Partagez|
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 25
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Terra Incognita Lun 27 Fév - 15:06
Précédemment : Quand revient l'heure de l'Ombre (Lien)

Quelque part au Sud de Paris.

Après un peu plus d’une heure à cheval, Léthias approchait de la commanderie de l’Ordre où il comptait passer la nuit. En effet, il lui restait encore deux heures de marche à faire pour rejoindre l’immeuble visé et il préférait avoir sa journée pour les recherches. Les Chevaliers qui vivaient dans la petite place forte avaient été prévenus par radio de l’arrivée du commandeur, et n’allaient donc pas être surpris de voir un cavalier venir frapper à leur porte. La commanderie était installée dans un bâtiment, et était presque invisible de l’extérieur. Seules les fenêtres bouchées aux deux premiers étages par de la pierre et une lourde porte de bois et de métal pouvaient laisser penser que ce bâtiment cachait quelque chose. Encore fallait-il arriver à trouver ce bâtiment, qui n’était visible que depuis une cour au bout d’un passage étroit : l’Ordre aimait en effet rester discret sur l’emplacement de nombreuses commanderies,  afin de garder un avantage stratégique… Au cas où.  Léthias, sur ses gardes depuis de longues minutes, s’assura une dernière fois que personne ne le suivait avant de poser un pied à terre. Il guida ensuite son cheval à travers la ruelle, et frappa selon un tempo bien précis à la porte. Un judas s’ouvrit quelques instants plus tard, dévoilant un visage à moitié caché derrière un foulard qui le dévisagea d’un air suspicieux.

« -Commandeur Osniaril.
-C’est pour ?
-Terra Incognita. »

Le garde opina, et referma le judas avant d’ouvrir la porte. Terra Incognita était le code qui avait communiqué à la commanderie, pour s’assurer de l’identité du visiteur. L’Ordre était toujours très prudent lors des missions. La porte pivota lentement sur ses gonds, le temps que Léthias et son cheval rentrent dans le bâtiment, avant que le garde ne la referme.

« -Commandeur, bienvenue à la Commanderie. Suivez-moi pour votre cheval, les écuries sont de ce côté.
-Merci.
-On a juste été prévenu de votre arrivée, pas de votre mission ou de la durée de votre séjour.
-Je vais passer la nuit ici, et j’ai de l’exploration à faire demain. A priori, je laisserai mon cheval ici, et repasserai le prendre à la fin. J’ai avec moi des vivres pour lui.

-Pas de problèmes. Voilà, c’est ici.

De petites écuries, capables d’accueillir trois ou quatre chevaux, avaient été aménagées dans une grande salle. Une partie du toit s’était effondré, créant une sorte de puits de lumière sur quatre étages et le ciel. Léthias prit le temps d’enlever la selle de son cheval, avant de suivre le chevalier vers le centre de la commanderie. On était loin des imposantes commanderies de l’Ordre capables de protéger les pèlerins, des bâtiments à la vue de tous protégés par des murailles de pierre et de nombreux Chevaliers. Cette petite fortification n’abritait qu’une demi-douzaine de personnes, et servait uniquement de refuge ou d’abri en cas de besoin. Les Chevaliers s’y relayaient une fois par semaine, et certains étaient parfois envoyés en garde dans de telles installations en cas de sanctions disciplinaires. L’officier responsable de cette garnison descendit bientôt des étages supérieurs, et vint saluer Léthias. En voyant cet homme sans armure ni bouclier, il ne put retenir un haussement de sourcil, que l’Ombre n’eut aucun mal à noter. Visiblement, c’était la première fois qu’il croisait un chevalier, qui plus est un commandeur, comme Léthias l’était. A vrai, il n’y en avait pas beaucoup, surement se comptaient-ils sur les doigts des mains.

