Partagez|
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Matador [Terminé] Mar 28 Fév - 18:44
- Réveille-toi Lucas. Eh. Fini de dormir.

George arrête pas de me pousser. J'étais allongé sur le canapé, parce que je voulais pas déranger. Je soupire alors que je soulève mon dos pour qu'il cesse de me remuer dans tous les sens. Le voilà qui s'assoit sur la table basse en face du canapé, alors qu'il me regarde m'asseoir, la couverture me descendant sur les jambes, mon torse recouvert d'un simple marcel.

- T'as bien dormi ?
- Pas fort... Y fait chaud dites donc...
- Ouais, mais normalement faut dormir avec les fenêtres ouvertes pour faire des courants d'air.
Ta jambe, ça va mieux ?
- T'en fais pas, ça fait aller.
Richard se prépare ?


Il acquiesce par un mouvement de tête. La porte de la chambre à coucher s'ouvre et j'entends une armoire grincer. C'est l'épouse du joueur de trashball qui arrive, en soupirant.

- Pas sur la table, George.
- Ah, désolé.


Voilà qu'il se lève. On voit qui porte la culotte. Moi je met mes pieds sur le sol et me place sur mes jambes, avant de commencer à replier la couverture et à remettre les coussins en place. Mais voilà que la femme arrive et me prend gentiment le linge des mains.

- Non, ne t'en fais pas Lucas, je m'en occupe.
- Merci madame.
- M'appelle pas « madame », tu peux utiliser mon prénom.


Elle me sourit, et je lui répond par un sourire identique alors que je fais quatre pas en avant pour me retrouver devant ce qui leur sert d'endroit où prendre le repas. À tour de rôle, on mange et on se prépare. C'est Richard qui arrive, cheveux mouillés, et vêtements propres, et voilà que George part. Je me retrouve à couper dans du pain marron, bien grillé, et à étaler une sorte de confiture artisanale dessus. Il y a un peu de beurre, mais Richard me dit de l'appliquer avec parcimonie ; C'est assez coûteux, pas comme sur la Commune où je peux me permettre de me faire des œufs et du bacon tous les matins. On discute. Il me demande si George a fait des conneries hier. Je le rassure. Je crois qu'il y a pas une bonne relation entre eux. Pas mauvaise non plus, sinon on serait pas en train de faire ce qu'on fait.
Surtout que George m'a confié un truc hier.
Ni sa femme, ni ses enfants ne sont au courant qu'il bosse pour la mafia. Récupérateur, oui, et d'ailleurs ça embête bien l'épouse. Mais elle ne sait rien de la dette. Peut-être que c'est mieux ainsi.

Après m'être nourri, et quand George est sorti, c'est à moi d'accéder à la salle d'eau de la « maison ». Un tuyau de douche est là. Il est relié à une bassine à fond noir au-dessus, sur le toit du train, c'est ça qui permet de chauffer l'eau. Du moins, c'est comme ça que George m'a expliqué que ça marche. Je me met tout nu, et rentre à l'intérieur. Il y a des poils près du siphon métallique-rouillé, les frangins Hidalgo sont « rustres » quant à leur pilosité. Je tire sur une pompe, et voilà que le pommeau crache un jet d'eau tiède. Je m'en recouvre les cheveux, qui deviennent lisses, et le corps, et...
...Et voilà que si l'eau était chaude une trentaine de secondes, elle devient glacée, au point de m'arracher un petit cri. Je me badigeonne vite, sous les aisselles et entre les couilles d'un savon artisanal, et je m'en vais pour me rhabiller.

De retour dans la maison, je m'habille, je met mes godasses aux pieds, je sors mon revolver que je met dans un étui situé derrière mon pantalon. George et Richard terminent de dire au revoir aux gosses, puis voilà qu'ils réapparaissent.

- En route mauvaise troupe !

Dehors il fait jour. Beau soleil. Chaud. Je suis content. C'est un temps magnifique. On entend pas beaucoup de bruits, des rires silencieux, un petit peu de musique. Les hommes sont partis. Je le sais parce que le train a sifflé et m'a réveillé à 7 heures du matin, aux aurores. Je me gratte la nuque et le bras, et George se tourne en me regardant.

- Tu t'es fais mordre par des moustiques, Lucas ?
- Ouais.
- J'ai un produit pour calmer les démangeaisons si tu veux, et-
- George. Tu te rends compte qu'on part parce que tu as un contrat avec la mafia qui risque de venir s'en prendre à ta famille, aux gens que tu aimes ? On pourrait peut-être rester sérieux pour que ça se termine vite ?


George se mit à froncer les sourcils. Sa face se mua en une expression de rage et de hargne.

- Oui, bien sûr.

On se retrouve à marcher sur l'un des quais. On passe sous le pont, où l'homme est toujours pendu. L'homme de la dernière fois. Sa face a été bouffée par les corbeaux, si bien qu'en-dessous il y a une flaque de sang séchée, qui tombe lentement, comme des gouttes tombent d'une gouttière après une nuit de pluie. On s'arrête tous les trois devant, et on lève les yeux vers le macchabée, même si nos paupières sont mi-closes à cause du soleil qui nous aveugle.
Je sors une cigarette de mon paquet que je met dans le bec, tandis que George, pourtant peu religieux d'après ce que j'ai compris, fait un signe de croix.

- Pourquoi il est... Là ?
- On l'a trouvé en flagrant délit dans l'avant-poste de la FNF... Il a essayé de voler des médicaments pour les revendre.
- C'est normal de pendre les voleurs par ici ?
- Assez, oui.
Mais lui c'est particulier.
Il couchait avec la sœur du lieutenant Ravel.


Au-dessus du pont, des mains se placent à la rambarde, et une tête se penche. Un gars en uniforme, des gants sur les mains, un épais gilet pare-balle qui lui recouvre le tronc. Une bonne bouille de militaire, rasé, undercut, barbu. Il nous siffle à notre attention, avant de ricaner. Même s'il est au-dessus du pont, il crie assez pour qu'on puisse entendre, avec un petit écho, comment il s'adresse à nous.

- George Hidalgo ! Vous n'êtes donc pas au travail ?! Serais-ce un début de grève que j'observe ?!
- J'ai quitté la mine il y a quelques temps, mon capitaine !
Répond George en levant la tête.
- Et où est-ce que tu vas comme ça ?! Vous avez une bonne tête de trapeur, vous trois. Ouais. Une bonne tête de mercos. J'espère que vous comptez pas attirer des emmerdes à la Commune ? Sinon !

Il siffla à nouveau, avant de tapoter sur la longue corde du pendu. Mon crâne pivotait, mes doigts se portant à la cigarette que je retirais pour cracher une bouffée. George me semblait... Hagard. Le capitaine avait un ton bizarre. Je pense pas qu'il devait aimer le gars. Un problème, par le passé ? Pauvre George s'attire des emmerdes de partout.

