Partagez|
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 15:26
Le journaliste tira à tout va, vidant son chargeur au hasard, touchant là et là un phare ou une vitre de la voiture qui lui fonçait dessus.
Richard se mit en position, ne se laissant pas aller à la panique, respira un grand coup et tira une salve de balle de son pistolet mitrailleur.
Son tir fit mouche, plusieurs balles se logèrent dans les pneus et le radiateur de la voiture, qui n'était en réalité qu'une épave roulante rafistolée de toutes parts de tôles et de grillages.
Un pneu éclata, faisant perdre le contrôle du véhicule à son pilote, et l'engin partit en vrille pour finir, après plusieurs cabrioles, sur le toit.

Richard resta un instant dans le vague, abasourdi par la cascade qu'il avait provoqué. Puis il se reprit et tira Lucas par le bras.

« Ne restons pas là ! »

Le journaliste était blessé à la jambe. Son pantalon était recouvert de sang, empêchant Richard de distinguer où exactement la balle était venue se figer.
Le médecin traîna Lucas vers la carcasse du camion où George les attendait.

« Merci pour ton aide George ! »


Son jeune frère lui lança un regard noir pour toute réponse, mais des balles ricochant sur la carlingue empêcha l'éclatement d'une nouvelle dispute : les ribleurs n'étaient pas tout à fait morts.
Richard jeta un coup d'oeil, ils étaient deux à être sortit de la voiture, dont l'homme à la crête rouge qui à présent avait le visage ensanglanté. Le second était plus costaud, avec de longs cheveux noirs et des épaules bien larges, dans l'épave de sa voiture, il avait récupéré une sorte de grosse massue entourée de barbelés.

« Ils ne sont pas morts ?!
- J'balance une grenade ! 
- Ils sont même bien vivants ! A terre ! »


Le trio de récupérateurs se jetèrent de nouveau à terre pour éviter une éventuelle explosion.
Richard récita une courte prière en marmonnant, demandant grâce au Christ. Celui-ci l'entendit, la grenade roula plusieurs mètres plus loin et son explosion ne souleva qu'un nuage de poussière. L'explosion n'était qu'une arme artisanale assez peu efficace.
A nouveau, des balles frappèrent la carcasse du camion.

« Ces deux cons ne doivent pas se douter qu'on est bourré de munitions. Ça a du bon de travailler pour la mafia non ? »

George se releva alors que les balles s'arrêtèrent. Il sortit de la cachette pour tirer quelques balles vers le ribleur à la crête rouge qui était à découvert.
Il ne remarqua pas que son compagnon avait disparu. Celui-ci avait profité de l'envoi de sa grenade pour rapidement faire le tour de l'épave du camion pour prendre à revers les trois récupérateurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 15:27
Compétence Perception de Lucas: 65+5 (compétence Leader de Richard)
Nombre aléatoire (1,100) :
86

Compétence Perception de Richard : 65
Nombre aléatoire (1,100) :
87

Compétence Combat de George : 65
Nombre aléatoire (1,100) :
41
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 15:35
George se colla à l'extrémité du camion, et se pencha pour tirer en direction du ribleur. Celui-ci se cacha derrière la porte ouverte de son véhicule retourné. Les balles de George ne firent que ricocher sur la portière renforcée d'un gilet pare-balle, une construction artisanale efficace ; Voilà qu'un échange de tir commençait à se produire entre eux, des balles échangées, de part et d'autres, l'un se mettant à couvert pendant que l'autre ouvrait le feu, alternant chacun l'un après l'autre.

Le jeune Lucas, lui, s'était collé au camion et avait soulevé sa jambe. Elle était lardée de quelques blessures. Le médecin s'agenouilla et commença à diagnostiquer son collègue ; La blessure n'était pas vraiment grave, mais il fallait la soigner avant qu'elle ne s'infecte, et surtout s'assurer que la douleur de Lucas ne puisse pas l'handicaper pour la suite du combat.

- OUAIS ! J'LAI EU !

George hurla grâce à un coup chanceux ; L'ennemi venait de s'effondrer. Non pas raide mort, mais bien touché. Il rampait sur le ventre, laissant une traînée de sang derrière-lui. Alors, George, l'arme à la main, quitta sa couverture et fonça pour l'achever, l'empêcher d'aller prendre de la drogue pour continuer le combat.
Il laissait là Richard et Lucas, qui ne se doutaient absolument pas qu'un des deux ribleurs était encore en vie. C'est au dernier moment, que, les yeux plissés, Lucas vit qu'un homme s'approchait dans le dos du médecin.

