Partagez|
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 25
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: L'or du Clergé Ven 31 Mar - 19:39
Bastion de l’Ordre Hospitalier, Ile Notre-Dame

« -Qu’est-ce qui vous semble le mieux ? »

Léthias croisa les bras, et réfléchit quelques instants. Autour de lui se trouvaient le Grand Maître de l’Ordre George Saint-Meugnin, son secrétaire particulier ainsi que le commandeur Cresida, un homme d’une bonne quarantaine d’années avec qui Léthias était déjà parti en mission. Cresida était un chevalier aguerri, incroyablement doué à l’épée et un meneur d’hommes hors pair. Quand l’Ordre avait des missions sensibles, le Grand-Maitre faisait souvent appel à lui.

« -Ça dépend vraiment comment vous voulez le jouer… De jour comme de nuit, moi rien ne me dérange. De nuit c’est plus discret, mais plus dangereux. Dans la journée c’est plus visible, mais peut-être plus tranquille si le convoi est bien accompagné.
-De toute façon, il faut d’abord charger ici, c’est bien ça ? Ensuite on transfère, on décharge là-bas puis on récupère sur place ce qu’on doit ramener, et retour sur l’île.
-En effet. On sait combien de temps ça va prendre là-bas ?
-Malheureusement non.
-Dans ce cas… On charge demain matin ici, on fait le trajet, on passe la nuit à la Commune et on revient après-demain ?
-Ou on fait tout dans la même journée et on revient de nuit.
-Je pense que ça dépendra du temps que vous passerez sur place.
-Ça me va.
-Pour les hommes, demanda Cresida, on fait comment ?
-Le commandeur Osniaril et vous-même prendrez la charge du convoi. Osniaril, vous serez comme d’habitude, en éclaireur et sur les flancs.
-Aucun problème.
-Quant à vous, vous resterez auprès du convoi avec les autres Chevaliers.
-Dix kilomètres à parcourir, continua le secrétaire, je ne pense pas que vous ayez besoin de partir à cheval.
-Non, ça devrait aller. Du moment qu’on a au moins des attelages pour transporter tout ça.
-Evidemment. Combien d’hommes il vous faut ?
-On a une idée du nombre de chariots à protéger ?
-Trois, je dirais.
-Une vingtaine de Chevaliers, ça semble suffisant pour décourager n’importe qui. Quand les gens verront le convoi quitter l’île, ça va faire du bruit.
-Cela me semble correct. On peut également prendre un inquisiteur, au besoin.
-Si vous voulez.
-Il semblerait que l’inquisiteur Courtain soit ici.
-J’irai le voir. Je m’occupe également des hommes.
-Très bien. Je m’occupe des attelages, et je les envois au Palais.
-Parfait ! Commandeurs, bon courage pour cette mission. »

Osniaril et Cresida quittèrent la pièce, et discutèrent encore quelques instants dans les couloirs du Bastion avant de se séparer.

« -Je dois bien t’avouer que je ne m’attendais pas à ça, quand le Grand-Maître nous a demandé de venir.
-Moi non plus. Changer toutes les reliques et les ornements de l’église de la Commune ? Pas commun.
-En effet. Je suppose que l’Evêque veut que ça brille, là-bas. »

Léthias acquiesça en hochant la tête. En effet, ils devaient escorter un convoi complet transportant des reliques et des ornements à dix kilomètres de là, pour remplacer tout ce qui se trouvait dans l’église de la commune. Une mission peu courante, qui allait nécessiter un convoi d’une valeur inestimable. C’était sans doute pour ça qu’ils n’avaient été mis au courant que la veille : il valait mieux que des groupes de pillards n’aient pas connaissance du transfert, car nombreux seraient ceux prêt à tendre une embuscade au cortège.