- Nous partons faire de la récupération dans les ruines, mon capitaine. Vous n'entendrez pas parler de nous.
- Ah ! Ah ah ah ! Je vois le genre ! Eh bien amusez-vous à faire les charognards. Si Dieu est quelqu'un de bienveillant, il fera que vous creviez sur les routes.


Il fit un salit militaire avant de s'en aller. George baissa la tête et soupira.
Ploc.
Une autre goutte de sang qui tombe.

- C'est qui ?
- Le capitaine Arsène de Clamp.
- Il n'a pas l'air de t'apprécier.
- Écoute... Continuons d'avancer.


Je continue de fumer alors qu'on quitte le pont. Et par la même occasion, nous quittons Terminus.
On suit les routes de chemin de fer. Nullement inquiets de se faire écraser par un train ; Ils circulent rarement de nos jours. Nos pas sont bruyants ; On marche sur du gravier. Mais à part des oiseaux qui piaillent, il y a rien. Du silence. Des nuages dans le ciel. C'est vide. Paris est une ville vide. Fut un temps, si j'en crois des témoignages et des livres d'histoire, où nous n'aurions pas pu marcher tranquillement ici. Que nous serions attaquer, par des monstres mutants, par des psychonautes désireux de nous détrousser et de nous violer. Mais les premiers ont été purgés par l'Inquisition, les seconds par les forces combinées des chevaliers de l'Église et de la FNF. Maintenant... En théorie, seuls les gens honnêtes vivent.
Ou bien peut-être qu'on est juste les monstres qui avons triomphé d'autres monstres. Sur un vieux bâtiment en pierre à notre droite, en contre-bas, là dans l'avenue, je vois un vieux tag qui doit dater d'il y a quelques décennies. On y voit un drapeau français qui brûle. Et des piques en bois dessinées à la craie, sur laquelle trônent des casques de la FNF dont des gouttes de sang tombent. Je sors mon appareil photo pour prendre un cliché. Pas sûr qu'il soit publié où que ce soit à la Commune. Mais c'est pour mon propre plaisir.

Après un moment à avoir marché, voilà qu'on se retrouve dans un autre de ces endroits de rien. De ces vieux bâtiments qui doivent servir d'honorables habitations appauvries, ou de squats pour les marginaux et autres drogués qui composent la ville-lumière. On voit un pick-up blanc, métallisé, avec des portes rouillées alors que le reste de la carrosserie est blanche. Et une femme, les bras nus, les cheveux rasés sur une moitié du crâne, qui attend, en train de bronzer. Elle nous regarde approcher, sans rien dire, sans rien faire, ses jambes se balançant dans le vide. Voilà qu'on s'arrête tous trois et qu'elle se met enfin à parler, d'une voix grave.

- Vous êtes les gars que l'Alchimiste envoie ?
- C'est bien nous.


Elle descend du capot et fait un signe de main pour qu'on la suive. Elle va derrière le pick-up et l'ouvre. Dedans, elle en tire un sac de gym, qu'elle jette sur le sol.

George s'agenouille pour en ouvrir la fermeture éclair, tandis que la jeune femme, que je regarde, se met à piailler. Elle est grande, mais moins grande que George, juste elle est au-dessus de mon front. Pourtant elle a pas vraiment l'air d'une gamine chétive. Malgré sa maigreur au point de l'anorexie, au point de faire ressortir ses joues, elle a des traces sur les mains. Des éraflures, et une phalange enfoncée. Le signe qu'elle doit être une habituée de donner des coups de poing.

- Trois carabines chambrées en 5.56. Y a quatre chargeurs pour chacun d'entre vous. Ça sera assez pour ce que vous affronterez.

George en tire un et me le file entre les mains, ainsi qu'avec les tubes rectangulaires qui servent à alimenter l'arme. C'est marrante comment elle est construite ; Elle a clairement été inspirée par les films de mafieux, j'en ai déjà vu une comme ça dans le Parrain. Sauf que l'arme n'a sûrement ni le même calibre, ni le même fonctionnement que celle-ci. Juste... L'inspiration esthétique.
Je me familiarise rapidement avec l'arme, en tirant sur la culasse vide. George continue de vider le sac. Il y a des trucs dedans.

- Vous avez mis de la drogue ?
- C'est pas ce que vous aviez demandé ?
- On avait demandé de l'antiradion, pas de la pseudomorphine et du psycho !
- L'antiradion ça coûte cher. Et vous en aurez pas besoin. On veux que vous serviez de petits bras d'après ce que j'ai compris, votre santé est moins importante.


Deux boîtes, que George tend dans ses mains. Une avec des sortes de petites aiguillettes, l'autre avec des petits sachets de poudre. Je crois que je sais à quoi ils servent... J'en ai déjà pris, dans des soirées...
Richard fait la gueule. Je crois qu'il la sent pas. Mais George s'en fiche. Il range les boites dans son manteau, puis prend le sac de gym et le remet dans le pickup. Pendant ce temps, la jeune fille est allée à l'avant pour en tirer une carte, qu'elle amène vers le capot pour la déplier. Elle tire un stylo bic, dont elle met le bouchon dans sa bouche, alors qu'on vient pour regarder.
Elle trace des flèches et entoure des ronds pour indiquer une route à suivre, et nous piaille rapidement sur la météo. Je m'occupe pas trop des détails, mais-

- Essayez de faire gaffe sur la route. Y suffit que vous emboutiez un animal et le pick-up risque d'être HS. Et la voiture coûte bien cher, t'as pas envie de la rajouter sur ta dette...
- Sûr.
- Y a assez de jus dans la bagnole pour faire 150 bornes, si t'appuies pas trop sur la pédale. Prend ça en compte pour le retour.
L'avant-poste que tu comptes observer il est là. C'est de la plaine, y a pas de dénivelé, mais y a surtout pas d'eau, c'est en plein dans le désert de cendres. Vous avez une grosse bouteille avec 5 litres d'eau, cadeau de l'Alchimiste.
- Il est très généreux
, je dis sur un ton parfaitement sarcastique.
- Tachez de faire gaffe aux bandits du désert, surtout. Y en a quelques-uns.
D'après la météo, tout sera dégagé. Il y aura pas de tempêtes de pollutions ou quoi que ce soit. Mais faites gaffe malgré tout. On s'éloigne de la civilisation.
Allez, bonne chance et bonne route, que Dieu vous protège.

Elle nous laisse la carte et nous fait un signe de main. On reste assez dubitatifs, quelques instants.
Puis on décide d'embarquer. Y a de la place pour trois devant, mais c'est un peu tout juste, et on doit se serrer tels des sardines. George pose son fusil sur le tableau de bord. Moi et Richard entre les jambes. Clé sur le contact. On est prêts à démarrer.