- Richard ! Derrière-toi !

Le toxico leva sa massue et se prépara à arracher le crâne du médecin ; Alerté au tout dernier moment, celui-ci put l'écarter avec un coup de botte, et se lever pour tenter de renverser le ribleur. Mais celui-ci semblait fou furieux, ses yeux injectés de sang, sa bouche laissant un long filet de bave, la preuve parfaite qu'il était intoxiqué au psycho. Il se jeta sur Richard, l'écrasa contre la paroi du camion, puis le fit rouler à terre en l'étranglant d'une main, l'autre tenant fermement la masse barbelée avec laquelle il comptait arracher le visage du vétéran.

Lucas, apeuré, paniqué, étant en train de recharger son arme. Il retira le magasin et en inséra un nouveau, un exercice qui dura longtemps, trop longtemps ; Il se tourna vers les deux hommes qui étaient en train de se rouler, de se frapper, de se retourner. Il hésita à tirer, avant d'enfin voir un moment où il put ouvrir le feu...

(Note : Si échec critique, Lucas tire sur Richard).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 271
Argent : -83
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 15:44
Compétence Combat de Lucas : 25+5 (compétence Leader de Richard)
Bonus : +20 (la cible est très proche).
Nombre aléatoire (1,100) :
35
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 18:00
Richard fût totalement surprit. Grâce à Lucas, il put éviter la massue qui lui aurait écrasé la tête autrement. Mais le médecin se retrouva en mauvaise posture et ne put empêcher le ribleur de l'attraper par le cou pour l'étrangler.
L'homme avait une poigne aussi puissante que la mâchoire d'un phacochien. Rapidement, le visage de Richard devint rouge, ce dernier étant incapable de se délivrer de l'étreinte.
Il vît la massue se soulever, prête à s'écraser sur son crâne et cru bien voir la fin de sa vie.
Mais une détonation résonna dans le désert de cendres, le Ribleur écarquilla les yeux avant de cracher un filet de sang sur le visage du médecin.
La pression autour du cou de Richard se relâcha et son agresseur bascula sur le côté.

Le médecin resta allongé plusieurs minutes pour reprendre haleine.
Puis il marmonna.

« Merci... Lucas... »

Puis une nouvelle détonation résonna.
Richard se retourna en sursaut, il était complètement désorienté, symptôme du manque d'oxygène.

« Qu'est ce qui se passe ? George ?! GEORGE ?! »


Le médecin cria le nom de son frère jusqu'à ce que celui-ci réapparaisse enfin.

« Ça va je suis là... qu'est ce qui s'est passé ? »


De la pointe de son fusil George désigna le cadavre du second Ribleur.

« Vous allez bien ?
- Non... Lucas, ça va ta jambe ? Laisse moi voir.
 »


Richard, toujours essoufflé, se remit péniblement sur ses jambes puis approcha du journaliste.
Il déchira le pantalon de Lucas pour observer la plaie. La balle s'était logée dans le mollet.
Le médecin palpa, arrachant quelques râles de douleur à Lucas.

« La balle est toujours dedans, mais c'est assez superficiel, je veux dire par rapport à une vraie plaie par balle. Ils devaient utiliser des armes rudimentaires.
- Oui regarde. »


George avait récupéré l'arme du Ribleur et la montra à Richard. C'était une vieille carabine rouillée qui ressemblait plus à un morceau de bois qu'autre chose.

« Je vais devoir retirer la balle Lucas, ça ne va pas être agréable. »


Le médecin dégaina son couteau et le planta dans la plaie. Voyant Lucas se débattre, George approcha pour le retenir.

« C'est bon, je l'ai. »


Richard sortit de son sac sa trousse de secours pour y récupérer une compresse et un bandage.
Il déversa sur la plaie un peu d'eau pour la laver, puis y mit un désinfectant avant de la comprimer avec la compresse et d'enrouler le bandage autour du mollet.

« Je ne peux rien faire de plus pour le moment, on devra te soigner au Terminus.
En attendant tu vas prendre ça. 
»


Richard tendit un cachet et sa gourde d'eau à Lucas.

« C'est un antalgique, c'est pour la douleur. Ça ne veut pas dire que tu pourras marcher mais au moins tu n'auras pas mal, ou peu. Ça devrais agir dans les prochaines minutes.
George, tu as fouillé leur voiture ?