« -On se retrouve demain matin, prêts à partir ?
-Ça marche ! »

Léthias se rendit ensuite aux écuries, où il fit préparer les trois attelages. Puis, aidé de palefreniers, il se rendit de l’autre côté de la rue reliant la Porte Saint-Michel à la Porte du Change, au Palais de l’Evêque. Tandis que les trois remorques tractées par des chevaux de traits rentraient dans la cour intérieure, Léthias se dirigea vers la Conciergerie. Si une personne était au courant du convoi c’était bien Gontran, le Concierge. Léthias trouva ce dernier à son bureau, en train de rédiger des notes à propos d’on ne sait quoi.

« -Gontran.
-Commandeur Osniaril. Que me vaut cette visite ?
-Je viens pour le convoi de demain. J’ai envoyé trois remorques dans la cour intérieure.
-Ah, parfait ! Je suppose qu’il faut que ça soit prêt demain matin ?
-En effet.
-Très bien, je vais prévenir les clercs qu’ils peuvent commencer à préparer ce qui doit être transporté. Repassez demain quand vous êtes prêts, je vous donnerai une liste du contenu du convoi. »


Axel :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 44
Argent : 11
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Ven 31 Mar - 23:08
Je me retrouve souvent à Notre-Dame en ce moment. Je me demande pourquoi ça tombe toujours sur moi pour être envoyé ici, des fois je me retrouve à faire deux ou trois aller-retour par jour, sérieux je suis pas un putain de coursier. 
Aujourd'hui, c'était pour un contre constat des éléments d'un rapport, pas super drôle. On a du revoir les éléments un par un, encore, encore et encore. 

Trois heures au total, j'ai perdu trois heures, j'aurais pu tuer des trucs pendant tout ce temps, un tas de trucs. Au moins, j'ai profité de la visite pour pouvoir faire quelques emplettes et je me suis aussi occupé de mon épée, elle commençait à s'émousser. Je m'en étais rendu compte depuis quelques temps, mais je n'avais pas trouvé de créneau pour le faire : une bonne chose de faîtes au moins. 
Alors que j'étais sur le point de repartir quand je suis tombé sur le commandeur Cresida, enfin, je suis pas sur qu'on puisse utiliser le terme "tomber" quand la personne en question vous cherche.

"- Inquisiteur Courtain. J'aurais besoin de votre temps. Ce ne sera pas loin.
- J'étais sur le point de rentrer, mais pas de problème. Qu'est ce que je peux faire pour vous ?
- J'aurais, besoin de vous pour une mission. Une escorte, une affaire importante.
- Une escorte ? Demandais-je légèrement intrigué. Un personne importante à déplacer ? 
Je ne suis pas sûr qu'un inquisiteur est ce qu'il y a de mieux pour ce genre de choses.
- Et bien, par chance, nous avons affaire à du convoyage. Je suis sûr que c'est parfait pour un inquisiteur.
- Dans ce cas, il ne devrait pas y avoir de soucis. Je réfléchis un instant. Je peux avoir les détails ?
- Départ demain matin, direction la Commune. Puis chemin inverse. 
- Je vois.
- C'est un chargement important. Un personne de plus ne peut pas faire de mal.
- Bien. J'en suis, comptez sur moi pour demain matin.
- Parfait, inquisiteur. Je vous revois demain matin, dans ce cas." 

D'un signe de la main, il met fin à la discussion et s'éloigne, sans doute pour peaufiner le tout. Voila que je viens pour de la paperasse et que je me retrouve à accepter de partir en mission. J'aurais aimé qu'Ezekiel soit mis au courant, mais je ne pense pas avoir le délai suffisant pour l'avertir. 
Après avoir chercher, en vain, une solution, je laisse tomber, ce n'est pas très grave. 
De toute manière, j'aurais eu le droit à un "qu'est ce que ça peut me foutre" ou un "essaye au moins de ne pas crever, Courtain", pas une grosse perte quand on y pense. Maintenant, je n'ai plus qu'a me trouver un coin pour ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 25
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Sam 1 Avr - 19:00
Le lendemain matin, Bastion de l’Ordre hospitalier.