- Alors, Richard. T'es prêt ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 1:47
Richard était resté fermé pendant tout le voyage jusqu'au véhicule prêté par l'Alchimiste.
Il avait mal dormi, souffrant d'insomnie comme toutes les nuits depuis des mois.
C'est toujours en silence qu'il entra dans la voiture. George se mit derrière le volant et Lucas entre les deux frères. Le journaliste était chargé de la carte. L'ancien camps de la FNF, encerclé d'un épais cercle rouge, était à 45 minutes de route.

Après une dizaine de minute à rouler dans le désert de cendres, s'éloignant toujours un peu plus des ruines parisiennes et de la civilisation survivante, Richard se décida enfin à briser le silence pesant.
Depuis hier les deux frères ne s'étaient reparlés.

« George. Tu veux bien me passer les boites que tu as mit dans ton manteau. »

Le petit frère du médecin ne répondit pas, les yeux concentrés sur la route désertique.

« Qu'est ce que tu veux en faire ?
- Donne les moi, je vais les garder. »


D'un geste hésitant, George fouilla dans l'une de ses poches pour sortir les boites de pseudomorphines et de psychos, puis il les donna à Richard.
Le médecin balança le tout par la fenêtre. La voiture pila.

« Bordel Richard ! Qu'est ce que tu fous ?! On a besoin de ces trucs !
- Ces merdes te feront plus de mal que de bien. Ne compte pas la dessus pour améliorer tes capacités, tu n'en as pas besoin.
- Tu m'emmerdes, pour qui tu me prends ? Pour un gosse ? »


George lança un regard vers Lucas comme pour lui demander son soutien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 11:59
J'essaye de lire la carte. En réalité c'est très compliqué, parce que je n'ai aucun repère. J'observe la route, cette vieille autoroute étrange et cabossée, qui fait parfois trembler le pick-up. Il paraît qu'à une époque, cette construction était remplie de voitures, tellement que les gens ne pouvaient pas aller plus vite qu'un cheval. Cela me semble bien saugrenu, mais les prêtres n'arrêtent pas de dire que le monde d'avant était péché et corrompu, alors je le crois. Mais au-delà du sens approximatif des routes, je n'ai pas grand chose pour m'aider. Beaucoup de panneaux d'indication sont taggés, ou détruits. Et c'est avec beaucoup de difficulté que je parle parfois pour donner des indications à George.
Nous sommes tous les trois très sérieux. Pas de blagues, on raconte pas notre journée, on se détend pas. En plus, j'ai l'impression d'être la zone-tampon entre les deux frangins, quelque chose qui est pas confortable.
Quand Richard parle, c'est pour demander la poudre et les seringues à George. Je suis un peu étonné, mais je le laisse faire. Et là il ouvre la fenêtre et...

...Et voilà que c'est la merde. Déjà parce que George il freine, et j'ai pas de ceinture. Je tombe sur le tableau de bord en avant, puis contre le siège à nouveau. Je me tiens le nez en regardant à gauche, puis à droite. Ça y est. Ils s'engueulent, c'est parti.

- Les gars ! Eh ! Calmez-vous ! J'essaye de beugler avec une voix aiguë et nasillarde. Soyez pas vaches !
Richard, pourquoi t'as fais ça ?!


En fait je sais pourquoi il a fait ça, c'est pour la même raison qu'il aime pas que je fume. Il est médecin. Et dans un sens je le comprend, la drogue ça va nous servir à rien, surtout dans une « mission » sensible comme la notre.

Mais ça vaut de l'argent ces choses-là ! On peut pas gâcher en jetant dans le vide, dans la nature, des médocs ! Sûrement qu'un toxico quelconque mettra la main sur ces psychotropes dans un futur plus ou moins proche. Il aide à rien le docteur !

Ce que j'aime pas trop, c'est le fait que Richard il ait prit George en douce, comme ça. Il aurait pu lui dire, cash, diplomatiquement, qu'il voulait pas qu'on garde les médocs. Il était pas obligé de les lui voler. Mais encore une fois, je le comprend, je sais pourquoi il a fait ça. George ça a l'air d'être un gars très auto-destructeur, le genre à se mettre dans des situations pas possible en croyant bien faire.

- Bon de toute façon on en avait pas besoin ! On est pas de sales toxs hein ? Hein ?
Allez George, redémarre la voiture. Le soleil y tape fort on a pas de temps à perdre. Regarde
,
je lui dis en mettant la carte sous ses yeux pour changer de sujet. Tu vois ce petit mont ? Faudra qu'on le contourne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 13:02
Après l'intervention de Lucas, un silence pesant régna dans la voiture.
George fixait Richard alors que ce dernier l'ignorait en regardant droit devant lui, comme si de rien n'était.
Sans un mot, George réenclencha la première et la voiture se remit en marche.
Lorsque le médecin croisa le regard de Lucas, il lui fit un signe de tête approbateur, le remerciant de l'avoir soutenu.

Après quelques minutes passées dans une atmosphère plus que lourde, Richard se décida à adresser à nouveau la parole à son frère.

« Tu sais très bien pourquoi j'ai fait ça George.
- Tais toi.
- Je ne te laisserai pas te pourrir la santé comme David.
- Ça n'a rien à voir.
- C'est la drogue qui l'a tué.

- A bon ? C'est pas une balle au milieu du front ?
- Tu sais très bien ce que je veux dire, arrête de faire l'idiot. 
»


Richard était un peu gêné de mêler Lucas à tout ça. Le journaliste qu'il avait rencontré avant hier se retrouvait au milieu d'une querelle familiale qui ne le concernait absolument pas.

« David ne m'aurait pas laissé dans la merde au Terminus lui.
- Roh mais merde George, t'es un grand garçon, t'as vraiment besoin d'un grand frère pour te chapeauter ?
- Tu ne sais pas ce que j'ai vécu. On aurait tous eux besoin de toi. Mais non, monsieur avait des rêves de grandeur, il a voulu devenir citoyen de la Commune, il a abandonné sa famille et a même combattu les siens en s'engageant dans la FNF. »


Richard eut un mouvement qui trahissait sa gêne. George frappait là où ça faisait mal.