- Elle est complètement en miette, on ne peut rien en tirer. Je l'ai fouillé mais il n'y avait rien dedans.
- La notre ne doit pas être bien loin... enfin je suppose. On ne va pas pouvoir rentrer à pied, en tout cas pas avant la nuit et avec ta blessure, et je ne veux pas dormir dans le désert... »


Richard regarda à l'horizon autour de lui, sa barbe devenue grise par la poussière.
Puis il jeta un œil au cadavre du ribleur.

« On devrait l'enterrer lui et son ami. Je vais voir si je peux trouver de quoi creuser. »


Le médecin s'éloigna un peu et George en profita pour s'approcher de Lucas et lui parler à voix basse.

« Dans la voiture j'ai trouvé un sac rempli de drogues. Prend ça si tu veux, c'est de la pseudomorphine. Moi je suis pas médecin mais je te garantis que ça sera bien plus efficace que son cachet. »

-1 antalgique
-1 bandage
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 18:35
Apeuré, endolori, Lucas n'avait pas été bien brave lors de l'opération du médecin. Si un soldat vétéran ou un cottereau habitué à subir des plaies n'aurait pas eu trop de problèmes, c'était la première fois de sa vie que Lucas se faisait tirer dessus. C'était aussi la première fois qu'il tirait sur quelqu'un, et qu'il avait senti la peur de la mort s'emparer de lui ; Résultat, il tremblait encore. Il pouvait encore sentir l'odeur désagréable de poudre dans le nez, ressentir le choc de l'arme dans ses mains, le bruit des détonations qui l'assourdit. En réalité, il était tombé dans les pommes lorsqu'il vit la blessure, et rapidement, ses petits cris de chiots s'étaient tus, un voile noire se plaçant sur ses yeux, ses mains tremblantes, les acouphènes plein les oreilles...

...Mais il survit bien à l'opération. On extrait la balle, on désinfecta rapidement, on le pansait. Et avec difficulté, aidé du grand gaillard de George le temps que Richard aille chercher une pelle, il se remit sur ses deux pattes, ce qui ne l'empêcha pas de se mettre à souffler et à pousser de légers gémissements lorsqu'il remit du poids sur sa cheville.

C'est alors que le grand George lui tendit une seringue. Lucas la regarda avec ses yeux tout dilatés, inquiets. Il regarda vite derrière lui. Richard n'était pas là. C'était surtout de ça qu'il avait peur : Décevoir le docteur, qui était déjà inquiet de voir le gamin fumer de la nicotine.
Mais il avait peur. Peur d'avoir mal. Aussi, il attrapa vite la petite seringue et remonta sa manche.

- Merci beaucoup George... Merci.

Après avoir trouvé une veine, il se planta et vida le liquide en serrant les dents. Puis il jeta sous le camion incendié le récipient de dope, cachant là la preuve de sa toxicomanie.
Richard revint avec une sorte de pelle artisanale, qu'il avait dû trouver dans la voiture renversée et fumante des deux ribleurs. Mais George se mit à pester, les poings sur les hanches.

- Richard, je comprend que tu sois un bon chrétien et tout... Mais putain on a pas de temps à perdre.

Et alors commença le sermon moralisateur de Richard. A vrai dire Lucas n'écoutait pas trop. Il douillait, le temps que le mélange d'antalgique et de morphine face effet, le droguant assez pour qu'il se colle à la charge du camion en regardant les deux frangins se disputer. George commença à raconter ce qu'il pensait des ribleurs : Que ce n'étaient de toute façon que des déchets humains, qu'ils avaient tenté de les tuer. Richard rétorqua qu'ils étaient tout autant les enfants du Christ qu'eux, et qu'ils méritaient au moins une sépulture décente, sinon autre chose. Nerveux, George parti sans un fou rire, un long fou rire où il se mit à se moquer de son frère, ce qui n'avait nullement gêné le médecin qui avait déjà commencé à creuser une fosse. Cela n'avait fait qu'exacerber l'énervement de George, qui se mettait à aboyer les pires horreurs sur son frère, sur comment il avait bon dos, de s'intéresser à la vie de meurtrier plutôt qu'à sa propre famille, qu'il avait peut-être abandonné la FNF parce qu'il n'avait pas les couilles de se battre, et toutes les autres débilités qu'on peut sortir sur le coup de l'émotion.
Et alors, Lucas, se mit à pester, nerveux, haussant la voix depuis la première fois qu'il était en compagnie des deux hommes.