« -Commandeur Osniaril. Bienvenue.
-Merci, Commandeur.
-Je dois vous avouer, je ne m’attendais pas à voir un officier de l’Ordre sans la tenue réglementaire…
-Il y a des exceptions. Cette tenue-là est bien plus adaptée pour mes missions.
-Qui sont ?
-Exploration, renseignement, récupération de reliques… Le genre de missions qui se font discrètement.
-Et votre mission actuelle ?
-Rien de très excitant, je le crains. Je dois juste explorer quelques vieux immeubles non-loin d’ici.
-Pourquoi prendre la peine de vous envoyer ici ? Nous aurions très bien pu nous en charger.
-Je n’ai pas pour habitude de discuter les ordres du Grand-Maitre. Il m’a confié une mission, alors j’obéis.
-Bien entendu. »

Léthias fit rapidement le tour des étages supérieurs, avant de sortir sur les toits. Une sortie avait été installée à l’aide d’une échelle et d’une ouverture percée dans le toit à coup de massue. De là, il pouvait contempler les environs et distingua un bâtiment un peu plus haut que les autres à l’horizon. Ce dernier était dans la direction qu’il devait prendre le lendemain, et pouvait très bien être sa cible. Après quelques minutes à l’extérieur, il retourna dans les étages inférieurs. Il lui restait à s’occuper de Murmure, lui donner à manger et à patienter jusqu’au lendemain. Il passa la soirée en compagnie des chevaliers, quand le commandeur de la place s’était retiré dans ses quartiers à l’étage. Sur les cinq soldats avec qui il discuta en mangeant une ration, seul l’un d’entre eux était plus âgé que lui. Les autres étaient des jeunes recrues, que l’Ordre testait en envoyant à répétition dans des commanderies telles que celle-ci. Léthias connaissait cela, étant lui-même passé par là il y a de cela quelques années. Durant les heures en solitaire qu’ils passaient, les jeunes recrues de l’Ordre étaient invitées à méditer de nombreuses heures par jour, à la fois pour passer le temps mais aussi pour réfléchir sur la vie qui les attendait. Ce n’était qu’après ces périodes de garde que les nouveaux chevaliers reprenaient leur place sur l’Ile Notre-Dame, les principales commanderies de l’Ordre où l’escorte des principaux convois et des pèlerins.

« -Commandeur, si je puis me permettre… Pourquoi vous avez choisi d’être un chevalier… Euh….
-Atypique ?
-Euh, oui. Désolé commandeur, je ne voulais pas offenser.
-Aucun problème. Disons que je n’ai jamais eu le physique nécessaire pour manier une épée et un bouclier pendant des heures, alors je me suis tourné vers les armes à distance. Et j’ai eu la chance de suivre l’éducation des clercs et j’ai beaucoup étudié les anciennes technologies. Et ça me va très bien comme ça. Je fais un peu de tout, de l’escorte de convois avec d’autres chevaliers, de la reconnaissance, de l’exploration… »

La nuit tombant, Léthias alla se reposer dans l’une des salles dédiées à cet effet, s’allongeant sur un simple matelas posé à même le sol. Tout ici était éphémère, pouvant être rapidement déplacé. Mais cela lui suffisait, il n’avait pas besoin du confort du Bastion ou du luxe des appartements de l’Évêque. Le lendemain allait certainement être une longue journée, mieux valait-il être prêt à passer de longues heures à chercher un abri qui n’existait peut-être même pas. Un simple voyage en terre inconnue…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fiche de personnage : Léthias Osniaril
Messages : 25
Argent : 10
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Terra Incognita Jeu 2 Mar - 23:05
Le lendemain matin.

La nuit avait été calme, sans le moindre incident à signaler. Léthias s’était réveillé pour être prêt à l’aube et pouvoir ainsi rester le plus longtemps possible dans les environs du bâtiment. Trouver cet abri, s’il existait, n’allait pas être facile. Léthias doutait d’autant plus de sa présence que si après des dizaines d’années personne ne l’avait trouvé, il y avait peu de chances que lui déniche quelque chose lors d’une simple journée d’exploration. Il s’assura que son glaive et son pistolet étaient bien fixés à sa ceinture, avant d’accrocher son arbalète dans son dos. L’un des chevaliers de la commanderie l’attendait en bas, prêt à lui ouvrir la porte.