« Et le pire, c'est qu'à la fin, t'as tout quitté pour prendre l'héritage de papa et maman.
Tu crois que ça ne m'aurait pas plu de reprendre la ferme plutôt que de continuer à trimer à la mine ?
- A la mort de David je suis devenu l'aîné de la famille. Fallait naître avant moi.
- T'es qu'un connard. Tu fais le mec bien devant ton pote mais t'es un connard.
Sache le Lucas, t'es assis à côté d'un sale type. Il fait le bon chrétien qui va à l'église mais c'est qu'un pauvre gars.
Et après ça il se pose des questions sur ce qui lui arrive... »


Richard n'eut pas le courage de répondre. D'habitude il aurait attrapé son frère par le col, comme hier, mais là George avait raison. Le médecin se contenta de regarder le paysage désolé, le visage fermé.
La voiture continua d'avancer. D'un geste hésitant, tant l'ambiance était pesante, Lucas montra le mont qu'il fallait contourner pour atteindre l'ancien camp de la FNF.

Après quelques minutes de route, George arrêta la voiture.

« Faut mieux s'arrêter maintenant, on sait jamais ce qu'on peut trouver dans le coin. On va continuer à pied. »


Ils étaient au milieu du désert de cendres. Il n'y avait rien aux alentours, mise à part de la poussière, quelques bâtiments en ruines, des poteaux électriques effondrés et d'anciennes routes délabrées.
Il n'y avait pas un bruit mise à part le son du vent dans leur oreille.
Ici ça soufflait bien et il faisait un peu plus froid qu'à la capitale, malgré le soleil au dessus de leur tête.
George sortit un paquet de cigarette de son manteau et en tendit une à Lucas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 15:21
Je n'ai rien dit du trajet. À part pour bredouiller quelques conneries sur le fait qu'il fallait prendre telle voie ou faire attention à tel animal. Mais c'est tout. Les deux frangins n'ont pas plus parlé. Et c'est tant mieux d'ailleurs, autrement ça aurait grondé.
J'aime pas les histoires de famille. C'est jamais bien, c'est toujours très malaisant. Je n'aimerai pas voir Richard qui rencontre mes deux frères aînés. En plus, d'un certain point de vue, je comprend George. Ouais, je le comprend. Je sais ce que ça fait, d'être un cadet qui est vu de haut par les frangins mieux intégrés, qui ont plus de chance. L'aîné qui a prit précédence sur le reste, tout ça.

Du coup la voiture s'arrête. On entend les petits chocs métalliques des portières qui s'ouvrent et se ferment. Je vais dehors et sort le pistolet-mitrailleur, que je pose autour de mon cou en bandoulière. Je vais à l'arrière du pick-up, et récupère le sac de gym qui nous servira à embarquer la camelote qu'on parviendra à trouver.

Nous laissons le véhicule là. Au cas où que nous tombons sur une mine ou sur un piège. Et, armes en mains, nous nous avançons en ligne un peu distendue. Mes mains tremblent, et ça se voit que j'ai un clair manque d'expérience avec les armes à feu. Je met ma crosse sous l'aisselle, comme dans les films que j'ai vu sur DVD, mais je ferai jamais mieux. George me tend une cigarette, que je refuse poliment du plat de la main.

- Faisons extrêmement gaffe... On sait jamais sur quoi on peut tomber.


Je regarde à droite. À gauche. La plaine, la longue plaine, était verdoyante à une époque. J'ai vu des photos en couleur. Cet endroit à une époque, était tout vert, et doré avec les blés, et un peu bleu lorsqu'on croisait des étangs. Mais là c'est que du beige. De la terre, sale et stérile. C'est assez terrifiant en fait.
Et, au-delà, à vingt minutes de marche, on voit une construction métallique. Un mur de ferraille qui ceinture une sorte de vieille tour en bois et en tôle, sur laquelle trône tout en haut un drapeau tricolore qui bat lentement, déchiré de partout. Bleu, blanc, et rouge. Nul doute qu'on y est.

- Si la base est habitée, il y a peut-être un tireur d'élite dans cette tour, j'indique, fort de mon expérience de films de guerre. On... On s'approche juste comme ça, tous les trois ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 15:34
Compétence perception de Lucas : 65 + 5 (compétence Leader de Richard)
Nombre aléatoire (1,100) :
50

Compétence perception de Richard : 65
Nombre aléatoire (1,100) :
26
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 15:59
Au loin, ils repérèrent le drapeau de la Commune flotter dans le vent. Il était usé, ses extrémités déchirées et ses couleurs délavées par le soleil, mais il était bien reconnaissable.
La base était constituée d'une haute tour de bois et de fer, un mirador qui servait aussi de tour de communication avec une parabole et quelques antennes, entourée d'un grillage éventré par endroit.
A l'intérieur de la ceinture métallique, se trouvaient plusieurs tentes militaires et la carcasse d'un vieux camion. Ce dernier était rouillé, il n'avait plus de roue et son moteur avait disparu.

« Il n'y a pas l'air d'y avoir grand monde.
- Fait attention à toi George. »


George lança un regard noir à son frère. Il le connaissait trop bien, il savait que sa remarque ne voulait pas dire qu'il s'inquiétait pour lui, mais plutôt qu'il redoutait une connerie de sa part.

« Laissez moi passer en premier, il y a des ouvertures dans le grillage. »


Richard ouvrit la marche et s'approcha de l'enceinte métallique. Il ne voyait rien et le bruit du vent dans ses oreilles l'empêchait d'entendre quoi que ce soit.
Il fit signe à son frère de venir à côté de lui et George obtempéra en silence.

« Tu vois là bas. Il y a des ossements et pas mal de déjection. lui dit Richard en chuchotant.
- Des phacochiens ?
- J'en sais rien, il faut voir si il y a de la merde fraîche.

- Il faut que je me dirige vers l'infirmerie. L'Alchimiste veut surtout des médicaments.
- Pourquoi faire ? Il en a pas déjà assez ?

- Il m'a dit qu'il voulait un nouveau truc, je me souviens plus du terme, ça ressemblait à "encule".
- Molécule ?
- Oui voilà. Il m'a dit qu'il voulait de nouvelles molécules.
- Putain George, on va aider un mafieux à créer de nouvelles drogues ?

- C'est pas le moment Richard. Lucas t'es prêt ? »


Le médecin souleva une partie du grillage déjà découpée, en essayant de faire le moins de bruit possible. George entra en premier, suivi de Lucas, Richard ferma la marche.

« Essaye de repérer une tente médicale, c'est celle du médecin militaire. C'est là bas que tu trouveras  des médocs, s'il y en a encore. »

L'intérieur de l'avant poste était rempli de poussière. Au fil des années, le vent l'avait inondé de cendres. Il y avait plusieurs ossements, de divers animaux, mais Richard reconnu des ossements humains, surtout d'enfants. Certainement des vestiges de la présence des phacochiens.
Silencieusement, légèrement courbé, ils avancèrent à travers les tentes.
Lucas sentit le sol se dérober sous ses pieds, il venait de marcher dans un truc glissant. L'affreuse odeur lui fit deviner bien avant de regarder qu'il venait de marcher dans la merde. Une merde fraîche.