- Saint-Jean me vienne en aide... George ! Ferme-la ! Commence à creuser qu'on puisse se barrer d'ici le plus vite possible ! Tu vois bien qu'il changera pas d'avis !

George pouffa, un rictus s'affichant sur sa mine sale et couverte de sueur. Mais finalement, lui aussi s'agenouilla et se mit à gratter la terre, Lucas arrivant après pour également les aider.

Au bout d'une dizaine de minutes, une fosse commune, assez grande pour les deux corps, avait été arrangée. George poussa les cadavres du bout du pied, ne voulant pas les toucher. Seul Richard montrait un tant soit peu de décence envers eux, sortant son Apocalypse pour se mettre à psalmodier un verset. Lucas avait baissé les yeux et lié les mains, mais à vrai dire, il n'avait pas du tout prié. Il se sentait totalement désensibilisé envers ces deux corps laids et hideux de toxicomanes. L'éducation des aristos de la Commune laissait une mauvaise impression envers les gens du "bas peuple", d'autant plus lorsqu'il s'agissait de dégénérés. En fait, aux yeux de Lucas, les tuer avait été rendre un service à l'État, à la Communauté, à Dieu même : C'était à cause de gens comme ces deux toxs que le Seigneur avait amené l'Apocalypse pour brûler la terre.

Puis, enfin, ils se mirent en route, un peu hagard, ne sachant trop où aller. Ce fut Lucas qui, boitant un peu mais ne ressentant plus de douleur, se mit à hasarder un plan.

- On... On peut peut-être suivre des traces de roues ? Notre véhicule ils ont dû le voler, c'est tout. Pis, j'veux dire, non seulement faut la retrouver, mais en plus, l'Alchimiste, il pourrait rajouter le véhicule comme dette envers George.

Il valait mieux en effet rentrer avec la voiture. Mais Richard prévint malgré tout : Il ne fallait pas prendre trop de risques. La bagnole avait pu être volée par un gang, un véritablement bien armé, et les trois gars n'étaient pas en l'état d'affronter une milice.

***

Le trio marcha quarante-cinq minutes, sous un soleil de plomb, au milieu d'une terre sale et peu fertile. Un doux vent soufflait, mais pas assez pour les refroidir, d'autant plus qu'ils avaient laissé les bouteilles d'eau de l'Alchimiste dans leur voiture. La terre était stérile, sèche. On voyait bien de grosses touffes d'herbe par endroit, mais jamais la végétation n'allait plus loin que la plante des pieds. La terre était craquelée, frappée, avait des difficultés à se relever, comme s'il s'agissait d'un corps dans le coma depuis des années. Pourtant, on voyait par endroit les vestiges d'un ancien monde : Des panneaux publicitaires qui vantaient les mérites de drones, des restes de bâtiments effondrés qui étaient d'anciennes petites maisons de banlieue ou des commerces, des indicateurs de chemins sur les autoroutes... Des constructions humaines, ou naturelles, qui rappelaient qu'il fut un temps où cet endroit était rempli de vie.

Ils grimpèrent une sorte de petit mont. Quand soudain, devant eux, c'était le jackpot. Allongés sur la terre, ils avaient la chance de voir une station-service des temps anciens, avec un restaurant d'autoroute, et devant, leur véhicule qu'ils reconnaissaient.
Malheureusement, il y avait également douze motos qui étaient à l'arrêt, bien garées, en état de marche. Sur l'une d'elles, un homme était assis, une arbalète sur les genoux, et discutait à ce qui semblait être un collègue qui fumait, une hache couverte de barbelés dans sa main. Les deux hommes étaient vêtus de cuir, et l'un d'eux avait un plastron rudimentaire constitué d'une plaque de tôle sur laquelle il avait peint une tête de mort, une élégante mode chez les ribleurs fascinés par ces symboles de meurtre.

- Richard, c'est toi le militaire ici, t'as peut-être un plan ?
- Peut-être que...
Se hasarda Lucas à la suite du propos de George. Peut-être qu'on peut s'approcher discrètement et reprendre la voiture... Le reste de leur gang doit manger à l'intérieur, et-
- Ta gueule !
Regardez !


