça serait plus facile sans cette tempête, j'arrive plus au moins à me repérer virtuellement. Pour être honnête l'endroit n'est pas forcément très accueillant en temps normal et encore moins aujourd'hui. Par conséquent la vigilance est de mise aujourd'hui encore plus que les autres jours. 

« Il nous a laissé une belle piste.
Néanmoins, je n'ai pas eus le temps de le voir, j'aurais pu me faire une idée de la chose. Ce qui m’inquiète c'est la zone où nous nous trouvons. Il y a certains endroits susceptibles d’accueillir pas mal de saloperies comme le bois de Boulogne  et la bouche de métro de la station Argentine. Mais je pense que pour l'instant; suffit de remonter la piste... En restant sur nos garde. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Lun 17 Avr - 0:13
Le métro. Merde.

Voilà une chose à laquelle Léthias n’avait pas pensé. S’ils devaient poursuivre la bête dans les tunnels désaffectés qui courraient sous Paris, la tâche n’allait pas être facile. Il tapota rapidement les poches de sa veste, histoire de s’assurer qu’il avait bien sa lampe torche sur lui : sans lumière, il serait impossible de s’enfoncer sous terre. L’Ombre rangea son pistolet à sa ceinture, préférant économiser ses balles. Ces dernières étaient rares, et il n’avait d’ailleurs sur lui qu’un chargeur plein. Enfin, plus que dix balles maintenant. Il préféra se saisir de l’arbalète accrochée dans son dos : elle était rapide à charger, silencieuse et puissante. Les carreaux, avec leur pointe métallique aiguisée, pouvaient transpercer n’importe presque n’importe quelle armure ou carapace animale. Et les lames dentelées empêchaient qu’on puisse retirer la flèche facilement, sans arracher de la chair au passage. Facilement réparable, fiable et avec des munitions peu coûteuses, c’était rapidement devenu l’arme de prédilection de Léthias, qui préférait se battre à distance. Il vérifia qu’il avait déjà des carreaux accroché sur le côté du corps de l’arme et se releva, aussitôt imité par l’inquisiteur.

« -En effet. Si c’est le métro, ça ne va pas être une mince affaire. Ne tardons pas. »

Les deux hommes se mirent à bouger en petite foulée, suivant le sang qui tombait à petite goutte. Mais la bête semblait rapide et après de longues minutes, ils n’avaient toujours pas revue leur proie. Le temps pressait : ils devaient absolument trouver la créature et la neutraliser avant qu’elle ne blesse d’autres personnes. Ils continuèrent leur traque jusqu’à, après plus ou moins deux kilomètres de course, tomber sur une entrée de bouche de métro visiblement désaffectée. Les gouttes de sang se prolongeaient dans l’escalier, et s’enfonçaient dans les entrailles de Paris. Les lettres bleues sur le carrelage écaillée recouvrant les bords de l’escalier avaient perdu de leur teinte, et on pouvait difficilement lire « Rue de la Pompe » Léthias ne put s’empêcher de grimacer. Certes, l’obscurité était son domaine, mais il préférait de loin les nuits noires et l’air frais des Terres Désolées aux ténèbres insondables et à l’air moite des tunnels. Il se tourna vers l’inquisiteur ; après tout, c’était lui l’expert dans la traque des bêtes. Léthias, lui, était plus habitués aux abris antiatomiques et aux vestiges d’avant la chute.

« -Bon, visiblement, ce truc vit sous terre. Ou tout au moins peut se repérer dans l'obscurité. On fait quoi ? On le chasse là-dessous ? Je n’ai qu’une lampe de poche sur moi. »

Dehors, la météo s’était calmée, et il était enfin possible de respirer sans devoir s’étouffer de poussière. Si jamais ils en restaient là, il serait aisé de rejoindre la Commune pour un peu de repos avant le chemin retour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Jeu 20 Avr - 18:34
« -Pas de soucis, j'ai la mienne. Ce truc est apeuré et surtout blessé, si on laisse passer notre chance, on aura peut-être plus d'autres occasions. Il peut s'en prendre à n'importe qui, n'importe quand. On doit régler ce problème maintenant. »

Je pose mon bouclier au sol, le temps de remettre mon épée dans son fourreau, cette fois, on va utiliser la grosse artillerie. J'échange donc mon fusil avec le dit bouclier. Celui-ci se retrouve accrocher dans dos. C'est vrai que c'est plutôt surprenant de se trimbaler comme ça, mais à force des missions on est obligé de modifier son équipement pour pouvoir évoluer dans des conditions optimums. Par conséquent, j'ai rajouté un système d'attache sur celui-ci qui vient s'accrocher au harnais que je porte. Comme ça, je n'ai pas une trop grosse difficulté à me mouvoir et le poids et bien répartis entre les épaules. Une fois ceci fait, je prends mon fusil en main, j'allume la lampe torche durement fixée au canon par du ruban adhésif, un petit faisceau lumineux vint mourir sur le mur en face. En tout cas, les piles on l'air encore bonne, donc pas de mauvaises surprises durant ce petit voyage sous terre.