« Attend, c'est pas de la merde de phacochien ça... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 5 Mar - 23:44
Je soulève mon pied pour observer le truc dans lequel j'ai marché.

- Dieu merci c'est du pied gauche.

J'ai entendu que ça porte bonheur. Mais cela ne m'empêche nullement de grimacer et de serrer les dents, un clair air de dégoût s'afficha sur ma trogne. Je pose la semelle de ma godasse au sol et commence à racler, lorsque George se met soudain à indiquer que ce n'est pas de la merde de Phacochien.
Effectivement. C'est... Assez conséquent. Pâteux. Ouais, on dirait une pâte à pain, mais nauséabonde. En fait, ironiquement, j'ai marché dedans parce qu'elle était trop grosse pour que je me doute que ce soit de la merde. J'épaule mon fusil.

- C'est... C'est probablement rien George. Juste... Un animal un peu plus gros que les autres.
Continue de fouiller.


Le petit avant-poste était un dédale de baraquement en tôle et de vieilles tentes trouées. C'était un miracle que la tour tenait encore. Mais alors qu'on marchait vers le camion, j'indique du bout du doigt une tente devant laquelle se trouve une croix rouge.

- C'est ça la tente médicale, non ?

J'entre le premier, dépassant George et Richard. Je soulève la toile, fusil à la hanche tel un gangster, le tenant à une main. Je vois des espèces de vieux brancards. Le sol est recouvert d'une toile. Il y a des bâches en plastique, des béquilles brisées et renversées, et des étagères vidées. Quelqu'un est déjà passé par là...
...Mais certaines armoires sont encore intactes. Simplement, elles sont fermées à clé. J'essaye de les tirer, mais il semblerait qu'il y ait un verrou. Alors que Richard entre, je me tourne vers lui, en haussant les épaules.

- Dis-moi, tu serais pas un peu MacGyver des fois ? Je suis sûr que tu pourrais ouvrir ce truc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Lun 6 Mar - 22:41
Richard entra dans la tente médicale. Il y avait une affreuse odeur d'excrément. Des phacochiens avaient du vivre sous ces toiles pendants longtemps, imprégnant tous les tissus de leurs phéromones.
Le médecin observa les armoires que Lucas lui montra. Certaines semblaient encore fermées.

« Je ne suis pas serruriers. On pourrait essayer de défoncer les verrous mais je ne tiens pas à faire du bruit qui pourrait attirer je ne sais quoi. Peut être qu'on peut trouver des clefs quelques part, mais ça m'étonnerait. »

Dans la tente il y avait plusieurs lits destinés aux malades, des armoires et un vieux bureau, celui du médecin. Il restait encore quelques dossiers médicaux de soldats ayant appartenu à la garnison du camp, il y a plus de trente ans.
Richard ouvrit un tiroir et sursauta quand il vit un insecte gros comme le pouce en sortir. Il se reprit et constata qu'il n'y avait rien d'autre que des papiers et un vieux stéthoscope.

« Fouillons le reste du camp. Si on ne trouve rien d'intéressant on reviendra pour les armoires. »


Le médecin fit signe à Lucas de ressortir de la tente.
George était resté à l'extérieur pour faire le guet.

« Alors ?
- Il y a des armoires encore fermées, mais fouillons le reste avant de nous y intéresser.
- Pourquoi ? On est là pour les médocs.
- On tombera peut être sur des clefs. Si on essaye d'ouvrir les armoires en tapant dessus on va potentiellement attirer des ennuis si tu vois ce que je veux dire.
- On est en plein désert...
- On trouvera peut être quelque chose de plus intéressant que des médicaments dans la tour. »


George fit la moue, mais il écouta son frère.
Toujours en restant prudent, en mesurant chacun de ses pas et en observant tout autour de lui, Richard avança entre les tentes aux couleurs délavées jusqu'à la vieille tour de communication.
La base de la tour était fait de bois et de tôles, entourée par un escalier de métal qui montait au sommet. En hauteur, il y avait un poste de surveillance, plusieurs antennes et une grosse parabole en berne, elle pointait vers le sol dans un sale état.
Au pied se trouvait une vieille porte.

« Regardons à l'intérieur. La pièce sous la tour central servait souvent de réserve. »


Prudemment, Richard s'approcha.
Il ouvrit la porte lentement et passa une tête. D'un geste brusque il la ressortit.

« Aah ! »

Le médecin se mit à tousser, crachant de gros glaires sur le sol sableux.
Le vent s'engouffra dans la pièce et diffusa à l'extérieur l'odeur infecte de putréfaction.

« Quel horreur ! »

L'intense odeur de mort fit vaciller le médecin qui finit par se reprendre, s'essuyant la bouche avec le revers de sa manche.

« Qu'est ce que c'est que ça ? »

Richard sortit un mouchoir de sa poche et le mit devant son nez pour tenter de couvrir l'odeur.
L'intérieur de la pièce, dont les ouvertures avaient été soigneusement bouchées pour ne pas y laisser pénétrer la lumière, était habitée par plusieurs cadavres pendus par les pieds.
Ils étaient tous écorchés, la chair à vif, les bras ballants, se balançant au bout de leur corde dans un grincement funeste.
Il y en avait une bonne dizaine, l'un d'entre eux semblait encore frais et ruisselait de sang.

« Je vous l'avais dit que ce n'était pas de la merde de phacochien. Quel genre de monstre a pu faire une telle chose ?
- Le pire d'entre eux, l'Homme. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Lun 6 Mar - 22:48
Compétence loterie de Lucas : 60 + 5 (compétence Leader de Richard)
Malus : -20 (l'endroit a visiblement été déjà fouillé)

Nombre aléatoire (1,100) :
49
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Jeu 9 Mar - 23:01
Tandis que les deux frères vont dans la tour, j'essaye d'entrer dans l'une des tentes à la recherche de la clé. J'ignore où la trouver. Peut-être un endroit du commandement ? Une caisse ? Le véhicule ? J'ignore où chercher. C'est comme tenter de mettre la main sur une aiguille dans une botte de foin, je crois que c'est ça l'expression.

Mais non. Mes recherches sont totalement infructueuses. Je vais dans le lieu de vie des soldats. Il ne reste plus grand chose, malheureusement. De vieux lits de camps aux lattes cassées, des sacs de couchages sales ou troués, un tableau d'affichage sur lequel sont placés des cartes postales, des affiches de propagandes, des dessins de presse assez rigolos, et des cartes avec des épingles, qui doivent désigner des unités de ribleurs qu'ils étaient censés aller traquer et éliminer. Je trouve quelques balles poussiéreuses au sol. Je trouve quelques bouts de ferraille et des bibelots. Mais il faut que je me rende à l'évidence : Il n'y a rien pour éponger la dette de notre ami George.
C'est alors que... Une idée m'illumine. Oui. Oui une idée bête, mais qui pourrait marcher.