Sur la route, deux chevaux approchèrent. Ils n'étaient pas dans le champ de vision des gardes de la station-service, car ils étaient camouflés par trois gros arbres et de la végétation naissante sur le côté de l'autoroute. Mais George, Richard, et Lucas, qui dominaient l'endroit, pouvaient clairement voir ces deux hommes arriver, les sabots de leurs destriers claquant sur l'asphalt.
Ils étaient tellement reconnaissables. Ils portaient de grands heaumes et une cotte de maille complète, pour résister aux armes de mêlée, mais également un gilet pare-balle sur le torse pour se protéger des balles. Sur ce gilet, ils avaient attaché une cape, un long manteau noir, avec une croix de malte blanche dessinée dessus. L'un d'eux portait un magnifique fusil d'assaut, un vrai, en métal, dressé d'une lunette et sans une trace de rouille ; L'autre tenait une grande lance, calée sous son aisselle.

- Ce... Ce sont des chevaliers hospitaliers ?
Vous pensez qu'ils traquent les ribleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 19:15
« Peut être bien, quoi qu'il en soit je ne veux pas en être mêlé. »

Richard fît la moue, comme s'il n'y avait aucune solution à leur problème.
Il y avait en contre bas que deux ribleurs visibles, mais les motos démontraient qu'ils étaient potentiellement une douzaine. Ce n'était pas l'arrivée inopinée de deux chevaliers de l'Eglise qui allait changer la donne.

« C'est trop dangereux, ils sont nombreux, bien armés et entraînés. Nous sommes 3, avec un éclopé sans expérience. Il n'y a rien à faire je ne m'y risquerait pas. Qu'ils la gardent la voiture, on trouvera bien un moyen de rentrer au Terminus par nos propres moyens.
La seule chose qu'on peut faire pour le moment c'est observer la suite des événements, voir ce que les deux chevaliers vont faire.
 »


A l'horizon, le soleil commençait à quitter son zénith. L'heure du midi était passée et les ventres commençaient à ressentir la faim.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 19:41
Les deux chevaliers n'étaient pas du tout alertés par le trio qui les observaient. Voilà qu'ils arrêtèrent leurs chevaux en tirant sur les rênes, et les deux bêtes pivotèrent et firent halte derrière les arbustes. Leurs bottes étaient magnifiques, et dessus étaient attachés des éperons dorés, c'était la première chose clinquante que Lucas avait reconnu. Ils tirèrent leurs chevaux hors de l'autoroute, pour les cacher au milieu de la végétation, tout comme eux disparaissaient.

Il n'y eut rien pendant un long moment. Quelques minutes, sûrement. Devant la station-service, les deux hommes continuaient de ricaner et de s'échanger une cigarette, tirant chacun dessus et exhalant la fumée ensuite.

Puis, d'un coup, la porte du restaurant s'ouvrit. Les deux hommes se redressèrent alors, et baissèrent les yeux quand un homme arriva, tirant une jeune femme par les cheveux. Elle se débattait et hurlait, mais avec ses poings liés et ses yeux camouflés par un voile, elle ne pouvait pas faire grand chose. Ensuite, d'autres gens baillonnés sortirent, les uns après les autres, sous la menace d'armes brandies en l'air. Quinze personnes, qu'on aligna devant les motos, à genoux. L'un d'eux utilisait une radio qu'il portait dans la main, et s'approcha de la route pour faire de grands signes de mains. Des véhicules s'approchaient à toute vitesse.

Spoiler:
 

Un camion gigantesque, cerné de motos devant et derrière en guise d'escorte, arrivait sur l'autoroute, à toute vitesse, soulevant un nuage de poussière derrière. Un vrombissement de moteur, comme un essaim d'abeilles, qui faisaient trembler la route sous leurs roues. Sur le toit du camion, une mitrailleuse lourde menaçait de réduire en bouillie n'importe quel ennemi qui se montrait.
Le camion prit la sortie d'autoroute, et s'arrêta sur le parking de la station-service. Les motards de l'escorte semblaient très différents de ceux déjà présent dans le restaurant : Ceux-ci ne portaient pas un équipement rudimentaire, mais un véritable attirail militaire, avec des treillis, des plastrons tactiques, des pistolets-mitrailleurs, si bien qu'on pouvait se demander si on avait pas affaire à un gang de mercenaires ou même carrément à un peloton de la FNF. Mais surtout, la porte s'ouvrit, et alors un homme en descendit. Et tout autour de lui, on s'agenouillait respectueusement. Un homme, qui de loin, ressemblait à tout les autres, grand, roux, mais avec un détail qui trahissait son identité. Sa mâchoire scintillait au soleil.

- Gueule d'acier !
S'étonna George.