« -Quand faut y aller... »

Je commence à descendre les marches en faisant attention de ne pas tomber, suivis par l'hospitalier. Le métro Parisien est plutôt en bonne forme par rapport au reste de la ville, enfin sur une échelle qui va de zéro à chute de météoroïde. Ce n'est pas vraiment une surprise de toute manière, le fait de se trouver sous terre à grandement fait baisser le degrés de dégâts. D'ailleurs beaucoup de personne l'avait utiliser comme endroit pour se protéger lors de l’apocalypse, il paraît.. Plutôt intelligent quand on a pas d'abris supra-sophistiqués "anti-ce-que-vous-voulez" pour vous sauver le cul. Par contre faut bien avouer que c'est un endroit assez dangereux où on s'aventure rarement, tellement que tout peut te tuer entre les bestioles en tout genre qui s'y planquent ou que le plafond te tombe sur la gueule. Mais le pire ça reste quand même... Sans me rendre compte, je lâche un soupir à réveiller un mort.

Ça...Bordel. Fallait que se soit trop simple, hein.

Devant nous, la rame de métro était quasiment entièrement submergée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Mer 26 Avr - 23:13
Les deux chasseurs s’engouffrèrent donc dans la bouche de métro. Le temps qu’ils descendent les escaliers, Léthias extirpa sa lampe torche d’une poche de sa veste et l’accrocha en-dessous de son arbalète, sur un rail prévu à cet effet. La lueur pâle du jour, due au ciel couvert des Terres Désolées laissa bientôt la place à l’obscurité, et les faisceaux lumineux des lampes des deux hommes devinrent rapidement la seule source de lumière dans les souterrains. Étrangement, Léthias ne se rappelait plus que ce tunnel était praticable ; il ne se rappelait en fait de personne étant passé par là récemment. Mais il comprit vite pourquoi quand les deux membres du Clergé s’approchèrent des dernières marches menant au niveau des quais : ils étaient inondés et l’eau devait bien lui arriver jusqu’aux chevilles.

« -Et merde. Avec la hauteur du quai, si on saute là-dedans on aura peut-être de l’eau jusqu’à la taille. Et impossible de savoir par où cette saloperie est partie. »

La piste laissée par la bête avait en effet disparue là où l’eau commençait, les gouttelettes de sang se dissipant dans l’eau. Les deux hommes avancèrent lentement, le silence de la station n’étant brisé que par le bruit de l’eau déplacée par leurs pas. Déjà, l’eau était passée par-dessus le rebord des hautes chaussures de Léthias et ses pieds étaient trempés ; il ne portait pas une combinaison étanche, n’ayant pas spécialement prévu de se retrouver à patauger dans l’eau trouble qui stagnait dans les restes du métro parisien. Léthias observa les tunnels, et essaya de se remémorer les cartes des réseaux qu’il connaissait, pour savoir d’où pouvait venir l’eau.

« -Bon… Dans cette direction il doit y avoir l’ancienne station du Trocadéro et Iéna. C’est proche de la Seine, et les accès à la surface sont effondrés. Je pense que l’eau vient de là, il y en a beaucoup trop pour que cela soit dû à la pluie. Comment on fait pour trouver cette bête maintenant ? Plus de pistes, et aucun indice sur la direction qu’elle a prise…»

De plus, il allait être difficile pour les deux hommes de la chasser loin dans les tunnels : avec de l’eau jusqu’à la taille, progresser dans l’obscurité allait être difficile, sans compter que la bête pouvait les attaquer sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Ils ignoraient encore tout d’elle et elle pouvait très bien être terrée le long des rails, attendant qu’une jambe passe à sa portée pour la taillader, voir pour emporter sa proie sous l’eau. Léthias n’aimait pas ça : il n’était pas spécialement habitué à ce genre de mission, et commençait à se demander s’il avait bien fait de se mettre en chasse de cette bestiole. Mais il était un peu tard pour reculer.