« -Commandeur Osniaril. On vous revoit quand ?
-En fin de journée, à la tombée de la nuit je pense. Si je ne suis pas revenu, c’est qu’il y a eu un problème.
-Il faudra contacter le Bastion ?
-Affirmatif.
-A vos ordres, commandeur. Bonne journée. »

Léthias salua le jeune soldat, avant de sortir. Puis il se dirigea vers le bâtiment, sans se donner la peine de courir. Il avait du temps devant lui, alors il ne servait à rien d’arriver essoufflé sur place. Il préférait marcher rapidement, partiellement camouflé par les bâtiments qu’il longeait et arriver en forme à son objectif. De là, il pourrait directement commencer ses recherches, pour autant qu’il y ait quelque chose à chercher. Dehors le ciel était gris et le temps presque froid comparé aux températures caniculaires de la veille. La météo dans les Terres Désolées était changeante d’un jour à l’autre, et il n’était pas rare de voir un jour un soleil de plomb et le lendemain un déluge de pluie s’abattant sur les Terres Désolées. Mais aujourd’hui, la météo était clémente, et l’Ombre n’eut aucun mal à rejoindre le bâtiment qui avait attiré l’attention de l’Ordre. Tout au long du chemin il était resté aux aguets, à l’affut du moindre bruit, du moindre indice pouvant laisser penser qu’il était observé ou suivi. Mais il n’en fut rien, et il parvint sans être inquiété devant le bâtiment d’une petite dizaine d’étages. Ce dernier était entouré d’un haut mur, à l’instar la Tour Montparnasse aujourd’hui ; à l’exception que celui-ci avait été construit avant la Chute à l’aide de béton, quand celui de Montparnasse était un assemblage de planches, de poutres et de panneaux métalliques. La grille qui verrouillait l’accès à l’intérieur de l’enceinte ainsi que la porte d’entrée du bâtiment avaient disparu depuis bien longtemps, surement récupérées un quelconque groupe d’individus pour s’en servir. Léthias pénétra donc dans le vaste hall sans la moindre difficulté et fit rapidement le tour des environs, repérant les salles, les escaliers menant aux étages supérieurs et d’éventuels accès vers un possible sous-sol. Mais il ne trouva rien, et décida de se poser quelques instants dans une salle pour comparer ce qu’il venait d’explorer avec les plans qu’il avait à sa disposition.

« -Alors, voyons-voir ce que nous avons là… »

Soigneusement, il déplia la copie du plan qu’il avait emporté avec lui et l’étala sur une colonne décorative tombée au sol, formant une table improvisée. Son regard se porta rapidement vers une pièce du premier niveau du sous-sol, qui était plus haute que les autres et donc plus proche de la surface : cela faisait d’elle une candidate idéale pour être une cage d’escalier, ou un potentiel d’accès. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à situer cette pièce dans l’actuel bâtiment. Il se remémora les pièces qu’il avait traversées, mais ne réussit pas à trouver la moindre correspondance entre le plan qu’il avait devant lui et ce qu’il avait vu. Le plan était-il faux lui aussi ? Si c’était le cas, cela remettait directement en cause la mission, à moins que des travaux aient été effectués après l’édition du plan. Et dans ce cas, cela n’allait pas lui faciliter la tâche et il allait sans doute être bon pour tout repasser au peigne fin. Mais soudain, il eut une illumination. Alors qu’il pensait avoir à faire à un plan d’une façade du bâtiment, ce  qu’il avait sous les yeux était en réalité une vue en coupe de ce dernier qui ne laissait apparaitre que les murs visibles. De fait, il observait une tranche, qui pouvait être n’importe où dans la largeur de l’édifice. Trouver l’endroit où les murs étaient exactement comme sur le plan n’allait pas être évident, surtout que les salles étaient de taille assez similaire. La seule indication qu’il avait sur le possible accès était sa position dans la longueur et il n’avait plus qu’à ratisser le bâtiment dans l’autre sens.