Le Gueule d'Acier s'approcha du chef des motards du restaurant, et lui donna une tape amicale sur l'épaule, avant de le soulever. Un deuxième homme descendit du camion, un vieux au dos courbé, et portant une grande blouse blanche. Il s'approcha de la quinzaine d'innocents, qui tremblaient et qui pleuraient, avant d'acquiescer d'un mouvement de tête.
Alors, les portes du camion s'ouvrirent, et on les embarqua à l'intérieur, comme s'il s'agissait de bétail. Gueule d'Acier eut une vive discussion avec ce qui semblaient être ses hommes, ou du moins ses sujets. Il semblait crier et agitait vivement le doigt. Puis il se retourna, embarqua à nouveau dans le véhicule, et quelques moments plus tard, lui et sa nuée de motards disparurent.

Ce fut alors le chef du gang de la station qui se mit à crier sur les siens. Et beaucoup obéirent alors, chevauchèrent leurs motos, et foncèrent dans la direction opposée. Ils passèrent juste devant le mont sur lequel le trio était terré. Et voilà. Il n'y eut plus un bruit, plus aucun.

Le chef de la station-service rentra à nouveau à l'intérieur. Mais maintenant, il ne s'agissait plus pour ses ribleurs encore présents de se détendre et de fumer une cigarette. Ils se mettaient à patrouiller, à l'affût, bien armés.

- Il reste encore six motos devant, et notre voiture, nota George. On... On pourrait aller parler avec les chevaliers, non ?
- C'est peut-être pas une bonne idée, Richard a raison, on devrait fuir.
- Ils sont plus très nombreux, et les chevaliers sont de vrais durs ; Je suis sûr que même qu'à eux deux ils peuvent nettoyer la station.
- Non mais ! C'était Gueule d'Acier ! Vous avez idée de combien la FNF promet comme prime pour sa tête ?! Ils sont trop dangereux, ce serait courir un risque énorme !


Soudain, l'un des chevaliers quitta sa cachette, une épée sortie de son fourreau. Il avait le dos courbé, ratatiné, essayant de se faire discret. Il s'approcha dans le dos d'un des patrouilleurs, puis se leva et lui donna un coup vif qui lui trancha la tête. Puis il se retourna, dégaina un revoler qu'il tenait de sa main droite, son épée placée dans sa gauche, et il fonça vers le restaurant. Il se colla à l'un des murs. Il rangea ses armes, retira son épais casque qui camouflait son visage, et jeta un oeil par la vitre du restaurant. Il jeta alors son regard en direction des arbustes, où son collègue était, et bougea la tête de droite à gauche, comme pour faire "non".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 20:19
La situation s'envenima un peu plus, plongeant dans la surenchère. Voilà qu'à présent toute une armada de motos et un camion s'approcha de la station essence.
Lorsqu'il vit le chef des Wendigos en descendre, Richard fût comme paralysé par la peur.
Il se sentit complètement démuni, faible et abandonné. Contre ces gens là, ils ne pouvaient rien faire.
Lorsqu'il était dans la FNF, au sein de son unité, bien armé et discipliné, Richard avait l'impression d'être invincible et de pouvoir lutter contre ces gangs de barbares. Mais là, équipé que d'un simple manteau et d'un fusil rouillé, il ressentit l'immensité de sa détresse.
Il devint blême, ses dents serrés au point d'engourdir sa mâchoire. La colère s'empara de lui à la vue de tous ces hommes et femmes qui allaient être dévorés comme de vulgaires animaux.
Comment Dieu pouvait-il laissé faire ça ?
Richard ferma les yeux, préférant ne pas regarder les Wendigo repartir avec leur dîner.
Il s'adressa à George.

« C'était donc ça sous le mirador. C'était un garde-manger... »

Il sentit à nouveau le besoin de vomir, mais il n'avait plus rien à régurgiter.

« Même s'il ne sont plus que six je ne veux pas m'y mêler, c'est trop dangereux. Et je ne fais pas confiance aux hospitaliers, on ne sait jamais, ce sont peut être des imposteurs. Mieux vaut toujours se méfier des rencontres dans les Terres Désolées.
Retournons sur la route pour rejoindre le... 
»


Alors qu'il allait unir le geste à la parole, Richard aperçu l'un des chevaliers s'approcher de la station essence.
Avec facilité, il décapita l'un des ribleurs et s'approcha discrètement de la porte d'entrée.