Il faut que j'en parle au reste du groupe. Je décide donc d'aller entrer dans le mirador que Richard et George sont censés avoir vérifié depuis.
Pourtant, ils sont là, tous les deux devant la porte. Et je ressens une odeur désagréable qui me chatouille le nez alors que je m'approche de la porte.

- Hey les gars.
Y se passe quoi ?
Tu vas bien Richard ? T'es tout blanc, on dirait que t'as vu la mort.


Sans laisser le temps aux deux frangins de répondre ou de m'expliquer ce qui se passe, je me met à pointer du doigt une des tentes de la base.

- Sinon, les gars, j'avais pensé !
Les gars de la FNF ils se déplacent souvent avec des soldats du génie. Peut-être qu'on trouvera des outils, comme des scies ou un chalumeau pour détruire l'armoire à pharmacie qui est fermée. Je vais aller fouiller la ferraille, vous en pensez quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 11 Mar - 16:39
Le médecin sourcilla. Il n'avait pas l'habitude de recevoir des ordres de la part d'un gamin sans expérience.

« C'est pas une mauvaise idée. On peut essayer de voir du côté du camion qu'on a vu, le poste du mécano ne doit pas être loin.
Par contre on fait l'inverse, toi tu montes sur le mirador et je vais avec mon frère. Si tu vois le moindre truc approcher tu descends nous le dire en vitesse. Je partage tes craintes, il y a quelqu'un qui habite ici, peut être tout un groupe. 
»


Sous l'action du vent, toute la structure de l'escalier métallique qui enserrait la tour grinçait. Il était rouillé, branlant et en partie effondré. Quelques marches manquaient ainsi que la rambarde à certains endroits. Entreprendre son ascension était risqué, Richard l'avait bien remarqué.
Il s'était dit que Lucas avait plus de chance d'arriver en haut vu son poids et son agilité, mais surtout, lui serait plus utile en bas s'il arrivait quelque chose.

En gardant son mouchoir sur son nez pour éviter de respirer l'odeur nauséabonde de cadavres en décomposition, le médecin s'approcha des corps mutilés pendus sous la tour.
Il en observa un. De toute sa vie de médecin il n'avait jamais vu ça.
Quelques détails pour un œil averti montraient que les victimes avaient été dépecées vivantes, par une lame acérée et des gestes avisés. Celui qui avait fait ça était un connaisseur, un chasseur aguerri ou un chirurgien.
Pour quelle raison ? Était ce un garde-mangé ou juste l’œuvre d'un fou ?
Richard referma la porte pour éviter à Lucas la vision d'horreur qu'il avait eu avec son frère.

« Allons voir du côté du camion. Lucas, monte sur le mirador. »

Richard empoigna son arme et commença à avancer vers la carcasse du camion. George le suivait de près.
Le vent soufflait de plus en plus fort à l'intérieur des ruines du campement de la FNF. Il faisait voler des toiles de tentes détachées et soulevait les couches de poussière. Le médecin mit son bras devant ses yeux pour éviter de recevoir des grains.
L'épave du camion était complètement rouillée. Il n'en restait plus rien.
Pas loin, George trouva quelques outils et une caisse métallique.

« Tu vois un chalumeau ?
- J'en ai un oui. Mais il a pas l'air en bon état. Il était complètement rouillé et il a l'air vide. »


George montra sa trouvaille à son frère, un chalumeau portatif typique des mécaniciens de la FNF, fonctionnant à base d'agrocarburant.

« On peut peut être trouver du carburant quelque part. Peut être qu'il en reste dans ce camion qu'on pourrait siffler.
- Ce truc va nous exploser à la gueule si on l'allume. T'es sûr que c'est une bonne idée ?
- On laissera Lucas le faire, c'est son idée. »


Richard esquissa un sourire, le premier depuis hier.
George ouvrit la trappe à essence du camion et chopa un vieux tuyaux qu'il introduisit. Il aspira l'intérieur et fit couler un liquide.

« Ça a le goût et l'odeur de l'essence. Je vais remplir le chalumeau et on verra bien. »


Pendant ce temps là, Lucas était monté sur le mirador et observait les alentours. Il avait une vue panoramique sur toute la région. En hauteur, le vent soufflait encore plus fort qu'au sol et les oreilles du journaliste sifflaient. Ainsi il n'entendit pas les bruits de moteurs arriver et ne se rendit compte de l'approche d'un véhicule que lorsqu'il le vit de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 11 Mar - 19:07
Un véhicule qui s'approche. On dirait une voiture. Même plutôt grosse. Je sais pas trop. On dirait juste une sorte de tourbillon de poussière au milieu de la tempête. De là où je suis, j'entends des petits chocs métalliques, notamment à cause du drapeau tricolore qui frappe sur son mât. Je me couvre la bouche avec une écharpe, et je dois plisser les yeux pour ne pas recevoir des cailloux dans l’œil. Que faire ? Je peux pas descendre, j'aurai du mal à trouver George et Richard !

Paniqué et apeuré, je décide donc de faire la seule chose qui me semble logique. J'épaule mon fusil, et tire en l'air une courte rafale, histoire d'alerter les deux frères.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 1 Avr - 18:06
George appuya sur la détente du chalumeau ce qui engendra une étincelle suivi d'une courte flamme.

« Tu crois que ça suffira ?
- Il faudra bi... »


Une détonation à travers le bruit du vent arrêta Richard dans sa phrase. Elle était toute proche, à quelques pas. Les deux frères se crispèrent.

« Merde Lucas.
- Il était sur le mirador, il aurait vu quelqu'un approcher.
- Sauf si ce quelqu'un était dans le camp depuis le début, on n'a pas vérifié toutes les tentes.
J'espère qu'il ne lui ait rien arrivé.
 »


Richard vérifia que son arme était bien chargée. Le chargeur en camembert du fusil prêté par la mafia était plein, 50 balles au total.

« George, qu'est ce que tu fais ?
- Il me faut ces médocs, je vais les chercher.
- Arrête, tu ne sais pas sur qui ont va tomber. Tu as bien vu sous la tour.
- On ne va pas fuir. Je suis sûr c'est Lucas qui a tiré pour nous prévenir.
- T'en sais rien, on reste ensemble.
- Alors suis moi. »


Sans attendre de réponse, George reparti vers la tente médicale pour tenter d'ouvrir les placards avec son chalumeau. Richard pesta.
Il aurait préféré retourner voir Lucas pour s'assurer que tout allé bien, mais après tout il ne connaissait le journaliste que depuis la veille. Il ne pouvait pas laissé son frère tout seul, il l'avait déjà trop fait ces dernières années.
Le médecin suivit les pas de son frère jusqu'à la tente médicale.