« -Bon, quelle direction maintenant ? »

Les deux faisceaux lumineux balayèrent l’espace environnant, à la recherche du moindre indice qui pouvait leur permettre de savoir où la créature était passée. Peut-être était-elle déjà loin, hors de portée des deux hommes. Léthias et Courtain s’approchaient doucement d’une extrémité de la station, avançant prudemment. Ils n’étaient pas encore descendus sur les rails, et étaient donc plus ou moins encore secs. Malgré tout, la capillarité faisait remonter l’eau le long de leurs vêtements, et les inévitables éclaboussures n’arrangeaient pas la chose. Un bruit étouffé, ressemblant à celui d’une grosse pierre tombant dans l’eau, suivit par ceux de fortes éclaboussures firent se retourner les deux hommes. Ils balayèrent l’autre extrémité du quai, sans rien apercevoir.

« -Bon. C’est le moment de prendre les paris. Soit c’est notre cible, soit on l’a perdu. Il y a peut-être des salles annexes, des postes de maintenance. De toute façon, je crois qu’on n’a pas trop le choix. Ça me semble être ça ou rien. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Ven 5 Mai - 14:15
« -Pas le choix. Ce..."truc'' est ici. Si on se barre, on le perd pour de bon. »

On dirait que nous allons continuer a patauger un petit moment encore. Je me retourne, ma lampe explorant les moindres recoins de la station de métro a la recherche d'un quelconque indice qui pourrait nous aider a localiser la bête. Néanmoins faut bien avouer qu'a part de la flotte, il n'y a pas grand chose d’exceptionnel, ici. Pour l'instant, nous sommes sur d'une seule chose, c'est qu'elle est rentrée ici par conséquent, elle n'est pas retournée a la surface. 
La grosse question pour l'instant, c'est de savoir si c'est une créature aquatique ou pas. Je m'avance prés des rails, risque pas de beaucoup s'amuser, sans parler de toutes les possibles saloperies présentes dans l'eau. Je finis de balayer le faisceau de ma lampe de droite a gauche comme dernière assurance et je me "jette a l'eau." L'eau m'arrive au niveau des omoplates et il m'est assez difficile d’évoluer comme ça. J'essaye de me mouvoir le plus possible. Le meilleur plan pour l'instant et d'avancer un peu pour arriver la rame technique bis qui nous permettrait de nous déplacer sans avoir l'eau jusqu'au cou.

« -Faudrait se rendre jusqu'aux zones technique. Il doit s'en doute y avoir des portes. 
L'eau n'est peut-être pas arrivée jusqu’à la-bas. »

Faut voir ce qu'Osniaril en passe.
Si pour lui, ça ne vaut pas le coup, autant s’arrêter tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 24
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Lun 8 Mai - 0:10
Quelque part sous terre…

L’inquisiteur se jeta dans l’eau avant même que Léthias n’eut le temps de le retenir.

« -Attend…. »

Le bruit des éclaboussures coupa la fin de sa phrase tandis que Courtain se retrouvait trempé de la tête aux pieds, portant son fusil à bout de bras. Le commandeur resta sur le quai, n’ayant pas spécialement envie de se jeter dans cette eau trouble et avança lentement. Il marchait sur le quai au même niveau que l’inquisiteur, balayant l’eau devant ce dernier de sa torche pour espérer voir une potentielle menace avant qu’elle n’attaque le paladin. Les deux hommes arrivèrent au bout de la station et Léthias dirigea son arbalète vers le bout du quai, pensant avoir repéré quelque chose auparavant. Le faisceau lumineux de la lampe attachée au corps de son arme balaya le mur, avant de s’arrêter sur une ouverture.

« -Ah. C’est bien ce qui me semblait. Je crois que vous avez plongé pour rien. »

Le commandeur désigna le bout du quai et une étroite prolongation de ce dernier qui s’enfonçait dans le tunnel. A travers le faible niveau d’eau, il pouvait distinguer une large grille métallique qui devait auparavant bloquer l’accès aux passants. L’étroit passage semblait continuer sur plusieurs mètres, menant certainement à des salles annexes d’où venaient les bruits. Léthias se pencha vers Courtain, toujours dans l’eau, et lui tendit une main.