« Putain... bon okay, je retire ce que j'ai dit, ça change la donne.
Lucas reste là, tu ne peux rien faire avec ta jambe. George tu me couvres, je vais essayer de descendre vers la voiture, voir si je peux la récupérer discrètement pendant que les hospitaliers et les wendigos se battent. 
»


George acquiesça d'un signe de tête et se mit en position.
Prudemment, Richard sortit de sa cachette pour descendre vers la station. Mieux valait rester discret, les hospitaliers risquaient de le prendre pour l'un des wendigos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 20:38
Richard parvint à atteindre la voiture, alors que l'hospitalier collé au restaurant remettait son casque en place et dégainait à nouveau son épée. Il semblait chercher un autre endroit d'où approcher, peut-être une arrière-salle. Ou alors il voulait attirer les wendigos dehors. Impossible à savoir.
George et Lucas, eux, avaient sortis leurs armes, et tentaient tant bien que mal de couvrir leur ami médecin. Mais à cette distance, pas sûr qu'ils soient véritablement efficaces.

Manque de chance, les clés n'étaient pas sur le contact. Cela aurait été trop beau. Le médecin continua de regarder à l'intérieur du véhicule, en espérant trouver les clés sur le tableau de bord ou dans l'un des compartiments.

Malheureusement, un homme s'approcha dans le dos de Richard. Un ribleur, équipé d'une vieille pétoire à deux mains rouillée et artisanale. Il fut médusé de voir quelqu'un en train de fouiller la bagnole, et s'approcha en criant :

- Hey ! Toi, là ! Tu vas-

A peine avait-il posé son arme contre son épaule qu'un coup de feu détona, brisant le silence de la campagne. Une balle lui traversa le crâne et lui déchiqueta le cerveau, tirée avec une précision remarquable. Pourtant, ni George ni Lucas n'avaient bougé.
C'était le chevalier encore caché dans les buissons qui avait ouvert le feu.

L'autre chevalier, caché dans le restaurant, se coucha alors à terre. Il avait été repéré. Des balles commencèrent à siffler, et à déchiqueter les vitres du restaurant. Il dégoupilla une grenade qu'il balança à l'intérieur, avant de foncer vers la voiture qui était au milieu du parking.
Il ne s'agissait pas d'une grenade explosive, mais d'une grenade fumigène. En à peine quelques secondes, voilà qu'un épais voile de fumée blanche, compacte, aveuglait tous ceux encore dans le resto.

L'hospitalier fonça vers la voiture, et sauta sur Richard. Il lui colla un couteau sous la gorge, la pointe s'agrippant sur la pomme d'adam du médecin. Richard ne pouvait pas voir le visage de son assaillant, juste ses yeux d'un bleu profond à travers la fente du heaume.

- Toi, qui es-tu, vagabond ?! T'as une idée dans quoi tu viens de te foutre ?!
Y a des otages dans ce restaurant ! Et ces types-là ce sont des wendigos !

Les hommes du restaurant firent feu sur la voiture, les balles ricochant sur la carlingue, une autre rafale de pistolet-mitrailleur crevant le pneu. L'hospitalier lâcha Richard et attrapa son revolver. Il se leva et se mit à tirer en direction du bâtiment, commençant l'échange de tir.

- Si tu veux être utile et imposer la paix de Dieu, prend ton arme et tire sur eux !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 9 Avr - 20:56
La situation dégénéra et les balles fusèrent.
Richard ne répondit rien au chevalier. Il aurait aimé lui venir en aide mais c'était trop risqué.
De plus, la voiture avait déjà reçu plusieurs impacts et l'un des pneus avait crevé. Le véhicule se retrouvait prit entre deux feux et il n'allait plus rien en rester dans quelques minutes.
C'était peine perdue.
Du restaurant enfumé, plusieurs ribleurs sortirent l'arme au poing en tirant à tout va sur des ennemis invisibles.
Les deux hospitaliers détournaient leur attention et Richard en profita pour s’éclipser discrètement.
Le médecin ne voulait pas prendre trop de risque, il savait qu'une fusillade dans les Terres Désolées ne se terminait jamais bien.

Prudemment, il remonta sur le petit mont où se trouvaient George et Lucas.

« Laissons les se battre, la voiture est perdue.
Nous ferions mieux de partir maintenant, je ne veux pas savoir qui va gagner. Si on part maintenant, qu'on trouve de quoi te tirer avec ta jambe malade, on peut espérer arriver au Terminus avant la nuit si on marche bien. 
»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Mer 12 Avr - 22:56
Devant le refus de Richard et sa fuite, ni Lucas ni George ne décidèrent d’aller sauver le véhicule. Les deux chevaliers ignorèrent les vagabonds, alors qu’ils continuèrent à ouvrir le feu et à tenter d’exterminer les Wendigos pour sauver les innocents. Titubant et fuyant dans la campagne, le jeune homme se contenta de faire une prière à voix basse en espérant que les chevaliers parviennent à sauver le groupe.