Tout était prêt pour le départ. Les attelages étaient normalement prêt de l’autre côté de la rue, Léthias avait la veille préparé son matériel, et Cresida avait trouvé ses chevaliers et son inquisiteur. Bref, tout était fin prêt pour escorter le cortège jusqu’à la Commune. Mais en se réveillant, Léthias eu un mauvais pressentiment. L’étrange sensation, en entendant les fenêtres du Bastion vibrer sous le vent, que le voyage n’allait pas être aussi tranquille que prévu. Les lucarnes de la salle de repos où il avait dormi, au dernier étage du Bastion, étaient équipées d’épais rideaux, plongeant la salle dans l’obscurité. Il sortit donc de la pièce, et alla récupérer dans son armoire personnelle ses affaires. Quelques minutes plus tard, il était équipé : glaive et pistolet à la ceinture, arbalète et sac sur le dos, vêtu de son inséparable cape. En passant devant une fenêtre, il eut confirmation de ses craintes : dehors le ciel était loin d’être bleu éclatant, mais au contraire d’un jaune pâle et granuleux.

« -Et merde, fallait que ça soit aujourd’hui. »

De là-haut, l’horizon semblait bien plus proche que d’habitude, et certains bâtiments semblait avoir disparu sous la tempête de sable. Cela faisait bien longtemps qu’il n’en avait pas vu une de cette ampleur. Il grommela, et retourna chercher dans ses affaires ses lunettes de protection étanches ainsi qu’un large foulard qu’il enroula autour de son cou, pour se protéger du sable. En arrivant au rez-de-chaussée, il retrouva Cresida, ainsi qu’une vingtaine de chevaliers en armure, bouclier au poing et épée accrochée à la taille. Tous s’étaient comme lui équipés pour traverser Paris dans ces conditions dantesques.

« -Léthias. T’as vu le temps dehors ?
-Ouai. On va s’amuser dehors. Car je suppose qu’on n’annule pas le convoi ?
-Pas reçu d’ordres, en tout cas. Tu sais que des échoppes du marché ont été arrachées par le vent ce matin ?
-Non. On va s’amuser, en effet. »

Au même moment, un des palefreniers qui avait la veille équipé les attelages rentra par la porte principale, le visage couvert par une large pièce de tissu. Il se frotta les yeux, et cracha au sol le sable qui était malgré tout rentré dans sa bouche.

« -Commandeur, vu le temps, j’ai pris soin d’équiper les chevaux. Masques et protections. Ils devraient pouvoir avancer sans trop de mal.
-Parfait, merci. Bon, faut voir le bon côté des choses. Avec ce temps-là, on risque de ne pas croiser grand monde dehors.
-Ouai. On attend juste l’inquisiteur et on est prêt.
-Parfait, rejoignez-moi de l’autre côté, faut que je passe récupérer un truc à la Conciergerie.»

Quelques minutes plus tard, Gontran remettait à Léthias une enveloppe scellée, contenant la liste de ce que le convoi transportait. Gontran avait pris soin de rajouter des bâches sur les remorques, et avait fait renforcer les accroches. Dans la foulée, Léthias avait donné la lettre à Cresida, qui allait rester auprès du cortège, alors que lui était censé se balader autour. Dans la cour intérieure du Palais de l’Evêque, les Chevaliers s’affairaient autour des remorques. Dehors, le vent soufflait comme jamais, au point de rendre la marche face aux rafales difficiles. Sans ses lunettes et son foulard, Léthias se voyait mal marcher dix kilomètres de la sorte ; la moindre parcelle de peau exposée était fouettée par les grains de poussières et de sable, qui tentait de s’immiscer partout. Derrière lui, les remorques lourdement chargées sortaient de la cour intérieure du palais. Les chevaux qui tractaient avaient le visage recouvert de lunettes de protection spécialement pour eux, ainsi que de foulards. Après des années dans les Terres Désolées, les hommes s’étaient adaptés, et avaient appris à protéger leurs précieuses bêtes des caprices de la météo. Les chevaliers se mirent en formation autour du convoi, et Léthias fit rapidement le tour de ce dernier pour s’assurer que tout était en ordre. Satisfait, il cria pour se faire entendre de Cresida.