A l'extérieur du camp, la voiture qui approchait s'arrêta nette aux bruits des coups de feu.
Elle resta prostrée pendant une longue minute avant de faire machine arrière et retourner de là où elle venait.

« Tu y arrives ?
- Ça va, mais c'est long.
- Dépêche toi. »

Le métal commençait à rougir sous l'effet du chalumeau.

« Ça devrait être bon. »

George attrapa son fusil et donna un coup de crosse sur la porte. Le verrou sauta et le placard s'ouvrit.
A l'intérieur, il y avait un tas de boites, des flacons, des bandages, des tubes et des poches de sang, accompagnés de matériel médicale, des seringues, tubulures, masques, gants et un stéthoscope.

« Impressionnant... adrénaline, atropine, propofol, midazolam, naloxone, trinitrine... des boites d'aspirines, de calmants, d'analgésique, des vitamines... c'est un sacré hôpital qu'on a là. Ça devait être un placard d'urgence.
- Je comprends rien à ce que tu dis, mais c'est une bonne nouvelle ?
- Ça dépend du point de vue, mais l'Alchimiste sera content si on lui rapporte ça.
 »


Un grand sourire apparut sur le visage de George.

« On embarque tout alors.
- Laisse les poches de sang ça sert à rien de les prendre. Je vais récupérer le stéthoscope si ça te dérange pas. »


+1 stéthoscope.

« Essayons de retrouver Lucas. »

Richard empoigna son arme alors que son frère finissait de remplir son sac avec les boites de médicaments. Puis ils sortirent prudemment, toujours sans savoir d'où provenait le coup de feu.
Ils approchèrent de la tour, pointant leurs armes dans toutes les directions à l'affût du moindre mouvement anormal.
Richard chuchota assez fort pour qu'on entende au sommet du mirador.

« Lucas ? Tu es là ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 2 Avr - 14:55
J'attends dans la poussière, crosse sur l'épaule. J'attends. La voiture se casse. Pourtant, le répit ne tombe pas sur mes épaules, et je me met simplement à souffler très fort. Le bruit des détonations me rend sourd, et je sens une odeur désagréable de poudre, tandis que les acouphènes sifflent dans mes oreilles.
Des bruits de pas et une voix se font entendre. Je me tourne brusquement, fusil en main, tenant en joue l'intrus. Mais c'est Richard. Je baisse soudain mon arme avant de le tuer par un accident, et fonce vers lui le prévenir de la situation.

- Y avait une bagnole qui est arrivée ! J'ai tiré pour attirer votre attention ! Ils sont partis mais j'ai pas envie de rester là !
Dites-moi que vous avez ce que George cherche !


Il me répondit par l'affirmative, il raconta qu'ils avaient trouvé plein de médocs et tout. C'est parfait, enfin une bonne nouvelle. Je mate vite le désert pour voir si je peux détecter la voiture à l'aide d'une traînée de poussière, mais je décide vite de m'empresser de quitter le mirador, à toute allure.

- Faut qu'on regagne le véhicule ! On quitte ce campement !

***

On est sortis au pas de course, en armes. En regardant partout. Sur la route, on est des cibles carrément exposées. Pas le moyen de se mettre à couvert, si ce n'est en utilisant des sortes de vieux panneaux métalliques ou des restes de tronçons d'autoroute effondrés. Mais on a réussi. Pas le temps de s'esclaffer, de se donner des tapes dans le dos. C'est silencieusement, en imitant les soldats des films de guerre qu'on peut voir sur DVD, qu'on regagne notre engin.

Il est disparu. On sens la panique nous gagner alors qu'on marche sur une autoroute vierge du moindre objet. Moi-même je me met à paniquer de manière totalement incontrôlable, et incontrôlée.

- Putain... Putain ! Putain elle est où la bagnole ! Elle est où ?!

Je me met à regarder partout autour et à sautiller comme un animal de basse cour rendu fou par l'arrivée du renard. Ce qui, dans notre situation, était une comparaison pas si idiote.

Citation :
Capacité de perception : Lucas recherche des traces de pneus. Oui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 2 Avr - 16:39
Compétence perception de Lucas : 65+5 (compétence Leader de Richard)
Nombre aléatoire (1,100) :
12

Compétence perception de Richard : 65
Nombre aléatoire (1,100) :
81
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 2 Avr - 16:49
La voiture avait disparu, des petits malins avaient dû la piquer. Mais qui ?
Richard pensa d'abord à un coup monté de la part des mafieux, mais c'était absurde, ils n'avaient aucun intérêt la dedans. Il pensa ensuite à la voiture qu'avait vu Lucas du Mirador, mais peut être qu'il ne s'agissait que de gars de passage...
George commença à paniquer. Après tout il avait raison, ils étaient à présent abandonnés au milieu du désert de cendres, sans véhicule pour rentrer avant la tombée de la nuit, et sûrement entourés d'ennemis.

« Comment on va faire sans la bagnole ? »

George lança un regard à Richard comme s'il allait avoir l'idée miracle pour les sortir de là. Une réaction normale de la part d'un petit frère, mais le médecin n'avait absolument aucune idée de comment rentrer au Terminus.
Lucas rechercha quelques indices sur le sol, des sillons laissés par des roues peut être, mais le vent avait soulevé la poussière et effacé toutes traces.

Richard plongé dans ses pensées et George paniqué, le journaliste fût le seul à percevoir le bruit de moteur qui approchait. A l'horizon, une lumière scintilla, le reflet du soleil sur le par-brise d'une voiture. C'était la même que tout à l'heure. Elle arrivait dans leur direction à grande vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Dim 2 Avr - 17:07
- Merde ! Il y a une bagnole en approche !

Courageux mais certainement pas téméraire, Lucas devint blanc comme un bol de lait. Il se jeta à terre, dans la poussière, et posa son fusil contre l'épaule. La voiture s'approchait sur la route. Quand bien même il ne savait pas vraiment faire l'usage de l'arme, il était en train de se dire, la panique aidant, que c'était la solution la plus logique...

- Richard ! Richard, on fait quoi ?!
Merde ! Heu, on tire, on tire ou on tire pas ? J'ai pas envie de tirer putain ! Mais, et si les gars sont ultra violents ?! Je sais pas moi !
Allez, on ouvre pas le feu, mais on les tiens en joue !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:17
Trop pensif, Richard n'avait ni vu ni entendu la voiture approchant. Dans un nuage de poussière, le véhicule dévalait les dunes de cendres, écrasant au passage quelques touffes d'herbes mortes.

« C'est la même voiture que tout à l'heure ? »

Lucas acquiesça d'un signe de tête.