La blessure de Lucas, malheureusement, s’infecta sur le long chemin qui les mèneraient jusqu’à Paris. Il se mit à tituber, et ce fut uniquement grâce à l’aide du colosse de George, qui lui servait de béquille, que le trio parvint finalement à regagner la capitale, la belle Tour Eiffel pouvant être observée de la colline qu’ils traversaient.

Le Seigneur était avec eux, car ils ne rencontrèrent ni psychotiques, ni bêtes sauvages sur leur chemin, un exercice de veinards, à croire que George était un homme cocu, se permit d’imaginer le fils du sénateur Alleaume.
Lorsque enfin ils arrivèrent à la gare de Terminus, Lucas était tremblant, blanc, livide. Richard et George décidèrent que, en tant que citoyen de la Commune, et fils d’une bonne famille de patriciens, il n’aurait aucun problème à acquérir des soins de lui-même. Après l’avoir franchement remercié et lui avoir serré sa main, ils l’amenèrent jusqu’à l’avant-poste militaire situé au-dessus des rails.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Jeu 13 Avr - 19:42
A peine avaient-ils serré la main de Lucas que Richard et son frère descendirent dans les bas fond du Terminus pour y retrouver l'Alchimiste.
Ils passèrent à nouveau par les fameuses portes rouges du plus célèbre cabaret de Paris et y retrouvèrent l'ambiance de fête, d'alcools et de drogues si particulière à l'endroit.
Ils furent rapidement reçu par l'Alchimiste qui était en train de finir une discussion avec une jolie rousse habillée d'une élégante robe verte. George précisa à Richard qu'il s'agissait de "Madame", la patronne des lieux.

« Alors George ? Tu as trouvé quelque chose qui pourrait m'intéresser ? »

Richard s'assit, le visage fermé et les sourcils froncés. George semblait encore avoir abandonné ses couilles à l'extérieur du bar. Ce dernier posa son sac remplit de médicament que l'Alchimiste s'empressa d'ouvrir. Le visage du maître des drogues s'illumina d'un grand sourire.

« Parfait.... vraiment parfait. Vous avez vraiment trouvé tout ça dans une camp abandonné ? C'est une véritable mine d'or. Vous n'avez pas eu trop de problème ?
- Et bien... on a eu quelques embrouilles... on a perdu la voiture...
- La voiture ? George... c'est décevant. Je te prête quelques affaires et voilà ce que tu en fais ? Je suis désolé mais une voiture ça coûte chère, je vais devoir l'ajouter à ta note. »


Richard intervint d'une voix directe et autoritaire.

« Ce qu'on vous a ramené vaux bien plus que la dette de mon frère et la voiture réunies ! »


Un sourcil de l'Alchimiste se leva, surprit de l'intervention du médecin.

« Je n'ai pas dit le contraire Machin. Je vais quand même vous payer. On avait convenu 50 % du prix non ?
Et bien, à vu de nez, avec tout ça, moins la perte de la voiture et la location de l'équipement, je ne vous donne pas plus de 100 Francs. »


George blêmit et Richard s'énerva.

« Vous êtes sérieux ? Avec tous les risques qu'on a prit ? Et depuis quand l'équipement était à louer ? »


L'Alchimiste devint hilare. Il tapota ses doigts le long du canon d'un revolver placé sur la table en face de lui.

« Je ne suis pas sûr que vous soyez en mesure de négocier. Je vais peut être vous donner moins après tout. »


Richard serra les dents. Il n'y avait rien à faire, l'Alchimiste était entouré de ses hommes de mains et le médecin et son frère n'avaient aucun pouvoir ici.

« Très bien, on accepte. »

Sortis du Wagon Rouge, Richard et George retournèrent sur les quais.
L'ancien mineur insista pour donner à son frère une partie de la récompense et ce dernier ne put refuser, il fallait bien qu'il puisse continuer son pèlerinage vers Notre Dame.

+30 Francs.
-1 fusil camembert (reprit par l'Alchimiste)
-1 Déchicteur (perdu dans le coffre de la voiture)


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Matador [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Matador [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
» El MaTaDor [NerV] Vs Cosmo76 [ALCIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-