« -Bon, eh bien au boulot… »

Il se plaça donc d’un côté de l’immeuble, pensant être à peu près dans l’alignement de l’hypothétique entrée. Maintenant, il fallait rejoindre l’autre côté, en prenant soin de fouiller le bâtiment de fond en comble. Heureusement, après des années passées à faire cela, il savait s’y prendre. Il se retrouva donc dans la première pièce, qu’il passa au peigne fin. Il passa sa main sur toutes les plinthes poussiéreuses, s’assurant qu’aucune ne bougeait et fit de même avec les moulures en haut des murs. Il inspecta ensuite scrupuleusement tous les ornements, pour vérifier qu’il n’y avait pas un mécanisme caché. Il regarda si les colonnes qui décoraient la salle étaient bien fixes, de même que les gros blocs de pierre taillée qui semblaient être là uniquement dans un but décoratif. Bref, le moindre élément qui dépassait des murs se devait d’être inspecté avec minutie, jusqu’à ce que Léthias juge qu’il soit neutre et immobile. Puis il s’occupa des murs, s’assurant qu’ils étaient pleins en tapant doucement dessus. Et s’il en trouvait un creux, il avait juste à délimiter la zone et à examiner scrupuleusement les bords, pour voir s’il ne s’agissait pas d’une entrée cachée. Ensuite, il fallait faire la même chose avec le sol et vérifier la moindre dalle de carrelage ou le moindre carreau mosaïque.  Malheureusement, la première semblait être aussi digne d’intérêt qu’un cadavre de moustique. Autrement dit, aucun. Léthias soupira. Il avait déjà passé plusieurs dizaines de minutes à examiner cette pièce qui n’était pas si grande que ça, et il lui en restait encore de nombreuses.

« -Bon… Bah pièce suivante. »

Il passa donc la porte, et recommença les mêmes gestes de manière presque mécanique. Avec le temps, il avait appris à repérer le moindre élément inhabituel et savait comment faire ressortir le moindre indice susceptible de l’aider dans sa quête. Alors, méthodiquement, il continua ses recherches. Les minutes passèrent, bientôt les heures, sans qu’il ne trouve le moindre indice. Les salles défilaient les unes après les autres et se montraient toutes aussi passionnantes qu’une gargouille immobile en haut de Notre-Dame. Léthias commençait sérieusement à croire qu’il avait fait tout ce chemin pour rien et la probabilité de trouver quelque chose dégringolait à vue d’œil, au fur et à mesure qu’il se rapprochait de l’autre côté de l’immeuble. Son estomac se mit à gargouiller ; après tout il n’avait pas mangé depuis la veille. Alors il attrapa une barre nutritive dans son sac, aliment déshydraté au goût fade mais qui prenait peu de place en apportant de l’énergie, tout en pouvant se conserver de longues années. Il mastiqua lentement les bouts granuleux qu’il arrachait de l’emballage, tout en observant l’environnement autour de lui. Mais rien : il avait beau cherché, il ne voyait rien qui puisse servir de possible actionneur pour faire apparaitre une entrée cachée. Durant l’après-midi, il finit donc d’étudier les pièces qu’il jugeait importantes, et celles aux alentours par mesure de précaution. Mais encore une fois, il ressortit bredouille. Même s’il doutait de l’utilité de ces heures de recherches, il se devait d’examiner la totalité du rez-de-chaussée, pour s’assurer qu’il n’avait rien laissé passer. Seulement, cela risquait de lui prendre un peu plus de temps que prévu, et il allait surement devoir revenir le lendemain. Alors qu’il traversait une pièce déjà visité pour en rejoindre une autre, il s’arrêta net. Il se souvint soudain être passé dans une petite cage d’escalier qui menait à l’étage supérieur, et il n’avait pas pris soin de chercher autour de cette dernière. C’était là une stupide erreur, et décida donc de la corriger. Mais quelques minutes plus tard, la déception fut une nouvelle fois présente : il avait cherché dans tous les sens, sans rien trouvé. Quelque peu dépité, Léthias s’assit sur les marches de l’escalier pour souffler un peu. Il pouvait encore passer une ou deux heures à l’intérieur, avant de devoir rejoindre la commanderie où il passerait la nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Terra Incognita
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [achat,échane]HL tout récents et oldies:terra,camé,sla,nuées
» [Battle 25 Avril] Tournoi "Trône de Terra"
» Où trouver un ceanataur Terra?
» Under Defeat - Raystorm & Terra Force
» TERRA PHANTASTICA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem ::   :: Terres Désolées-