« C'est sûrement eux qui ont piqué la bagnole. Ils nous attendaient, on est tombé dans un piège.
- Ça m'étonnerait beaucoup qu'ils aient des intentions amicales...
- Ne restons pas là ! »


La voiture arrivait à toute vitesse.
Richard observa autour de lui. Ils étaient au milieu d'un désert, entourés de dunes de poussières et de quelques bâtiments en ruines au loin. Jamais ils n'auraient le temps de se réfugier dans les ruines, la voiture les aurait rattrapé avant.
Le médecin remarqua près d'eux, sur les restes de l'autoroute craquelée et recouverte d'une épaisse pellicule de cendres, la carcasse d'un vieux camion citerne.
Il attrapa Lucas par le bras. Le journaliste, tout tremblant, c'était laissé aller à la panique.

« Courons vite derrière le camion ! »

Derrière eux, la voiture approchait. Une vitre à l'avant, du côté passager, s'abaissa et la tête d'un homme en sortit, suivit d'une mitraillette rudimentaire.
L'homme portait des lunettes d'aviateur et une longue crête rouge sur son crâne tatoué sur les tempes.

« A table !! Ah ah ha ! »

Alors que le trio de récupérateur courrait vers leur abri de fortune, plusieurs déflagrations se firent entendre dans leur dos : le ribleur avait ouvert le feu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:19
Compétence combat du Ribleur : 60
Nombre aléatoire (1,100) :
18

Le Ribleur vise :
1- Lucas
2- Richard
3- George
Nombre aléatoire (1,3) :
1
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:26
Obéissant à Richard, Lucas se souleva hors de la poussière et prit les jambes à son cou. Son cœur pulsait au fond de la poitrine, son sang bouillant, la trouille ayant activé son adrénaline. Il pouvait sentir son corps se raidir, sa mâchoire se serrer, alors qu'il fuyait en avant, vers le camion, seul endroit qui affiche le moindre semblant de couverture.

Il n'entendait pas les rires des ribleurs, camouflés par le rugissement de leur moteur. Mais il entendit, très distinctement, les détonations de son arme à feu. Il entendit les balles siffler, s'écraser au sol, soulevant un nuage de poussière alors que de la terre et du gravier étaient projetés en l'air. Et d'un coup, un bruit sourd, comme un marteau qui frappe la chair ; Une douleur sourde, lacérante, s'empara de la jambe de Lucas ; Il se mit à rouler sur le côté, en criant, avant de faire une roulade involontaire sur le sol pour se retrouver sur le dos.

- Continuez à courir ! Il essaya de hurler, sa voix en réalité trop étranglée pour se faire entendre.

Rampant comme un escargot, sur les fesses, en arrière, il pouvait voir la voiture avancer vers le groupe. Il décida de soulever sa mitraillette, la caler contre la hanche, et tirer sans véritable précision en direction du capot de la voiture, son doigt agrippant la détente dans l'espoir de pouvoir toucher les roues ou le moteur du monstre de métal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Richard Hidalgo
Messages : 84
Argent : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:43
Le médecin était plus vif que le journaliste, il le dépassa dans la fuite, George légèrement devant lui.
Instinctivement, il baissa la tête lorsqu'il entendit les coups de feu, priant Dieu pour qu'ils ne soient pas touchés.
Mais dans son dos, il sentit que quelque chose s'était passée, Lucas ne suivait plus. George se retourna pour regarder derrière son épaule.

« Merde... le gamin ! »

Seulement par le regard de son frère, Richard sut que le journaliste avait été touché par une balle.

« Dépêche toi ! »

George fît signe à Richard de continuer sa fuite, mais le médecin ne pouvait pas laisser un camarade à terre. Il arrêta sa course, laissant George poursuivre seul, puis se retourna vers la voiture et fît une rapide analyse de la situation : un ribleur avait sorti sa tête de la voiture, tirant à tout va devant lui avec une arme rudimentaire, Lucas avait été touché à la jambe, mais avait trouvé le courage pour se retourner pour tirer à son tour.
Richard ressentit une sensation qu'il n'avait pas connu depuis des années, l'adrénaline du combat, celle qui l'avait suivi durant son service au sein de l'armée de la Commune.
Il épaula son pistolet mitrailleur et tira une salve de balles en direction de la voiture.

-20 balles de 9mm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:47
Compétence Combat de Lucas : 25+5 (compétence Leader de Richard)
Malus : -15 (blessé + cible en mouvement)
Nombre aléatoire (1,100) :
26

Compétence Combat de Richard : 60+10 (compétence Fusiller)
Malus : -10 (cible en mouvement)
Nombre aléatoire (1,100) :
6
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Lucas Alleaume
Messages : 59
Argent : 32
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 14:55
Lucas tirait au hasard sur la voiture, complètement paniqué ; Le doigt bloqué sur la détente, il contrôlait mal son arme qui volait dans tous les sens. Ses balles se fissuraient sur la vitre du véhicule, frôlaient le toit, brisaient les phares éteints du monstre de tôle rouillée ; Mais rien ne l'empêcha de continuer, aussi vite que possible, accélérant en direction de Lucas, pour l'écraser sous ses roues.
L'arme de Lucas s'arrêta soudain de tirer lorsqu'elle était à court de munition. Un instant, le journaliste retraça sa courte et misérable vie, et imagina, lors d'un instant infinitésimalement trop court, faire une prière à Dieu...

...Quand soudain les pneus de la bagnole éclatèrent. Les essieux s'effondrèrent sur le sol qu'il racla. Lucas se mit en position fœtale, et la voiture fit un tonneau sur le côté. Elle se retourna complètement à l'envers, le toit sur la route. Gagné.

Lucas se leva sur sa jambe qui n'était pas touchée, en gémissant. Il se tourna vers Richard, le médecin s'approchant de lui, et utilisa son ami pour se soutenir et gagner à toute vitesse le camion. Ils fuirent à couvert, rejoindre le frère du docteur.

Les portes de la voiture s'ouvrirent. Deux hommes en sortirent. Deux ribleurs, assourdis, assommés, couverts de sangs et de blessures. Mais encore bien vivants, et remplis de hargne et de vengeance. L'un d'eux se mit à tirer vers George, mais ses balles se contentèrent de cribler le camion de part en part, obligeant le trio de survivants à se terrer à terre pour éviter les projections qui laissaient des trous dans la carlingue, le soleil se reflétant au travers.

- J'balance une grenade ! Hurla alors l'un des deux assaillants en lobant un cylindre métallique vers le camion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Argent : -79
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Matador [Terminé] Sam 8 Avr - 15:15
Compétence Combat du Ribleur2 : 45
Malus : -10 (blessé)
Nombre aléatoire (1,100) :
76
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Matador [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Matador [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-