« -Si vous voulez mon avis, dit-il en souriant, on est mieux là-haut. Ça reste un peu humide, mais ça va. »

Courtain remonta donc sur le quai, aidé par Léthias : lLes vêtements du paladin étaient totalement trempés et lui collaient à la peau. Seul son fusil, qu’il avait tenu au-dessus de sa tête le temps de son plongeon était encore sec. Du côté de Léthias, l’eau remontait lentement dans sa cape et son pantalon, mais il restait globalement au sec. L’étroit passage surélevé permettait difficilement aux deux hommes de passer de front et Léthias passa devant. Quelques mètres plus loin, ils débouchèrent  sur un long couloir, lui-même semblant donner sur plusieurs salles. Un angle droit empêchait de voir la fin du couloir, mais il était fort possible que plusieurs salles s’y trouvent. Léthias lança un regard entendu à l’inquisiteur, et avança vers la porte la plus proche. Courtain se trouvait derrière lui, fusil au poing et prêt à tirer. Protégé par le mur, Léthias balaya la salle avec son arbalète et sa lampe, mais celle-ci était vide. Courtain avança et se risqua à son tour à explorer la salle suivante, protégé par Léthias. Les deux hommes ratissèrent les quelques salles de la première partie du couloir, avant de se retrouver juste avant l’angle. Courtain était devant et tendit l’oreille, mais rien ; le couloir était silencieux. Si la bête qu’ils chassaient était dans cette zone, elle devait être proche et aux aguets. L’espace autour d’eux était limité, et Léthias savait qu’il n’aurait le temps de tirer qu’un carreau d’arbalète avant de se retrouver au corps à corps. Il changea la position de sa sangle, de manière à pouvoir faire instantanément glisser son arbalète dans son dos et récupérer le glaive à sa ceinture. Le paladin le regarda, et Léthias lui fit signe qu’il était prêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 41
Argent : 14
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Sam 13 Mai - 18:09
J’étais prêt dos au mur, je respirais longuement, l'endroit était sombre et plutôt étroit (enfin, de ce que nous pouvions voir), la marge de manœuvre serait par conséquent faible, pour nous comme pour elle, un peu donc statuer sur le fait que la balle est au centre. Apres quelques secondes de flottements silencieux, je décidais alors a bouger, silencieusement, d'un pas lent et assuré, éclairant les moindres recoins qui se dressaient devant. Rien. 
Que des murs gris... Encore et encore. Nous avancions, toujours, l'arme a la main ... Pas a pas, ne pouvant m’empêcher de murmurer : ''Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, ne permets pas que moi, servant de Dieu, sois attaqué en quoi que ce soit par aucun démon de l’heure de midi ou de la nuit. Ô Seigneur Jésus-Christ, fils du Grand dieu vivant, qui as dit à l’heure de ta très Sainte Passion, à ceux qui te cherchaient: « Qui cherchez-vous ? ». A ces paroles, ils furent renversés et tombèrent par terre.'' En boucle comme pour me protéger ou au moins pour anéantir certaines peurs, que l’inhibition s'estompe un peu. Au bout de plusieurs minutes de recherche active, on pu constater qu'il n'y avait pas de signes de présence de quoi que se soit de vivant ici a part nous. Pourtant, ça ne faisait aucun doute que cette chose était ici et vu sa taille, elle n'a absolument pas eut la possibilité de nous échapper. Alors que nous visitions -encore- une nouvelle salle, on en profita pour s’arrêter quelques secondes.

« -Je comprends pas comment, on a pu y passer a coté, on aurait déjà du avoir des signes.
Je pense que l'ont soit s'enfoncer encore un peu plus.»

De fait, on se remit en route pour trouver des indices.
On avait fait environs deux-cents mètres, quand, alors que j’étais encore en tete et beaucoup moins aux aguets qu'il y a 20 minutes. C'est alors que sans que je m'y attende, je vins alors percuter quelque chose qui se trouvait au sol. Je chuta assez lourdement mais par réflexe, je pus envoyer les deux mains en avant. Plus de peur que de mal. Neamoins, plutôt surpris par le fait de trouver quelque chose ici, je déplaçais le faisceau lumineux de la lampe vers l'objet en question pour me rendre compte que j’étais en train de barboter dans le sang de quelque chose .... ou de quelqu'un. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'or du Clergé
Revenir en haut Aller en bas
L'or du Clergé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La liste officielle du clergé de l'archidiocèse de Bourges
» V - Des privilèges du clergé et des aristotéliciens
» Livre 3: Le Clergé Régulier et Ordres Romains
» [Projet de Guilde] Le Clergé de Hurlevent
» Pétition du Clergé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-