« -On est prêt ?
-L’Inquisiteur arrive ! Et on y va ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Axel Courtain
Messages : 44
Argent : 11
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Sam 1 Avr - 21:50
Je m'étais levé à l'aube, ce matin. J'en avais profité pour aller courir, un petit entraînement matinal qui je dois le dire, m'a fait le plus grand bien. Néanmoins quelque chose avait capté mon attention depuis pas mal de temps. Le temps avait plutôt mal tourné ce matin, je ne m'en étais pas tellement rendu compte tout à l'heure mais au vue de la couleur du ciel, la journée risque d'être mouvementée. Par chance, j'emporte toujours mon casque avec moi, il fera l'affaire pour éviter que j'inhale du sable.

Mais c'est vrai qu'il faut admettre que c'est un handicap assez important, si cette tempête nous passe dessus, on va déguster pour arriver à garder le cap et je pense pas qu'une pause soit envisageable. Vu que personne n'est venu me prévenir pour une potentiel annulation de la mission, j'en déduis qu'ils sont plutôt confiant les Hospitaliers, dans ce cas autant leur faire confiance.

« -Grosse journée en perspective. »

Je finis de ranger mon matériel, pas grand chose au total, mais que je me dépêche de ranger dans le sac à dos que j'avais emporté avec moi. Je ne pense pas que se soit encore l'heure, mais arriver en retard ne donne pas non plus la meilleures impression, comme si l'inquisition avait besoin de ce genre de choses. Une fois tout en place, je me décidais à quitter la chambre. 
Une fois en bas, je me rendis compte que j'avais bien fais, les remorques étaient déjà en place et tout le monde semblait prêt à partir. Sur le coup, j'ai du me rendre compte que nous serions bien plus nombreux que je ne l'aurais pensé. Comme quoi cette sortie semblait plus importe par rapport à l'idée que je m'en faisais. Casque à la main, fusil dans le dos et épée à la ceinture, je me dirigeais vers le groupe où je reconnu Cresida d'ailleurs.

« -L’Inquisiteur arrive ! Et on y va !
- Présent ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 25
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'or du Clergé Lun 3 Avr - 0:31
Esplanade du palais épiscopale, île Notre-Dame.

Léthias tourna la tête, et aperçu l’inquisiteur en question. Son style vestimentaire était bien différent des traditionnels groupes de paladins, facilement reconnaissable à leur tenue antiradiation verte ou jaune. Ces véritables brigades, généralement malaimées, organisaient régulièrement des descentes dans les communautés de survivants pour y repérer les mutants. Mais cet inquisiteur-là était équipé pour affronter les Terres Désolées avec son casque, ses vêtements de protection improvisés et ses armes. C’était un chasseur, spécialisé dans les traques des créatures mutantes en tout genre que le Clergé s’était chargé d’éliminer. A l’arrière du convoi, Léthias resserra les liens qui maintenaient sa cape en position et resserra son foulard autour de son visage, alors que le vent ne semblait pas vouloir s’arrêter de souffler. C’est à peine s’il entendit l’ordre de Cresida, en tête du convoi.

« -On y va ! Et on ne traîne pas ! Tout le monde sur ses gardes, avec ce temps c’est à peine si on pourra distinguer des assaillants avant qu’ils nous tombent dessus ! »

Suite : Partie 2 (lien)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'or du Clergé
Revenir en haut Aller en bas
L'or du Clergé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La liste officielle du clergé de l'archidiocèse de Bourges
» V - Des privilèges du clergé et des aristotéliciens
» Livre 3: Le Clergé Régulier et Ordres Romains
» [Projet de Guilde] Le Clergé de Hurlevent
» Pétition du Clergé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Notre Dame-